EVANGILES
SYNOPTIQUES

L'Esprit Saint

À la demande de notre Saint Père le Pape François, nous commençons lors de cette année liturgique qui débute normalement le 1er décembre de l’année 2019 et qui se termine le 30 novembre 2020, a traité un élément essentiel de notre foi, élément pas toujours facile à cerner dans sa pédagogie propre, du fait que ni matériellement ni physiquement nous ne pouvons le voir, le toucher, le figurer…
En réalité, nous sommes désappointés, car si nous avons maintenant un modeste aperçu direct grâce au Christ de la Trinité et de sa fonctionnalité, l’une des trois personnes de cette Trinité nous échappe du fait de sa propre originalité.
Il s’agit du Saint-Esprit.

Saint Marc

Communément accepter par les Pères de l'Église, découvrir ou redécouvrir le premier Evangile écrit par St Marc, d’après son écoute pendant la prédication de St Pierre à la communauté ecclésiale naissante de Rome. 

Saint Matthieu

Ce colleteur d’impôts à Capharnaüm est celui qui met le plus en valeur par ses écrits la continuité entre l’Ancienne et la Nouvelle Alliance, afin de démontrer que Jésus est le Messie annoncé par les prophètes, attendu par Israël. 

Saint Luc

Médecin lettré, compagnon de St Paul, la Bonne Nouvelle qu'il annonce chante un véritable cantique de grâce et d’amour, avec joie et optimisme, nous rapportant les détails de la Sainte Famille, depuis l’Annonciation, la naissance et l’enfance de Jésus. 

Saint Jean

Intime du Christ, ses écrits sont un éblouissant témoignage de la vie du Messie, de sa transfiguration, des miracles accomplis, de l’agonie, de la mort de Jésus en croix, de sa mise au tombeau et de sa résurrection au matin de Pâques.  

L'Esprit Saint
chapitre 13  

Tout au long de ces deux années passées, à la demande, en 2019, du Pape François, nous avons longuement travaillés et réfléchis sur le Saint-Esprit de DIEU, communément nommé Esprit Saint ou encore Paraclet ainsi appelé par le Christ, lors de sa promesse faite aux Apôtres (-Jn 14,16,18 et 26 ; 16,13-) de ne pas les laisser seuls dans leur mission à venir, tout autant que par ce truchement Il se rendrait Lui-même présent en eux.

Nous avons appris, en nous en approchant avec respect, à mieux le connaitre, le comprendre, le discerner dans son œuvre, aussi bien dans le temps qu’en nous-mêmes, par la multitude des dons qu’il prodigue, pour peu bien sûr, que l’on soit demandeur.
L’Esprit Saint intervient dans les âmes qui aspirent profondément à la plénitude céleste, conscientes que sans l’aide divine, il nous serait impossible d’y accéder.
C’est grâce à l’Esprit-Saint que nous pouvons œuvrer sur cette terre, dans l’espérance de cette promesse.  

Saint Paul était persuadé que l’Esprit Saint et l’espérance étaient fortement liés l’un à l’autre (Rm 15,13) « Que le Dieu de l’espérance vous donne en plénitude dans votre acte de foi, la joie et la paix afin que l’espérance surabonde en vous par la vertu de l’Esprit Saint ».
Il ne nous faut en aucun cas nous laisser aller au désespoir, quand bien même nous avons été déçus, qu’il s’agisse du monde tel qu’il va, ou de notre propre vie, de nos expériences passées ou de l’avenir sombre et incertain qui se laisse prévoir dans les temps à venir,
Pour espérer contre toute espérance, il nous faut une force plus qu’humaine. Jésus le savait fort bien et en avait pris pleinement conscience.
n nous donnant l’Esprit Saint, qui dépasse tous nos pronostics et nos calculs les plus élaborés, le Seigneur se place en nous de façon invisible mais certaine, pour nous aider dans notre mission et nous permettre l’impossible. Personne, mieux que le Vierge Marie n’a fait l’expérience de l’Esprit Saint comme maître de l’impossible.  

Au jour de l’Annonciation, quand elle cherche à comprendre, elle demande à l’Ange : « Comment cela se fera-t-il ? » L’Ange répond par la promesse de l’Esprit Saint et donne comme signe à Marie, l’heureux évènement qu’attend sa cousine Élisabeth, la stérile, « Car rien n’est impossible à Dieu ». Quand Jésus parle de l’Esprit Saint à ses disciples, c’est pour leur donner du courage face au futur et aux tribulations auxquelles ils ne manqueront pas d’être soumis. (Jn 14,16,18 et 26 ; 16,13)
Non seulement l’Esprit Saint fait le lien entre le passé et le présent, mais il nous fait progresser.
Avec Jésus tout est accompli mais pas fini, c’est pourquoi le Père a envoyé d’auprès de Lui, comme premier don fait aux croyants, l’Esprit Saint qui poursuit son œuvre dans le monde et achève toute sanctification.
L’Esprit Saint nous est donc promis aux disciples en Église que nous sommes par le baptême et par notre foi, afin que nous puissions rendre témoignage et portions beaucoup de fruits, car la création, encore à ce jour, est dans l’attente, avec l’espérance d’être, elle aussi, enfin libérée de la servitude de la corruption pour entrer pleinement dans la liberté de la gloire des enfants de Dieu.  

 Mais ne nous y trompons pas ! L’espérance finale ne supprime pas l’engagement présent de chacun d’entre nous. Tout au contraire, il vaut la peine encore maintenant de s’engager sur le chemin du Royaume puisque nous sommes assurés qu’il débouchera le moment venu, en plénitude. Inversement la tâche quotidienne ne doit pas nous faire oublier la perspective, dernière : « notre résurrection ».(Ez 37, 1-14) car, c’est par l’Esprit Saint que s’opérera la rédemption des corps.
La promesse d’être exaucé, et la juste continuité qui se réfère au temps de la résurrection, de la venue du Paraclet, et cependant, nous aurons aussi besoin de l’aide du Seigneur, parce que ce que nous demanderons au nom du Christ à Dieu notre Père, auprès de qui nous avons accès par LUI, nous l’obtiendrons 
Jésus en (Jn 15,26) précise à ses Apôtres : a). « Lorsque le Consolateur que je vous enverrai d'auprès du Père, b). L'Esprit de vérité qui procède du Père, sera venu, c).il rendra témoignage de moi. d). Et vous aussi, vous me rendrez témoignage, parce que vous êtes avec moi dès le commencement 

A). Le Seigneur fait maintenant allusion à la douceur de celui qui sera envoyé, le Consolateur ou le Paraclet, car Il est l’amour de Dieu le Père personnifié, éloignant de nous douleur et tristesse, nous procurant aussi les joies des réalités divines.

B).En ce qui concerne l’envoi, l’Esprit Saint ne change pas de lieu, puisqu’Il emplit l’univers entier ! Mais parce que du vouloir du Père et du Fils, il habitera par la grâce, ceux qui auront fait de leur âme et de leur cœur le temple de Dieu.

C). Sa mission, rendre témoignage, lui vient du Père et du Fils communément, en vertu d’une égale puissance. IL enseignera et rappellera dans certains cas, la vérité tout entière, car de même nature divine que le Père et le Fils, Il procédera en instruisant les disciples, en communiquant cet enseignement à ceux qui croient dans le Christ, en attendrissant le cœur de ceux qui l’écouteront et mettront en pratique ses observances.

D). Ainsi donc, inspirés par l’Esprit saint, les disciples rendront témoignage dans le monde entier. Les actes des Apôtres (Ac 1,8) racontent tous ces témoignages qui ont été réalisés par les disciples du Christ, depuis le commencement de sa prédication, l’accomplissement des miracles, et le partage de leur vie avec le Maître, tout le temps de sa vie terrestre  

Nous avons donc, avec toutes les explications précédentes de ce travail en commun, ainsi que par ce verset cité, et bien d’autres encore qui ne manquent pas dans nos évangiles, l’exemple à suivre et l’assurance que notre action menée ici-bas, ne restera pas, grâce au Christ et à l’Esprit Saint, infructueuse ; le Père, dans sa mansuétude, veillant sur chacun de nous.
Dans le Christ est notre espoir et notre force, dans l’Esprit Saint est notre action et notre témoignage, dans le Père est notre confiance et notre glorification.
Retenons donc que l’Esprit Saint unit.
Il exprime l’union surabondante d’amour entre le Père et le Fils. Dans la théologie occidentale comme orientale, il est nommé « Le Lien », du Père et du Fils, leur « Don Mutuel » et leur « Immense Amour ». Ces noms ou ces titres révèlent en plénitude, la sublimité de la Divine Trinité  

Parce qu’il est le lien entre le Père et le Fils, il unit aussi Dieu-Père et les hommes. Il nous sanctifie, nous divinise, nous fait grandir dans l’unité du Corps du Christ qui est son Église. De par son action unitaire et humaine, nous pouvons dire que l’Esprit saint est facteur d’unité pour le genre humain tout entier.
Pour terminer en beauté ce travail effectué de longue haleine et avoir encore quelques sources inattendues de l’œuvre du Saint-Esprit, je vous donnerai ici ce que les Pères de l’Église, dans leur grande sagesse, ont formulé.
Car ce rôle d’union, l’Esprit Saint l’exerce aussi entre les différents aspects de notre foi et leurs possibles contradictions. 

L’Esprit Saint nous est donné par le Christ, et cependant, il le précède et prépare sa venue.
L’Esprit Saint est le maître intérieur, et cependant il est celui qui pousse vers l’extérieur.
L’Esprit Saint est l’âme de l’Église, et il n’est nullement absent hors de l’Église
L’Esprit Saint a pour action propre notre sanctification, et il n’est pas étranger au développement humain
L’Esprit Saint est répandu sur tout le peuple des baptisés, mais plus spécialement à certains.
L’Esprit Saint ouvre l’avenir, l’invention et la créativité, et établit aussi la continuité avec le passé.
L’Esprit Saint est la source de la liberté personnelle, et il donne la cohésion à toute l’Église.
L’Esprit Saint souffle parfois très violemment, et il est la douceur même
L’Esprit Saint est silence et recueillement, et c’est pourtant lui qui nous pousse à parler
L’Esprit Saint diffuse en nous l’Amour Trinitaire, et c’est par lui que nous vient l’intelligence
L’Esprit Saint est invisible et immatériel, et c’est lui qui opérera la résurrection.
Gardons précieusement à cœur ces aphorismes, afin de pallier aux tribulations du monde, car là où les esprits étroits se plaisent à opposer, dissocier, l’Esprit Saint de Dieu, notre Père, conjugue et unifie.
Amen. 

© Copyright 2020 Cabris-informatique.com - All Rights Reserved / mentions légales /