Evangiles
Synoptiques

Evangiles selon Saint Jean , Saint Matthieu,
Saint Luc et Saint Marc

Ce site est destiné à l'étude des Evangiles selon
Saint JEAN, Saint MATTHIEU, Saint LUC et Saint MARC
Vous y trouverez l'intégralité des 4 Evangiles entrecoupés d'explications afin de mieux interpréter les textes.
Une aide à la compréhension de l'Esprit Saint est aussi disponible.

Saint Jean

Découvrir ou redécouvrir l'évangile selon Saint Jean entièrement expliqué afin d'en facilité sa compréhension

Saint Luc

Découvrir ou redécouvrir l'évangile selon Saint Luc entièrement expliqué afin d'en facilité sa compréhension

Saint Marc

Découvrir ou redécouvrir l'évangile selon Saint Marc entièrement expliqué afin d'en facilité sa compréhension

L'Esprit Saint

Qu'est ce que l'Esprit Saint ? Comment l'expliquer ? Comment se manifeste t-il ? Essayons ensemble d'y voir plus clair.

Évangile de Jésus,
le Christ de Dieu
selon Saint-matthieu

Chapitre 12 

Les épis arrachés (12,1-8)
12,1- En ce temps-là, Jésus traversait des moissons un jour de sabbat. Ses disciples, ayant faim, se mirent à arracher des épis et à manger.
12,2- Les Pharisiens, voyant cela, lui dirent : " Vos disciples font une chose qu`il n`est pas permis de faire un jour de sabbat. "
12,3- Mais il leur dit : " N`avez-vous pas lu ce que fit David, lorsqu`il eut faim, ainsi que ceux qui étaient avec lui :
12,4- comme il entra dans la maison de Dieu et mangea les pains de proposition, qu`il ne lui était pas permis de manger, non plus qu`à ceux qui étaient avec lui, mais aux prêtres seuls?
12,5- Ou n`avez-vous pas lu dans la Loi que, le jour du sabbat, les prêtes, dans le temple violent le sabbat sans se rendre coupables?
12,6- Or, je vous dis qu`il y a ici plus grand que le temple.
12,7- Si vous aviez compris ce que veut dire : Je veux la miséricorde et non le sacrifice, vous n`auriez pas condamné des innocents.
12,8- En effet le Fils de l`homme est maître du sabbat. "

Guérison d'un homme à la main sèche (12,9-14)
12,9- Et, ayant quitté ce lieu, il s`en vint à leur synagogue.
12,10-Or, il se trouvait (là) un homme qui avait une main sèche, et ils lui demandèrent : " Est-il permis de guérir, le jour du sabbat? " pour pouvoir l`accuser.  
12,11- Il leur dit : " Quel sera celui d`entre vous, qui n`ayant qu`une brebis, si elle tombe dans une fosse un jour de sabbat, ne la prendra pour la retirer?
12,12- Or, combien un homme vaut plus qu`une brebis ! Il est donc permis de faire le bien le jour du sabbat.
12,13- Alors il dit à l`homme : " Étends la main. " Il l`étendit, et elle redevint saine comme l`autre.
12,14- Les Pharisiens, étant sortis, prirent une délibération contre lui sur les moyens de le perdre.

JÉSUS est le serviteur de Yahvé (12,15-21)
12,15- Mais Jésus en ayant eu connaissance, s`éloigna de ces lieux. Et des [foules] nombreuses le suivirent, et il les guérit tous.
12,16- Et il leur commanda avec force de ne pas le faire connaître.
12,17- (C`était) afin que s`accomplît la parole du prophète Isaïe :
12,18- Voici mon serviteur que j`ai choisi, mon bien-aimé en qui mon âme se complaît. Je ferai reposer sur lui mon Esprit, et il annoncera le jugement aux nations.
12,19- Il ne disputera point, il ne criera point, et nul n`entendra sa voix sur les places publiques.
12,20-  Il ne brisera point le roseau froissé et n`éteindra point la mèche qui fume encore, jusqu`à ce qu`il ait fait triompher le jugement;
12,21- et en son nom les nations mettront leur espérance.

JÉSUS et Béelzéboul (12,22-32)
12,22- On lui amena alors un possédé aveugle et muet, et il le guérit, de sorte que le muet parlait et voyait.
12,23- Et toutes les foules, saisies d`étonnement, disaient : " N`est-ce pas là le fils de David? "
12,24- Mais les Pharisiens, entendant cela, dirent : " Il ne chasse les démons que par Béelzéboul, chef des démons. "
12,25- ésus, connaissant leurs pensées, leur dit : " Tout royaume divisé contre lui-même va à la ruine, et toute ville ou maison divisée contre elle-même ne pourra subsister.
12,26- Si Satan chasse Satan, il est divisé contre lui-même : comment donc son royaume pourra-t-il subsister?
12,27- Et si moi je chasse les démons par Béelzéboul, par qui vos fils les chassent-ils? C`est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges.
12,28- Mais si c`est par l`Esprit de Dieu que je chasse les démons, le royaume de Dieu est donc arrivé à vous.
12,29- Ou bien, comment quelqu`un peut-il entrer dans la maison de l`homme fort et enlever ses meubles, sans avoir auparavant lié l`homme fort? Alors seulement il pillera sa maison.
12,30- Qui n`est pas avec moi est contre moi, et qui n`amasse pas avec moi disperse.
12,31- C`est pourquoi je vous dis : Tout péché, tout blasphème sera remis aux hommes, mais le blasphème contre l`Esprit ne sera pas remis.
12,32-  Et pour qui aura parlé contre le Fils de l`Homme, il y aura rémission; mais pour qui aura parlé contre l`Esprit Saint, il n`y aura de rémission ni dans ce siècle, ni dans le siècle à venir.

Les paroles font juger du cœur (12,33-37)
12,33- Ou admettez que l`arbre est bon, et que son fruit est bon; ou admettez que l`arbre est mauvais, et que son fruit est mauvais : car c`est au fruit qu`on connaît l`arbre.
12,34- Race de vipères, comment pourriez-vous dire de bonnes paroles, étant mauvais? Car la bouche parle de l`abondance du cœur.
12,35- L`homme bon tire de son trésor de bonté des choses bonnes, et l`homme mauvais, de son trésor de malice, tire des choses mauvaises.
12,36-  Je vous le dis : au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole vaine qu`ils auront dite.
12,37- C`est en effet d`après tes paroles que tu seras déclaré juste, et d`après tes paroles que tu seras condamné. "

Le signe de Jonas (12,38-42)
12,38- Alors quelques-uns des scribes et des Pharisiens prirent la parole et dirent : " Maître, nous voudrions voir un signe de vous."
12,39- Il leur répondit : " Une génération mauvaise et adultère réclame un signe : il ne lui sera donné d`autre signe que le signe du prophète Jonas.
12,40- Car de même que Jonas fut trois jours et trois nuits dans le ventre du poisson, ainsi le Fils de l`homme sera dans le sein de la terre trois jours et trois nuits.
12,41- Les hommes de Ninive se dresseront, au (jour du) jugement, avec cette génération et la feront condamner, car ils ont fait pénitence à la prédication de Jonas, et il y a ici plus que Jonas.
12,42- La reine du Midi se lèvera au (jour du) jugement, avec cette génération et la fera condamner, car elle est venue des extrémités de la terre pour entendre la sagesse de Salomon, et il y a ici plus que Salomon.

Retour offensif de l'esprit impur (12,43-45)
12,43- Lorsque l`esprit impur est sorti d`un homme, il va par des lieux arides, cherchant du repos, et il n`en trouve point.
12,44- Alors il dit : " Je retournerai dans ma maison, d`où je suis sorti. " Et revenu, il la trouve libre, nettoyée et ornée.
12,45- Alors il s`en va prendre avec lui sept autres esprits plus mauvais que lui, et, étant entrés, ils y fixent leur demeure, et le dernier état de cet homme devient pire que le premier. Ainsi en sera-t-il pour cette génération mauvaise. "

La vraie parenté de JÉSUS (12,46-50)
12,46- Comme il parlait encore aux foules, voici que sa mère et ses frères se tenaient dehors, cherchant à lui parler.
12,47- Quelqu`un lui dit : " Voici votre mère et vos frères qui se tiennent dehors, et ils cherchent à vous parler. "
12,48- Il répondit à l`homme qui lui disait cela : " Qui est ma mère et qui sont mes frères? "
12,49-  Et étendant la main vers ses disciples, il dit : " Voici ma mère et mes frères.
12,50- Car quiconque fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux, celui-là est pour moi frère, sœur et mère. "

12, 1-12, 2: 

Dans cette séquence, tout commence encore un jour de sabbat, d’abord dans les champs et ensuite à la synagogue, en un double débat qui montrera en quel sens Jésus attire ceux qui peinent sous le poids des fardeaux ; c’est un jour de sabbat que les disciples mangent les épis de blé, et dans la stricte observance de la loi, leur geste équivaut à celui d’un moissonneur, donc d’un travailleur, alors que tout travail est interdit ce jour-là. . Les pharisiens très opportunément dénoncent l’infraction à Jésus, alors qu’ils savaient que c’était à cause de la faim que les disciples avaient fait ces gestes… et la réponse de Jésus se fera sur trois exemples tirés de la Bible.

12, 3-12, 4: 

a) l’incident évoqué n’a pas de rapport avec le sabbat comme le soulignent les pharisiens ; l’argument porte seulement sur la notion d’interdits sur l’autorité de David ;lorsqu’il s’approprie les pains du Sanctuaire pour se nourrir avec ses partisans, ce qui explique que dans une situation critique Dieu accepte que son élu et son entourage immédiat s’approprient le sabbat pour la survie de tous… la pertinence de la comparaison n’est que suggestive, car ici, Jésus et plus grand que David, car il est le Christ, par le statut de Fils de Dieu, ainsi voulu par le Père en tant qu’homme de la descendance Davidique !

12, 5-12, 6: 

b) Dans les v, 5-6, Matthieu argumente que les prêtres du temple violent légitimement la Loi, dans le repos du sabbat pour que soit assuré le service du culte dans le temple… et Jésus ajoute il y a ici plus que le temple en parlant de son propre corps, et comme Christ de Dieu ; Jésus incarne donc plus que tout temple, car en Lui la présence de Dieu peut inspirer une pratique spécifique du sabbat.

12, 7-12, 8: 

c) Enfin la pratique du sabbat dois se fonder sur le commandement prophétique de la miséricorde, (Os 6,6) ce que fait Jésus vis-à-vis des pécheurs… donc de ses disciples qui agissent sous l’impulsion de la faim; mais pire encore, Jésus juge ici l’interprétation que font les pharisiens du sabbat, car le regard accusateur de l’incident leur fait totalement oublier d’être miséricordieux, et ils ne comprennent pas que Dieu confie tout pouvoir au Fils de l’Homme, y compris celui d’interpréter la pratique du sabbat. Le sabbat est pour l’homme et non l’homme pour le sabbat, dénoncera Jésus, ce qui répond aux critiques sur deux fronts:
1) d’abord comment la Sainte Bible nous rapporte elle-même qu’elle admet de saintes exceptions sur l’ordre du sabbat ;
2) mais surtout que Jésus est Maître du sabbat
Car le Fils de l’Homme en obéissance à son Père, a posé l’amour miséricordieux de son Père comme principe premier; ce qui change totalement la donne exposée par le sanhédrin. Le verset 14 relate que les pharisiens étaient excédés des réponses toujours cinglantes de Jésus concernant leur interprétation de la Loi, car elles leur faisaient perdre leur autorité sur la populace, elles les mettaient en grandes difficultés. Ils cherchaient donc sa perte à tout prix, même si cela devait signifier en arriver à la solution irrémédiable que sera la passion de notre Seigneur

12, 9-12, 10:  Guérison d'un homme à la main sèche (12,9-14)

Pharisiens et Saducéens, scribes ou prêtres, Mathieu démontre ici la véhémence de leurs propos, cherchant à prendre Jésus en défaut selon la loi Mosaïque, la seule selon eux à être en vigueur quelle que soit la situation.

12, 11-12, 12: 

La réplique de Jésus est sans appel et démontre leur flagrante hypocrisie

12, 13-12, 14: 

À partir ce moment la situation change vis-à-vis du Sanhédrin, qui voit en Jésus quelqu’un qui bafoue ouvertement son autorité et qui plus est, le dénonce aux yeux du peuple. 

12, 15-12, 21: 

Le judaïsme reconnaissait son propre visage, et sa mission première est pleinement de révéler Dieu au monde, mais depuis la scène du baptême de l’eau par Jean sur Jésus, Matthieu explique que cette mission s’incarne maintenant totalement en Jésus. Les versets suivants résument mieux la douceur courageuse de Celui qui s’efface devant l’hostilité grandissante des autorités juives et se fait de plus en plus l’Ami des pauvres, des faibles et des opprimés.
La prophétie vise Jésus seul, porteur de ce message adressé à tous, juifs ou païens ; elle vise toujours l’Israël-Serviteur, à condition que ce dernier se redéfinisse par son adhésion à Jésus, car son identité ne peut être constatée que par le service qui ne sera rendu qu’à travers le Seigneur Jésus. 

12, 22-12, 24: JÉSUS et Béelzéboul (12,22-32)

Essayons de comprendre ici l’interprétation de ces versets, dans la pensée des pharisiens et des saducéens de l’époque ! Matthieu nous fait comprendre que cette interpellation de l’aveugle, représente l’Israël en plénitude, dont certains ne veulent pas ou refusent de voir qui est Jésus, et se servent de leurs bouches pour dire et faire le mal, ne disant pas la Foi du peuple d’Israël attendue d’eux...Mais au seuil de cet affrontement et de l’endurcissement des mal croyants, Jésus reste celui qui peut guérir tout être de son aveuglement et lui ouvrir les lèvres par un acte de Foi.
Devant ce miracle, tout le monde s’interroge : celui-ci n’est-il pas le fils de David ? (Comprendre de la descendance davidique) Dans la tradition populaire juive les descendants de la tribu de Judas, soit Davidique, donnaient comme acquit qu’ils avaient la possibilité d’exorciser, mais attribuaient davantage cette possibilité à la magie noire, ou la cabale, plutôt qu’à la magie blanche.
C’est donc à de tels détracteurs, directs ou indirects, que répond le double débat qui suit.
Pour les versets de 25 à 37, Jésus organise sa réponse en trois étapes différentes, bien réparties, et liées les unes aux autres ; 

12, 25-12, 30: 

C’est par l’Esprit prophétique de la fin des temps que Jésus chasse les démons ; il ne s’agit pas d’une simple thérapie, mais de l’affrontement de Dieu contre les puissances du Mal ; il s’agit là, manifestement et simplement de l’irruption du royaume de Dieu.
De même que pour s’emparer du domaine d’un homme fort, adroit, habile, il faut d’abord le neutraliser sinon cela est impossible, de même faut-il comprendre que le Royaume de Dieu ne peut s’établir qu’en neutralisant définitivement le Mal! Voilà le sens profond des exorcismes accomplis par Jésus, et Il souligne clairement qu’il ne peut y avoir de compromis possible ; s’opposer à Jésus, c’est travailler contre le projet de rassemblement des hommes de tous les peuples voulu par Dieu.

12, 31-12, 32: 

Le blasphème contre l’Esprit qui est le Saint de DIEU, est le sacrilège qui revêt ici le caractère capital et fondamental de cet acte d’impiété, dont chacun de nous peut comprendre la limite : Dieu peut comprendre que, du fait de la petitesse de l’homme , Jésus ne soit pas reconnu et que son autorité en tant que « Fils de l’Homme » soit mise en doute, et Dieu dans sa miséricorde et dans sa grand mansuétude peut le pardonner, mais Il ne peut admettre et n’acceptera jamais que l’on attribue aux puissances du mal des actes de Salut voulus par Lui et qui viennent de Son Esprit Très Saint, car une telle attitude, nie la reconnaissance de l’agir de Dieu en voyant le mal partout et en confondant volontairement les esprits des humbles mortels pour les induire en erreur. Malheur (dira Jésus) à celui par qui le scandale arrive!!!

12, 33-12, 37: Les paroles font juger du cœur

Les versets 33 à 37 font allusion aux paroles du cœur … l’image de l’arbre et du fruit s’applique ici aux actes de l’homme et impliquent aussi les paroles dites par lui...
Celles-ci révèlent le cœur de l’homme et, par-là , le jugent...Telle la vipère révèle sa nature par son venin, les hommes traduisent aussi, par leurs paroles, les inimitiés de fond ou la bonté ; chaque mot prononcé sera le propre jugement par lequel Dieu le tiendra responsable ; ceci comprend le caractère manifeste de l’empreinte que l’évangile aura sur nous, et vise autant les adversaires détracteurs de l’évangile du Christ, donc de sa Parole, donc du Verbe de Dieu, que le Christ de Dieu Lui-même. Nos paroles et nos actes seront les juges de notre propre jugement, selon que l’on croit et adhère au Christ et à son Évangile ou non.

12, 38-12, 40: Le signe de Jonas (12,38-42)

Dans ce débat avec les scribes et les pharisiens, Matthieu porte l’accent sur des points épineux, qui de la part de Dieu ne donneront aucune miséricorde ; on demande à Jésus un signe alors que tous les jours Jésus fait des miracles en actes, ce qui veut dire que les scribes et les pharisiens ne tiennent aucunement compte des miracles opérés par Jésus, mais demandent à Jésus de leur obéir.  ; Jésus leur parle alors du signe de Jonas, qui préfigure déjà sa mort et sa résurrection trois jours après, exactement comme Jonas qui est resté trois jours dans le ventre du monstre… pour les scribes, les exorcismes ne constituent pas en vérité une preuve de l’identité du Messie, et de surcroît, dans les livres anciens alors en vogue , la venue du royaume s’accompagnerait de signes célestes, c’est donc un signe de ce type qu’ils demandent, ce qui les dispenseraient d’engager leur foi.

12, 41-12, 42: 

Ce qui veut dire qu’ils veulent mettre Dieu à l’épreuve ; Or, les gens de Ninive à qui Jonas avait été envoyé ont obtempéré sans demander de signe spécifique ;la parole seule de Jonas comme messager de Dieu leur a suffi  ; Jésus par ses divers miracles et non par des exorcismes, a prouvé par ses actes qu’Il est bien plus grand que Jonas car lorsqu’Il commande avec autorité, le miracle s’accomplit instantanément, sans attente aucune, car Il est le verbe de Dieu, c'est-à-dire sa propre Parole, c’est donc Dieu qui agit par la parole de son Fils dans l’instantané de la demande. La reine de Saba confesse ne pas croire en la foi hébraïque et adorer de surcroît des dieux extrêmement sanglants, mais elle se convertit devant les prodiges que la Sagesse de Dieu faisait faire à Salomon. Les scribes et les pharisiens eux, mettent en doute les capacités réelles de Jésus… cet épisode vise toute une génération de prêtres dans le Sanhédrin qui, pervertis et idolâtres, entraînent de surcroît le simple fidèle vers des mauvaises voies.

12, 43-12, 45: Retour offensif de l'esprit impur

De ce fait, la porte du Mal à travers leurs perversités, est grande ouverte, et la lutte n’en sera que plus grande et plus implacable, car les moyens que Dieu mettra en œuvre seront à la mesure du mal à combattre, mais toutefois, Dieu en sortira grand vainqueur. Gare à l'apostat qui renie la vérité!

12, 46-12, 50: La vraie parenté de JÉSUS 

Voilà bien de quoi nous faire réfléchir… Ici Jésus fait comprendre que tout individu, quel que soit son sexe, sa couleur de peau , son origine, est tout autant son frère ou sa sœur, s’il fait la volonté du Père...Jésus ne renie pas sa famille charnelle terrestre, mais ouvre sur le monde le message de son évangile, se référant ainsi de façon explicite à la mondialisation de son message, et non à un cercle bien fermé et identifié comme le faisait le Sanhédrin. Jésus cherche ici à bâtir son Église, avec les Apôtres qui comme signes et témoins de la Parole, vont diriger l’Église universelle, mais malgré tout avec les tensions diverses que nous lui connaissons et qui commencèrent dès le premier printemps de l’Église en commençant par Jérusalem, ou les frères de Jésus firent peser leur autorité… on ne change pas le monde, hélas. Voilà, donc terminé ce chapitre XII, qui n’est pas le moindre des chapitres. C’est celui qui nous prépare à de grandes épreuves et à de grandes révélations dans les chapitres à venir, qu’il nous faudra lire, comprendre et interpréter à leur juste valeur et à leur juste dimension. … chemin de vie pour tout croyant.

Pour nous contacter

Venir, nous appeler ou nous écrire ..

Adresse

06160 Juan les pins, France

Téléphone

06 8686 1995

E-mail

Armand Scasso
Diacre permament

© Copyright 2020 Cabris-informatique.com - All Rights Reserved / mentions légales /