Evangiles
Synoptiques

Evangiles selon Saint Jean , Saint Matthieu,
Saint Luc et Saint Marc

Ce site est destiné à l'étude des Evangiles selon
Saint JEAN, Saint MATTHIEU, Saint LUC et Saint MARC
Vous y trouverez l'intégralité des 4 Evangiles entrecoupés d'explications afin de mieux interpréter les textes.
Une aide à la compréhension de l'Esprit Saint est aussi disponible.

Saint Jean

Découvrir ou redécouvrir l'évangile selon Saint Jean entièrement expliqué afin d'en facilité sa compréhension

Saint Luc

Découvrir ou redécouvrir l'évangile selon Saint Luc entièrement expliqué afin d'en facilité sa compréhension

Saint Marc

Découvrir ou redécouvrir l'évangile selon Saint Marc entièrement expliqué afin d'en facilité sa compréhension

L'Esprit Saint

Qu'est ce que l'Esprit Saint ? Comment l'expliquer ? Comment se manifeste t-il ? Essayons ensemble d'y voir plus clair.

Évangile de Jésus,
le Christ de Dieu
selon Saint-matthieu

Chapitre 16 

On demande à JÉSUS un signe dans le ciel (16,1-4)

16, 1- Les Pharisiens et les Sadducéens s`approchèrent et, pour le mettre à l`épreuve, ils lui demandèrent de leur faire voir un signe venant du ciel.
16, 2- Il leur répondit : " Le soir venu, vous dites : Il fera beau, car le ciel est rouge;
16, 3- et le matin : Aujourd`hui, de l`orage, car le ciel est d`un rouge sombre. Vous savez discerner l`aspect du ciel; mais les signes des temps, vous ne le pouvez.
16, 4- Une génération mauvaise et adultère réclame un signe : il ne lui sera pas donné d`autre signe que le signe de Jonas. " Et les laissant, il s`en alla.

Le levain des Pharisiens et des Sadducéens (16,5-12)
16, 5- Arrivés à l`autre rive, les disciples avaient oublié de prendre des pains.
16, 6- Jésus leur dit : " Voyez à vous garder du levain des Pharisiens et des Sadducéens. "
16, 7- Et ils se faisaient cette réflexion : " C`est parce que nous n`avons pas pris de pains. "
16, 8- Jésus le connut et dit : " Hommes de peu de foi, pourquoi vous faites-vous la réflexion que c`est parce que vous n`avez pas pris de pains?
16, 9- Ne saisissez-vous pas encore et ne vous rappelez-vous pas les cinq pains des cinq mille, et combien de paniers vous avez emportés?
16, 10- Ni les sept pains des quatre mille, et combien de corbeilles vous avez emportées?
16, 11- Comment ne saisissez-vous pas que ce n`est pas à propos des pains que je vous ai dit : gardez-vous du levain des Pharisiens et des Sadducéens ? "
16, 12- Alors ils comprirent qu`il ne leur avait pas dit de se garder du levain des pains, mais de la doctrine des Pharisiens et des Sadducéens.

Profession de foi et primauté de PIERRE (16,13-20)
16, 13- Jésus, étant venu dans la région de Césarée de Philippe, interrogeait ainsi ses disciples : " Qui dit-on du Fils de l`homme? ".
16, 14- Ils dirent : " Les uns Jean le Baptiste, d`autres Elie, d`autres Jérémie ou l`un des prophètes. "
16, 15- Il leur dit : " Et vous, qui dites-vous que je suis? ".
16, 16- Simon Pierre, prenant la parole, dit : " Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. "
16, 17- Jésus lui répondit : " Tu es heureux, Simon Bar-Jona, car ce n`est pas la chair et le sang qui te l`ont révélé, mais mon Père qui est dans les cieux.
16, 18- Et moi, je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et les portes de l`enfer ne prévaudront point contre elle.
16, 19- Et je te donnerai les clefs du Royaume des cieux : tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux. "
16, 20-  Alors il défendit sévèrement aux disciples de dire à personne qu`il était le Christ.

Première annonce de la passion (16,21-23)
16, 21- Jésus commença depuis lors à déclarer à ses disciples qu`il fallait qu`il allât à Jérusalem, qu`il souffrît beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, qu`il fût mis à mort et qu`il ressuscitât le troisième jour
16, 22- Pierre, le prenant à part se mit à le reprendre, disant : " À Dieu ne plaise, Seigneur ! Cela ne t’arrivera pas. "
16, 23- Mais lui, se tournant, dit à Pierre : " Va-t`en ! Arrière de moi, Satan ! Tu m`es scandale; car tu n`as pas le sens des choses de Dieu, mais (celui) des choses des hommes. "

Conditions pour suivre JÉSUS (16,24-28) 
16, 24- Alors Jésus dit à ses disciples : " Si quelqu`un veut venir à ma suite, qu`il renonce à lui-même, qu`il prenne sa croix et me suive.
16, 25- Car celui qui voudra sauver sa vie, la perdra; et celui qui perdra sa vie à cause de moi, la trouvera.
16, 26- Quel profit en effet aura l`homme, s`il gagne le monde entier, mais perd son âme? Ou que donnera l`homme en échange de son âme?
16, 27- Car le Fils de l`Homme doit venir dans la gloire de son Père avec ses anges, et alors il rendra à chacun selon ses œuvres.
16, 28- Je vous le dis en vérité, quelques-uns de ceux qui sont ici présents ne goûteront point la mort qu`ils n`aient vu le Fils de l`Homme venant dans son règne. "

16,1-16, 4: On demande à JÉSUS un signe dans le ciel

Unir sadducéens et pharisiens, évoque une alliance peu vraisemblable compte tenu des différends qui les opposent déjà dans la propre religion mosaïque, Mais ceci exprime de façon explicite que l’ensemble des pensées religieuses d’Israël est littéralement opposé à l’instruction de Jésus, donc dans l’inacceptation de sa messianité. Leurs demandes constituent une fois de plus une mise à l’épreuve pour une tentation vers un messianisme triomphant, mais Jésus répond en deux temps :
Il accuse ses interlocuteurs d'être experts, mais de ne point reconnaître "les signes des temps "notamment le temps d'intervention de Dieu en ce monde; Jésus renvoie à tous les signes qu’Il a posés depuis le début de sa mission : ses guérisons, ses témoignages de compassion envers les petits et les pauvres, son attention à l’égard de l’étranger, l’humble appel à se convertir adressé à tous. Partout où de tels faits se sont produits, là sont les signes des temps et non dans les prodiges célestes que demandent ses accusateurs.
En acceptant d’obéir à son Père, Jésus a fait un choix qui au long des siècles, ne cessera de décevoir les amateurs d’une religion à sensation. De nos jours encore, les détracteurs de la foi peuvent se référer à de nombreux dieux, sans voir l’entrave majeure représentée par toutes ces idéologies dont les dimensions ne peuvent être analysées avec équilibre et sagesse, dans cet univers dont nous sommes partie intégrante. Le départ de Jésus signifie donc une rupture décisive avec ses détracteurs.
b) Le signe de Jonas reste et restera donc éternellement le signe significatif de la révélation de la mort/résurrection de Jésus, malgré l’invraisemblance de ce signe, un poisson rejetant sa prise. La différence avec Jésus qui descend et remonte de l'Ades par son seul pouvoir, sans que rien ne puisse le retenir, marque ici sa suprématie  

16, 5-16, 12: Le levain des Pharisiens et des Sadducéens

La conversation de Jésus avec les disciples joue à nouveau sur le malentendu de l’oubli des provisions et renoue avec la double multiplication des pains. Le levain que représente l’enseignement des représentants du judaïsme devient donc un agent de corruption et doit susciter la méfiance. Jésus reproche encore aux disciples leur peu de foi, et de ne pas avoir encore saisi à qui ils ont lié leur vie.

16, 13: Jésus, étant venu dans la région de Césarée de Philippe, interrogeait ainsi ses disciples : " Qui dit-on du Fils de l`homme? ".

La Bible de référence est la Bible Segond qui note logiquement : Qui dit-on que je suis, moi, le Fils de l’homme ?

16, 14-16, 15: 

Après avoir entendu de nombreux propos à son sujet, Jésus interpelle ses disciples de façon équivoque. La question est normalement sans appel ! Il attend la réponse, la connaissant peut-être déjà !

16, 16: Simon Pierre, prenant la parole, dit : " Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. " 

Voilà une réponse digne d’un acte de foi, réponse que Pierre fait en son nom mais aussi au nom de tous les disciples présents. Aucun ne manifeste une contradiction quelconque, bien au contraire, l’acquiescement est total.

16, 17-16, 20: 

Dans ces versets, Jésus interpelle ses disciples afin de leur faire prendre conscience de sa véritable identité et de sa messianité ; Si c’est le « le Fils de l’Homme » qui interroge, c’est aussi le " juge céleste " (dont la gloire est encore méconnue) et la demande concerne en elle-même les gens qui ne sont pas de son entourage immédiat, la réponse servant d’abord à faire taire leurs propos, car ils ne voient en lui que l’un des prophètes attendus...en l’occurrence Jérémie.
Mais Jésus insiste, auprès de ses apôtres, leur posant la même question sur les deux thèmes différents ! Les apôtres pourraient réitérer la réponse faite sur la barque (14,33) mais là c’est Simon qui prend la parole… et il se dévoile sous nos yeux la pierre angulaire de fondement qui s’adresse à Simon renommé Pierre par le Christ, et qui deviendra la pierre de fondation sur laquelle Jésus va établir son Église, Église qui reconnaît en ses textes la légitimité de l’institution de la papauté (récusée par d’autres confessions chrétiennes).
Nous voyons ici Jésus qui répond à Pierre, non comme l’homme Jésus, mais comme Christ de Dieu. Le verset 16,20 en est l’authentification sans condition. Il place sur les épaules de Pierre la lourde charge de l’Église naissante, à laquelle s’ajouteront ce que les autres disciples mettront eux aussi en place après la Pentecôte, la composition de la caste primordiale, qui prendra d’abord son essor avec l’adjonction des sept diacres, et par la suite, après le départ des disciples vers le Royaume, la naissance des communautés qui assureront à travers le monde et jusqu’à ce jour la pérennité de cette Église.
La réponse de Jésus à la déclaration, de Simon va se faire en trois temps:
a) "Heureux es-tu ?
Devant les apôtres, Jésus interpelle alors Simon pour bien faire comprendre aux disciples la teneur de la révélation de cette déclaration. Simon n’est le confesseur de la vraie foi qu’en fonction de la révélation , gratuite du Père promis naguère par les prophètes, et non en raison de la chair et du sang, c'est-à-dire des ressources de l’humanité fragile et incapable de deviner une révélation aussi extraordinaire par l’intermédiaire de l’unique chair dont l’homme et pétri ; seul le don gratuit de Dieu peut permettre la compréhension et la portée d’une telle réalité.
b) "Et moi je te dis... "
Il s’agit d’une promesse qui prendra effet au départ de Jésus ; Simon va devenir une pierre de fondation qui assurera la solidité de l’édifice, à la suite d’Abraham et de Moïse, et le changement de nom que lui signifie le Christ, Simon s’appellera Pierre, lui indique la nouvelle mission qui lui incombera désormais.
« Je bâtirai mon Église… » Ici, Jésus distingue clairement les assemblées diversifiées de juifs et de païens qui se réuniront en son nom, et dont les membres devront suivre la volonté de Pierre, qui détient, avec les apôtres, la seule vraie et unique révélation qui se diffusera à travers le monde par la voix de l’Évangile. Ses détracteurs continueront à se réunir à la synagogue.
c) "Je te donnerai les clés… " Précise que Pierre à un rôle bien terrestre...L'image des clés, rappelle ici l'intendant précieux et zélé, en qui le maître a une telle confiance qu'il peut, de par son autorité, ouvrir et fermer l'accès de la maison de son maître sans que celui-ci ait à intervenir, et qui de surcroît recevra de sa part l'appui total de ses actions devant ses accusateurs. Par cet acte, Jésus accuse les scribes d’abuser des clés que leur donne leur fonction d’interprète de la loi de Moïse pour barrer aux enfants de Dieu l’accès du Royaume des cieux ! Ainsi Pierre détient " avec les apôtres " les clés officielles de la révélation divine, non plus en scrutant la loi mosaïque, mais comme seuls vrais représentants de l’enseignement évangélique du Christ, fils unique du Dieu vivant, et par l’acte de lier et délier qui décide si telle action ou telle attitude est permise ou défendue, par l’enseignement de Jésus. Pierre sera en mesure de prendre la décision qui s’imposera pour la pérennité de l’Église, promesse de Jésus, et qui se trouvera ratifiée dans les cieux, c'est-à-dire par Dieu lui-même. 

16, 21: Première annonce de la passion (16,21-23)
Jésus commença depuis lors à déclarer à ses disciples qu`il fallait qu`il allât à Jérusalem, qu`il souffrît beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, qu`il fût mis à mort et qu`il ressuscitât le troisième jour. 

À partir de ce moment, Jésus marque un tournant décisif car sa mission en Galilée prend fin, et Il lui faut partir pour Jérusalem où le" Fils de l'homme" doit souffrir, mourir et ressusciter. Ainsi Il prend la route vers sa Pâque, non pas en solitaire, mais avec ses disciples, ce qui sera pour eux un cheminement spirituel, progression nécessaire à la compréhension d’un Messie libérateur de la servitude mais souffrant, découvrant ainsi ce que sera l’Église dont Il annonce la fondation, et quelles conversions exige la vie à sa suite, qui ne consiste pas seulement à découvrir et à reconnaître le Christ, ainsi que la justesse de la foi de Pierre, mais à suivre le Sauveur sur le chemin du renoncement et de l’amour qu’Il a lui-même choisi. Il dévoile de ce fait aux disciples son destin et identifie déjà les responsables de sa mort, en somme tous ceux qui composent le Sanhédrin ; le troisième jour rappelle la prophétie d’Osée 6,2 où les commentateurs juifs lisaient la résurrection des justes à la fin des temps.

16, 22-16, 23: 

Même en croyant à la résurrection des justes, Pierre se révolte à l’idée d’un passage par une mort humiliante. La réprimande de Jésus ne se fait pas attendre, déjà en marche pour sa Pâque , Il se retourne et lui dit: «  Passe derrière moi Satan » ainsi, Jésus manifeste vivement que quiconque fera obstacle au plan de Dieu sera refoulé ; lui demander de redevenir disciple, c’est le rabaisser voire même lui ôter sa suprématie sur son Église , car l’égocentrisme des pensées des hommes, c’est tout un univers hostile à la mission du Christ , donc Satan par excellence !

16, 24-16, 28: Conditions pour suivre JÉSUS

Afin que Pierre comprenne bien la dimension de cette Pâque, Jésus s’adresse aux apôtres qui ont choisi de le suivre librement : tel le condamné, obligé de traverser avec sa croix la foule hostile jusqu’au lieu du supplice, ils devront aussi se dépouiller de tout amour propre et trouveront leur dignité dans leur unique ressemblance au Christ. Ainsi celui qui se prendra lui-même pour le centre de son existence a perdu d’avance, et celui qui semble l’avoir ratée parce qu’il suit le Christ, celui-là réussira ! Personne ne peut s’identifier par son savoir à son avoir, car rappelons-nous le psaume 49,8 « nul ne peut payer à Dieu sa rançon ! » Il n’y a que celui qui a rencontré le Christ et qui le suit, qui ne va pas au hasard de ses fragilités, qui recevra de Dieu lui-même, selon son agir (Pr 24,12) ! Pour certains, le fait d’avoir la possibilité de voir le Fils de l’Homme venir dans son Règne, fait ici allusion à ceux qui verront le Christ ressuscité après le supplice de la croix.  

Pour nous contacter

Venir, nous appeler ou nous écrire ..

Adresse

06160 Juan les pins, France

Téléphone

06 8686 1995

E-mail

Armand Scasso
Diacre permament

© Copyright 2020 Cabris-informatique.com - All Rights Reserved / mentions légales /