EVANGILES
SYNOPTIQUES

L'Esprit Saint

À la demande de notre Saint Père le Pape François, nous commençons lors de cette année liturgique qui débute normalement le 1er décembre de l’année 2019 et qui se termine le 30 novembre 2020, a traité un élément essentiel de notre foi, élément pas toujours facile à cerner dans sa pédagogie propre, du fait que ni matériellement ni physiquement nous ne pouvons le voir, le toucher, le figurer…
En réalité, nous sommes désappointés, car si nous avons maintenant un modeste aperçu direct grâce au Christ de la Trinité et de sa fonctionnalité, l’une des trois personnes de cette Trinité nous échappe du fait de sa propre originalité.
Il s’agit du Saint-Esprit.

Saint Jean

Découvrir ou redécouvrir l'évangile selon Saint Jean entièrement expliqué afin d'en facilité sa compréhension

Saint Matthieu

Découvrir ou redécouvrir l'évangile selon Saint Matthieu entièrement expliqué afin d'en facilité sa compréhension

Saint Luc

Découvrir ou redécouvrir l'évangile selon Saint Luc entièrement expliqué afin d'en facilité sa compréhension

Saint Marc

Découvrir ou redécouvrir l'évangile selon Saint Marc entièrement expliqué afin d'en facilité sa compréhension

L'Esprit Saint
chapitre 3 

À la suite des deux premiers chapitres, qui furent une introduction à la compréhension de ce que représente effectivement le Saint-Esprit, dans notre approfondissement nous pourrons constater toute l’étendue de son action. Nous pouvons d’ores et déjà stipuler et certifier sans aucune appréhension, les deux points suivants que nous allons exploiter dans ce chapitre.
1) L’Esprit-Saint est en Jésus, Il est le Fils bien-aimé du Père.
2).L’Esprit-Saint agit en lui, Le Christ est là pour triompher du Mal.
En Israël, au fil des siècles, apporté par les diverses prophéties , la révélation avait progressé dans la perception que l’Esprit-Saint agissait dans sa dimension divine et personnelle. C’est un peu cette affirmation que reprennent les quatre évangélistes, lorsqu’ils précisent cette venue de l’Esprit-Saint sur Jésus lors de son baptême au Jourdain.  «  Le ciel s’ouvrit et l’Esprit-Saint descendit sur Lui ; »Mt 3,16 ; Mc 1,10 ; Lc 3,21-22 ; Jn 1,32-34. Il faut bien sûr comprendre que c’est envoyé par le Père que l’Esprit agit ainsi.  

Il ne faut pas non plus confondre les éléments qui nous sont rapportés à notre compréhension, car si l’Esprit Saint se manifeste sous une forme visible, au baptême de Jésus, cela ne veut pas dire que Jésus ne l’avait pas avant ce moment-là ! L’Esprit Saint habite le Christ éternellement et en Jésus homme dès sa conception. IL ne peut en être autrement. La Trinité est une et indissociable, aussi bien dans le temps que dans l’espace.
Et ce éternellement.
La différence que nous pouvons faire avec l’initiation de l’Esprit-Saint en nous, c’est que nous le recevons pleinement au baptême, à la confirmation, lors d’une ordination, non pas qu’il fût absent auparavant, mais que sa dimension en nous se développe à la mesure grandissante de notre foi et de l’implication de notre agir dans la fonction du ministère qui nous est confié, différent pour chacun de nous. C’est ce que révèle la Pentecôte (Ac 2,4 & 38) » « Tous furent alors saisis et remplis de l’Esprit-Saint et se mirent à annoncer la Parole de Dieu » ; c’est-à-dire à annoncer la Bonne Nouvelle, dit l’Evangile.  

Dans une vie de foi, cette remarque ne se contredit pas, bien au contraire, elle permet de concilier des évènements successifs sans qu’ils se contredisent; la confirmation ou l’ordination selon le cas, ne double pas ou ne triple pas le sacrement initial du baptême, mais comme l’effusion de l’Esprit Saint agit par approfondissement dans le renouvellement de la création dont nous faisons partie intégrante, elle agit de même en nous, approfondissant et renouvelant en nous notre charisme, car la création elle-même, unique dans le dessein de Dieu ne s’est pas fait en un jour, il ne faut pas perdre de vue, que selon l’économie Divine, l’humain vit une histoire par son passage provisoire sur terre, et qu’il nous appartient d’en faire bon usage à tout point de vue. 

Quand Pierre évangélise le centurion Corneille, il rappelle avec force le baptême de Jésus, et comment Dieu son Père la « OINT » de sa puissance. (Ac 10,38) Le mot OINT en grec veut dire CHRIST ou MESSIE, contient toute note foi. Il désigne ainsi Jésus comme Christ de Dieu, le Père qui le consacre et l’Esprit qui agit C’est ce que nous recevons au baptême et dans tous les autres sacrements, car à chaque moment de notre vie, nous sommes animés par le Christ et par l’Esprit. Notre mission prend alors toute sa dimension d’annoncer la Bonne Nouvelle du royaume, sous sa forme évangélique, la délivrance de nos âmes, et la liberté comme enfants de Dieu.
Mais, car il y a un, mais, cela ne se fait pas sans une adaptation de notre être dans la dimension de notre salut. Tout comme Jésus fut conduit au désert pour y être tenté et en ressortir vainqueur, nous nous devons, nous aussi, tous au long de notre périple sur terre, subir et traverser notre désert intérieur qui est, par le jeune et la prière, le combat contre Satan qui prend bien des figures différentes selon le cas . Dureté du cœur, refus de croire, possession de biens précieux (argent ou autre) de façon illégale ou corrompue, reniement de la foi, exactions vis-à-vis des autres en tout point de vue et bien d’autres nombreux démons encore.  

Certes, Jésus-Christ de Dieu est sorti vainqueur de ce combat, mais Satan ne s’avoue pas vaincu et ne se tient pas pour battu, et c’est justement contre nous, qui grâce au sacrifice du Christ sommes devenues enfants de Dieu, qu’il agit afin de nous corrompre et nous faire dévier de la foi, voire nous la faire renier. Son combat ne finira qu’à la fin de temps, lorsque le Christ revendra dans toute sa gloire.
Mais pour vaincre, nous avons le Paraclet « l’Esprit -Saint» ou encore « la Sagesse» communément appelée ainsi dans le livre de la Genèse,  que le Christ nous a envoyer à la Pentecôte et qui agit en nous tout comme il a agi en Jésus. Cette force nous est consentie par Dieu lui-même afin que notre désert se transforme en plaines luxuriantes et prometteuses, et qu’en suivant son action nous sortions victorieux de ce combat tout comme le Christ.   

Cela nous nous le devons comme obligation, par contribution au Père qui ne nous a jamais abandonné, Lui qui nous a donné son Fils pour nous sauver et pour la rédemption de nos fautes et de nos erreurs aussi bien commises qu’à venir. Notre lutte est une lutte de tous les instants, le Mal n’étant, lui, jamais inactif ni en repos.
Les évangiles nous relatent aussi l’action de l’Esprit-Saint dans la passion et la résurrection du Seigneur.
L’épitre aux hébreux centrée sur le sacrifice du Christ nous le présente : « s’offrant Lui-même à Dieu par un Esprit Éternel» (He 9,14) pour indiquer et affirmer que le sacrifice de Jésus qui s’est produit à un moment de l’histoire de notre humanité, vaut pour toute l’histoire, et même la dépasse, puisqu’IL nous fait entrer dans le sanctuaire céleste comme le précise St Paul dans sa lettre aux hébreux : « grâce au Christ, nous recevons l’héritage éternel ».(He 9,15).   

Jésus indique aussi qu’il est venu pour allumer un feu sur terre et qu’il est impatient de le voir allumé (Lc12,49) Le feu ne s’est-il pas réparti en langue pour que les apôtres à la Pentecôte proclament les merveilles de Dieu ! Sous l'effet de cette manifestation visuelle entr’autres, pour que certains puissent en la voyant croire à son action, qui détermina leur vocation et leur hardiesse afin d’annoncer aux peuples aussi bien Hébreu que Gentils la bonne nouvelle.
Jésus transmet l’Esprit dans son dernier soupir ! Il souffle sur ses apôtres pour leur donner pouvoir sur les péchés ! La Pentecôte débute par le bruit semblable à un grand vent ! Au mont Horeb le prophète nous avise du passage du Seigneur dans le bruissement d’une brise légère, et nous-mêmes n’apprécions-nous pas, lors d’une grande chaleur, qu’une brise légère nous rafraichisse ! ?
Ainsi œuvre l’Esprit Saint de Dieu en chacun de nous, par des démonstrations à peine perceptibles mais ô combien bénéfiques et salutaires. Ils nous appartient donc d’être sensible à son écoute afin d’entendre ses paroles, et d’être docile à mettre en pratique son action. 
Tout comme les autres évangéliste, St Luc relate dans son récit de la passion, en s’appuyant sur le psaume (30-31,6), « entre Tes mains je remets mon Esprit. » Soit souffle de vie ou Ruah en Hébreu. Dans cet ultime instant de sa passion, Jésus homme remet à Dieu tout ce qu’il est et tous ce qu’il a dans un acte d’offrande, mais le Christ présent aussi en Lui, offre au même moment son Église, qui le représente terrestrement, et dont le Paraclet à la Pentecôte solennisera son action définitivement. 

Pour conclure, j’attire aussi votre attention sur la première épitre de St Jean : (1Jn 5,8) : « l’Esprit, l’Eau et le Sang témoignent ensemble », Jésus étant le vrai, l’unique temple, (Jn 2,19) qui fait allusion au prophète Ézéchiel,(Ez 47) qui dans sa vision a vu sortir du temple de l’eau qui assainissait tout ce qu’elle touchait apportant la vie partout où elle pénétrait, même dans la mer morte.
Ainsi, l’Esprit Saint a partie lier avec la résurrection, non seulement celle du Christ, mais aussi la nôtre. (Rm 8,11).
Les mentions de l’Esprit Saint que nous avons relevées ici sont, certes peux nombreuses, mais très caractéristiques .
1) Par l’action de l’Esprit-Saint Jésus vient au monde ;
2) Jésus reçoit l’Esprit-Saint au baptême ;
3) Sous la puissance d-Saint , Jésus affronte le Malin et sort victorieusement de ce combat,
Jésus tressaille de joie sous l’action de l’Esprit-Saint qui fait dire à Pierre son credo,
Toujours sous l‘action de l’Esprit Saint Jésus remet son souffle à Dieu .
Le Christ transmet son Esprit à son Église,
Ressuscité Jésus reçoit pleinement sa Seigneurie nous donnant pleinement mission de baptiser au Nom du Père du Fils et du Saint-Esprit. AMEN.

© Copyright 2020 Cabris-informatique.com - All Rights Reserved / mentions légales /