EVANGILE SELON SAINT MATTHIEU

Chapitre 1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28

 

Un Peu
D'histoire...

 

 

 

 

 

 

 

 

Chapitre 1

Chapitre
suivant

Accueil

Un peu d'histoire: cet évangile fut probablement écrit, d'après les spécialistes, entre les années 80 à 90 de notre ère, (1ee siècle après J-C) sous l'empereur romain VESPASIEN et le 3éme Pape St CLET.
Bien que très instruit rien ne prouve que ce soit l'Apôtre Matthieu lui-même (Lévi en hébreu), publicain (ce mot désigne les agents subalternes, collecteurs d'impôts sous l'occupation Romaine) qui ait écrit cet évangile, mais fort probablement, le collège qui se forma autour de lui, et qui s'inspira de ses dires et probablement de certaines de ses notes pour en faire un recueil, recueil qui apparut en Syrie pour la première fois.
La tradition rapporte que l'Apôtre ayant d'abord prêché en Palestine, pour les juifs eux-mêmes, partit ensuite évangéliser l'Ethiopie, où il mourut martyr dans les années 70-80 (?).

1 L'INAUGURATION DU ROYAUME DES CIEUX

I L'enfance de JESUS

Légitimité de Jésus par sa généalogie (1,1-17)

1, 1: Généalogie de Jésus-Christ, fils de David, fils d`Abraham.
1, 2: Abraham engendra Isaac; Isaac engendra Jacob; Jacob engendra Juda et ses frères;
1, 3: Juda, de Thamar, engendra Pharès et Zara; Phares engendra Esrom; Esrom engendra Aram;
1, 4: Aram engendra Aminadab; Aminadab engendra Naasson; Naasson engendra Salmon;
1, 5: Salmon, de Rahab, engendra Booz; Booz, de Ruth, engendra Obed; Obed engendra Jessé;
1, 6: Jessé engendra le roi David. David engendra Salomon de la femme d`Urie;
1, 7: Salomon engendra Roboam; Roboam engendra Abia; Abia engendra Asa;
1, 8: Asa engendra Josaphat; Josaphat engendra Joram; Joram engendra Ozias;
1, 9: Ozias engendra Joatham; Joatham engendra Achaz; Achaz engendra Ezéchias;
1, 10: Ezéchias engendra Manassé; Manassé engendra Amon; Amon engendra Josias;
1, 11: Josias engendra Jéchonias et ses frères, au temps de la déportation à Babylone.
1, 12: Après la déportation à Babylone, Jéchonias engendra Salathiel; Salatheil engendra Zorobabel;
1, 13: Zorobabel engendra Abioud; Abioud engendra Eliacim; Eliacim engendra Azor;
1, 14: Azor engendra Sadoc; Sadoc engendra Achim; Achim engendra Elioud;
1, 15: Elioud engendra Eléazar; Eléazar engendra Matthan; Matthan engendra Jacob;
1, 16: Jacob engendra Joseph l`époux de Marie, de laquelle est né Jésus, qu`on appelle Christ.
1, 17: Il y a donc en tout quatorze générations depuis Abraham jusqu`à David, quatorze générations depuis David jusqu`à la déportation à Babylone, quatorze générations depuis la déportation à Babylone jusqu`au Christ.

Premier chapitre. Acte I - 1ère clé - de 1,1 à 1,17: Légitimité de Jésus par sa généalogie.
Il est clair que ce sont toutes des figures d l'Ancien Testament : l'arbre généalogique qui démarre d'Abraham, (fils de Térah) époux de Sara, Chaldéen, originaire de la ville d' Ur, située sur la branche du fleuve Euphrate, à l'embouchure du golfe Persique (IRAK actuelle) considéré comme l'ancêtre des Israélites, père fondateur de la foi hébraïque, et père spirituel de tous ceux qui adhérent à la foi biblique, mentionne au passage Jessé, Ephratéen de Bethléem, en Judée dans la moitié sud du territoire d'Israël, petit fils de Booz et de Ruth la Moabite, (Es 11,1-2) père de David, David qui rut le père de Salomon, dont les Royautés ne furent jamais contestées jusqu'à ce jour.
Cette généalogie a donc pour but principal de replacer Jésus au sein du peuple de l'Alliance, le légitimant dans la foi de ses pères, et dans la royauté accordée par Dieu au peuple d'Israël; subtilité incontournable pour les hébreux.
Pourtant dès la fin de la généalogie, après avoir mentionné Joseph, futur époux de Marie, il explicite que Jésus est né de Marie il laisse déjà entr'apercevoir le dessin de Dieu, mis en suspension jusqu'au chapitre 3.

Initiatives Divines dominantes (1,18-25)

1, 18: Or la naissance de Jésus-Christ arriva ainsi. Maire, sa mère, ayant été fiancée à Joseph, il se trouva, avant qu`il eussent habité ensemble, qu`elle avait conçu par la vertu du Saint-Esprit.
1, 19: Joseph, son mari, qui était juste et ne voulait pas la diffamer, se proposa de la répudier secrètement.
1, 20: Comme il était dans cette pensée, voici qu`un ange du Seigneur lui apparut en songe, et lui dit : " Joseph, fils de David, ne craint point de prendre chez toi Marie ton épouse, car ce qui est conçu en elle est du Saint-Esprit.
1, 21: Et elle enfantera un fils, et tu lui donneras pour nom Jésus, car il sauvera son peuple de ses péchés. "
1, 22: Or tout cela arriva afin que fût accompli ce qu`avait dit le Seigneur par le prophète :
1, 23: Voici que la Vierge sera enceinte et enfantera un fils; et on lui donnera pour nom Emmanuel, ce qui se traduit : Dieu avec nous.
1, 24: Réveillé de son sommeil, Joseph fit ce que l`ange du Seigneur lui avait commandé : il prit chez lui son épouse.
1, 25: Et il ne la connut point jusqu`à ce qu`elle enfantât son fils, et il lui donna pour nom Jésus.

Cette partie du texte explique la position de Marie, alors fiancée de Joseph, qui donne naissance à Jésus (sans avoir connu Joseph) qui devient son époux pendant la grossesse de Marie ; l'auteur insiste ici sur le fait que Jésus, qui veut dire (Sauveur = Es 43,3; 60,16) ou selon certaine bible Emmanuel (Dieu avec nous = Es 7,14; 8,8), tous deux préambules de sa mission future, ne peut être un fils procrée par l'accouplement d'un homme et d'une femme, maïs relève totalement du pur miracle et de la volonté suprême de Dieu, qui va reconnaître Jésus comme Son propre fils au chapitre 3.
Le rôle des personnages Divins est dominant, au travers des songes et des visions; c'est Dieu qui ici, a entièrement l'initiative des événements; il nous faut reconnaître la docilité à l'obéissance exercée par Joseph, qui se laisse mener par les événements et guider par la volonté suprême de Dieu, sans rien dire, aucune contestation cet acte de foi en Dieu, démontre que pour tout un chacun la docilité à l'Esprit ne peut être que bienfaisante et salutaire, même si au demeurant, son explication du moment nous échappe complètement en ce monde où nous vivons.
Dieu ne nous veut que du bien ; II guide chacun de nos pas, quand nous acceptons de suivre sa voie, parole vivante donnée par son Christ.

Chapitre 2

Retour au Début

Chapitre
suivant

Accueil

Obéissance à la Parole Divine (2,1-12)

2, 1: Jésus étant né à Bethléem de Judée, aux jours du roi Hérode, voici que des mages d`Orient arrivèrent à Jérusalem,
2, 2: disant : " Où est le roi des Juifs qui vient de naître? Car nous avons vu son étoile à l`orient et nous sommes venus l`adorer. "
2, 3: Ce que le roi Hérode ayant appris, il fut troublé, et tout Jérusalem avec lui.
2, 4: Il assembla tous les grands prêtres et les scribes du peuple, et il s`enquit auprès d`eux où devait naître le Christ. Ils lui dirent :
2, 5: " A Bethléem de Judée, car ainsi a-t-il été écrit par le prophète :
2, 6: Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n`es pas la moindre parmi les principales villes de Juda, car de toi sortira un chef qui paîtra Israël, mon peuple. "
2, 7: Alors Hérode, ayant fait venir secrètement les mages, s`enquit avec soin auprès d`eux du temps où l`étoile était apparue.
2, 8: Et il les envoya à Bethléem en disant : " Allez, informez-vous exactement au sujet de l`enfant, et lorsque vous l`aurez trouvé, faites-le-moi savoir, afin que moi aussi j`aille l`adorer. "
2, 9: Ayant entendu les paroles du roi, ils partirent. Et voilà que l`étoile qu`ils avaient vue à l`orient allait devant eux, jusqu`à ce que, venant au-dessus du lieu où était l`enfant, elle s`arrêta.
2, 10: A la vue de l`étoile, ils eurent une très grande joie.
2, 11: Ils entrèrent dans la maison, trouvèrent l`enfant avec Marie, sa mère, et, se prosternant, ils l`adorèrent; puis, ouvrant leurs trésors, ils lui offrirent des présents : de l`or, de l`encens et de la myrrhe.
2, 12: Et ayant été avertis en songe de ne point retourner vers Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.

Ce chapitre est déjà une ouverture sur la future eschatologie qui s'annoncera dans le contexte de la Parole dite par Jésus, mais aussi faisant écho à de nombreux passages de l'A-T; le personnage principal étant ici Joseph pour le peuple hébreu, et les Mages pour les Gentils (ainsi étaient appelés les peuples qui ne faisaient pas partie du peuple élu Israël); deux images se font jour dans cet épisode:.

a) Toujours la fidélité et l'obéissance à la parole de Dieu par Joseph, ce qui pour un hébreu est sacré dans la foi, mais qui seront aussi mis en pratique par d'autres, et dans ce cas présent, ce sont les Mages qui déjà préfigurent cet événement futur;(Es 49,12) eux aussi écoutent et obéissent à la Parole de Dieu.
b) Annonce à Israël que des peuples nombreux seront aussi des enfants de Dieu, reconnus comme fils d'Abraham.

Les mages en effet demandent ou se trouve le Roi (Mb 24,17) longtemps déjà annoncé comme tel par les prophètes, et qu'ils viennent reconnaître, né en la ville de Bethléem en Judée, (Mi 5,1) par la connaissance des écritures, pour lui rendre hommage (Ps 72,11) adorer et vénérer le vrai Roi Messie, préludent des peuples nombreux qui écouteront la Parole retransmise par les Apôtres, et croiront en Jésus, Christ de Dieu.

Rôle de l'Egypte comme terre d'asile (2,13-18)

2, 13: Après leur départ, voici qu`un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph et lui dit : " Lève toi, prends l`enfant et sa mère, fuis en Egypte et restes-y jusqu`à ce que je t`avertisse; car Hérode va rechercher l`enfant pour le faire périr. "
2, 14: Et lui se leva, prit l`enfant et sa mère de nuit et se retira en Egypte.
2, 15: Et il y resta jusqu`à la mort d`Hérode, afin que s`accomplît ce qu`avait dit le Seigneur par le prophète : J`ai rappelé mon fils d`Egypte.
2, 16: Alors Hérode, voyant que les mages s`étaient joués de lui, entra dans une grande colère, et il envoya tuer tous les enfants qui étaient à Bethléem et dans tout son territoire, depuis l`âge de deux ans et au-dessous, d`après le temps qu`il connaissait exactement par les mages.
2, 17: Alors fut accompli l`oracle du prophète Jérémie disant :
2, 18: Une voix a été entendue en Rama, des plaintes et des cris lamentables : Rachel pleure ses enfants; et elle n`a pas voulu être consolée, parce qu`ils ne sont plus.
2, 19: Hérode étant mort, voici qu`un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph en Egypte,
2, 20: et lui dit : " Lève-toi, prends l`enfant et sa mère, et va dans la terre d`Israël, car ceux qui en voulaient à la vie de l`enfant sont morts. "
2, 21: Et lui, s`étant levé, prit l`enfant et sa mère, et il vint dans la terre d`Israël.
2, 22: Mais, apprenant qu`Archélaüs régnait en Judée à la place d`Hérode, son père, il eut peur d`y aller, et, ayant été averti en songe, il gagna la région de la Galilée
2, 23: et vint habiter dans une ville nommée Nazareth, afin que s`accomplît ce qu`avaient dit les prophètes : Il sera appelé Nazaréen.

La fin de ce chapitre met en opposition un fait survenu près de 1250 années avant J-C, soit l'Exode des hébreux qui quittent la terre d'Egypte, où ils étaient en servitude Jésus lui, va s'y réfugier et y trouve le salut ; évitant ainsi le massacre annoncé par Rachel, des Saints Innocents (Jr 31,15); libre II y rentrera (Ex 4,19), libre II en ressortira ;(Os 11.1)
Comme annoncé par le prophète (?), le retour de Jésus ne se fera pas à Bethléem, ville de sa naissance, mais à Nazareth d'où II sera appelé Naziréen (jeu de mot entre les habitants de Nazareth, racine naçar ou neçer), et le Nazir, homme consacré à Dieu (Am 2,11), dont Dieu lui-même dirigera la destinée.

 

Chapitre 3

Retour au Début

Chapitre
suivant

Accueil

II Le début du ministère

Rôle de Jean le Baptiste (3,1-12)

3, 1: En ces jours-là parut Jean le Baptiste, prêchant dans le désert de Judée, et disant :
3, 2: " Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche. "
3, 3: C`est lui en effet dont a parlé le prophète Isaïe, disant : Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, aplanissez ses sentiers.
3, 4: Et lui, Jean, avait un vêtement de poil de chameau, et autour de ses reins une ceinture de cuir, et il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage.
3, 5: Alors venaient à lui Jérusalem, et toute la Judée, et toute la région du Jourdain.
3, 6: Et, confessant leurs péchés, ils se faisaient baptiser par lui dans le fleuve du Jourdain.
3, 7: Voyant un grand nombre de Pharisiens et de Sadducéens venir à son baptême, il leur dit : " Race de vipères, qui vous a appris à fuir la colère qui vient?
3, 8: Faites donc de dignes fruits de repentir.
3, 9: Et ne vous avisez pas de dire en vous-mêmes : Nous avons Abraham pour père; car je vous dis que de ces pierres mêmes Dieu peut faire naître des enfants à Abraham.
3, 10: Déjà la cognée est à la racine des arbres : tout arbre donc qui ne porte pas de bon fruit sera coupé et jeté au feu.
3, 11: Moi, je vous baptise dans l`eau pour le repentir; mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de porter ses sandales; lui, il vous baptisera dans l`Esprit-Saint et le feu.
3, 12: Dans sa main est le van : il nettoiera son aire, il amassera son froment dans le grenier, et il brûlera la paille dans un feu qui ne s`éteint point. "

Apparaît ici une des figures les plus emblématiques de la Bible, liaison entre l'ancien et le nouveau testament ; la voix du désert longuement annoncée (Es 40,3); son vêtement l'apparente aux prophètes de l'AT, surtout au prophète Elie, vivant comme lui en ermite, par la nourriture, le jeûne, la privation, l'austérité ; il professe la conversion, et propose la purification par l'eau, rite similaire aux ablutions des juifs pour tout purifier.
Il admoneste les Saducéens et les pharisiens qu'il sait êtres des hypocrites et des menteurs, parle des pierres auxquelles Dieu peut susciter des enfants à Abraham, (ici il fait allusion à l'eschatologie, car l'ecclésiologie du Christ se manifestera par les apôtres, au-delà des frontières d'Israël, et appellera chacun de nous).
Il appelle par la conversion à la productivité, annoncer le Royaume et produire du fruit, ou à la condamnation si aucun effort n'est fait pour œuvrer au Royaume, appeler et sauver les frères qui n'ont pas la connaissance du salut...il annonce la future venue de l'Esprit Saint par le baptême de Feu que donnera Jésus, en annonçant ainsi le Messie celui qui vient juste après lui.

Reconnaissance et légitimation de Jésus par DIEU (3,13-17)

3, 13: Alors parut Jésus, venant de Galilée au Jourdain vers Jean, pour être baptisé par lui.
3, 14: Jean s`en défendait en disant : " C`est moi qui ai besoin d`être baptisé par vous, et vous venez à moi! "
3, 15: Jésus lui répondit : " Laisse faire maintenant, car il convient que nous accomplissions ainsi toute justice. " Alors Jean le laissa faire.
3, 16: Jésus ayant été baptisé sortit aussitôt de l`eau, et voilà que les cieux s`ouvrirent pour lui, et il vit l`Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui.
3, 17: Et voilà que ces cieux une voix disait : " Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j`ai mis mes complaisances. "

A l'initiative de Jésus, sa rencontre avec Jean se fera dans les eaux du Jourdain, qui, de ce fait va entériner le baptême par l'eau, premier signe de purification du baptême à venir, afin que l'Esprit Saint se saisisse de ce corps, maintenant lavé de toute souillure.
Le thème-phare, est bien sûr la révélation jamais encore entendue, que Jésus est le Messie, fils de Dieu (Gn 22,11-22,18) + (1 S 7,10) +(Es 42,1).
Reconnu unanimement comme prophète, personne n'ose et ne peut mettre en doute les paroles du Baptiste, qui entend la voix (Parole de Dieu) venus des deux, et qui voit la colombe (Esprit) descendre et s'installer en Jésus, car la contestation à ses paroles attiserait la colère du peuple qui vénérait en Jean son prophète, au même titre que le prophète Elie, en qui Israël croyait fermement.
Cette reconnaissance immédiate assure en Jésus sa succession directe sans aucun intermédiaire, comme d'ailleurs il le redira plus tard et son annonce messianique pour Jésus n'admet aucune contradiction possible. Conclusion. On voit ici la trame que le collège Matthéen a pris comme fil conducteur ;
a) La généalogie pour légitimer Jésus dans le peuple de l'alliance et de la royauté.
b) L'initiative Divine évitant les erreurs des hommes.
c) La docilité et l'obéissance à l'écoute de la Parole qui se fait salvatrice.
d) La fuite et le retour d'Egypte pour placer Jésus dans la prédiction des prophètes.
e) La reconnaissance officielle et incontestée de Jésus, comme « Celui qui doit venir juste après lui » par le Baptiste.
f) Légitimation de Jésus par DIEU, comme Messie.
N'oublions pas que Matthieu, s'adresse directement à ses frères juifs, et qu'il doit convaincre le peuple que ses propos sont bien fondés dans la foi d'Abraham et véridiques dans les annonces faites par les prophètes.

Chapitre 4

Retour au Début

Chapitre
suivant

Accueil

Tentation au désert (4,1-11)

4, 1: Alors Jésus fut conduit par l`Esprit dans le désert pour être tenté par le diable.
4, 2: Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim.

Comme vous l'avez remarqué, la première clé était très courte, mais si Ton ne s' y arrêtait pas selon la nécessité de la découverte rencontrée, suivre le reste des tentations eut été un fiasco.
On découvre dans ces deux versets, que le Christ, après avoir reçu de Jean le baptême dans les eaux du fleuve Jourdain, est " saisi " de l'Esprit Saint et se laisse conduire docilement, par lui au désert pour y être tenté par le diable et après 40 jours et nuits, il avait...
L'analyse nous a fait découvrir, que dès notre baptême, 1' Esprit vient sur nous, et normalement se saisir de nous mais nous laissons nous saisir aussi docilement et facilement que le Christ ? n'y a-t-il pas de notre part une résistance certaine à cet état de fait...devant ce qui pour nous est une inconnue nous ne maîtrisons pas. ?..
Crainte, peur, suspicion et bien d autres or Jésus nous démontre par son agir, que, quoique ce soit que l'Esprit agissant nous demande, cela ne peut pas être mauvais, ni nuisible pour nous, mais au contraire, est un creuset où Dieu agit, afin de nous amener à une réalité toute subjective, tout autant qu'incarnée, « le devoir», devoir que Dieu attend de chacun de nous, sans exception, pour l'élaboration du Royaume.
Jésus se laisse mener au désert, nous, nous fuyons le désert, pourquoi ? Jésus ne nous montre-t-il pas que même là Dieu est présent, parle, agit, nous guide et nous conduit ! là encore nous fuyons par peur de l'inconnu et où est passée alors notre confiance en Dieu, si devant l'absolu, nous ne savons que fuir.
Tenté par le diable, oh grand Dieu, surtout jamais, mais n'y a-t-il pas plusieurs sortes de tentations, surtout celles de refuser systématiquement ce que l'Esprit nous demande de faire, fuir plutôt que résister, ne pas écouter afin de ne pas entendre ainsi, voyez-vous, là où nous pensions bien faire, c'est souvent là que nous chutons.
Quarante jours, mais c'est toute une vie ça! C'est long que ça n'en finit plus ! ! eh oui, mais n'est-ce pas ce que nous nous promettons lors de nos épousailles certes, nous le vivons au quotidien, cela semble moins limité dans le temps, mais au final n'avez-vous jamais entendu, ou peut être même connu des couples qui on fait 35, 50, 60, parfois bien plus d'années de mariage autre que 40 jours de désert !!!
La condition nécessaire pour la purification de l'être que nous sommes devant Dieu, a besoin du désert, a besoin de se laisser guider par l'Esprit, (volonté de Père), de faire un retour en soi, de s'isoler pour faire relecture de sa vie, pour y voir plus clair, pour faire un bon discernement, clarifier son esprit, ses pensées, son vouloir, son devenir, prendre le temps pour des résolutions saines, constructives ; sans désert, il n'y a rien de tout cela, c'est le vide, l'éternelle tentation qui nous entraîne toujours plus loin dans la chute.
Le baptême nous donne cette force, et le carême qui chaque année revient dans l'Eglise, n'est pas une contrainte, mais au contraire une possibilité de se retrouver face à face avec Dieu, ce que le tentateur exerce par-dessus tout.


4, 3: Et le tentateur, s`approchant, lui dit : " Si vous êtes fils de Dieu, dites que ces pierres deviennent des pains. "
4, 4: Il lui répondit : " Il est écrit : L`homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. "
4, 5: Alors le diable l`emmena dans la ville sainte, et, l`ayant posé sur le pinacle du temple,
4, 6: il lui dit : " Si vous êtes fils de Dieu, jetez-vous en bas; car il est écrit : Il donnera pour vous des ordres à ses anges, et ils vous prendront sur leurs mains, de peur que votre pied ne heurte contre une pierre. "
4, 7: Jésus lui dit : " Il est écrit aussi : Tu ne tenteras point le Seigneur, ton Dieu. "
4, 8: Le diable, de nouveau, l`emmena sur une montagne très élevée, et lui montrant tous les royaumes du monde, avec leur gloire,
4, 9: il lui dit : " Je vous donnerai tout cela, si, tombant à mes pieds, vous vous prosternez devant moi.
4, 10: Alors Jésus lui dit : " Retire-toi, Satan; car il est écrit : Tu adoreras le Seigneur, ton Dieu, et tu ne serviras que lui seul. "
4, 11: Alors le diable le laissa, et voilà que des anges s`approchèrent pour le servir.

Vous remarquerez que le démon prend ici plusieurs noms, diversité de nos tentations, mais il n'y a que le Christ qui l'appelle " Satan " le tentateur ; en fait et c'est là son plus grand rôle, il ne fait que tenter, c'est l'homme aveuglé qui tombe, donc lui n'y est pour rien si Ton se laisse bêtement avoir, berner, démontrant ainsi que l'intellect que dieu a placé en nous ne sert strictement à rien, ou si peu 11 sait que le Christ doit venir et qu'il Est l'Unique qui aura pouvoir sur lui, il cherche donc à le trouver avant que Sa puissance ne devienne trop grande, et qu'il ne puisse plus Le combattre d'où le persiflage constant dans ses demandes, " si tu es le fils de dieu" ...
A) Le désert: lieu de prédilection où l'homme se retrouve face à lui-même, lieu où se sont déroulés les événements fondateurs de la foi d'Israël, pour son édification, comme peuple choisi, comme adorateur du Dieu Unique, Vivant, en marche avec son peuple, dont la confiance et l'espérance ne seront jamais plus mis en doute.(Dt 8.3).
Le tentateur, toujours persifleur, Lui demande d'ordonner, car seul le Christ a ce pouvoir, réponse tout humble et simple de Jésus qui se classifie tout simplement comme un fils d'Israël, connaissant bien la Loi de ses pères, transformant la nourriture matérielle, certes, nécessaire à notre corps, en nourriture spirituelle, plus nécessaire encore aux besoins de notre âme.
B) Le temple : Jérusalem, cœur de la foi et de la cité sainte: sur le pinacle de la foi, tous miracles accomplis en ce lieu seraient pour l'univers une reconnaissance incontestée que Jésus est le Christ, fils de Dieu être, paraître, vanité sublimée, orgueil illimité, rien de tout cela pour Jésus qui simplement répond par une foi totale, une croyance aveugle, une espérance indéfectible, possible et ouverte à tout homme sur terre, sans limites, sans distinction.(Ne 11,1; Is 48,2; PS 91,11-12; Ex 17,2-7; Nb 14,22; PS 78,18)
Demander, certes, mais uniquement ce qui est nécessaire pour notre âme, et pour le salut des frères et sœurs en ce monde.
Là, tous ce que nous demandons nous est déjà accordé.
C) La montagne : moïse sur le mont Sinaï, Jésus transfiguré sur le mont tabor, voilà là symbolique que le démon prend pour élever Jésus dans le sommet le plus haut d'une montagne, vertigineuse voie, où le monde est à ses pieds, où il régnera en maître absolu dans le despotisme, la tyrannie, l'absolutisme, en somme dans ce qui est illimité pour les yeux, mais étroitement limité pour l'esprit .
La condition de ce pouvoir, rendre un culte à Satan qui veut prendre la place du créateur, de son propre créateur, car lui aussi est une créature de dieu, quel que soit la puissance de ses pouvoirs encore là réponse de Jésus, qui met le démon à la porter de tout un chacun en lui intiment 1’ordre de se retirer, et en invoquant uniquement le nom de Dieu, toujours dans la foi de ses pères, qui lui ont retransmis le message.
Tu honoreras Dieu seul et ne rendras un culte qu'à Lui Seul ;car dans tous l'univers, il n'y a pas d'autre Dieu que le Seigneur. (Dt 6,13-16; Dn 3,5-10-15;) Et dans une perspective nous y voyons aussi, les vœux de pauvreté, de chasteté et d'obéissance que font les prêtres lors de leurs ordinations.
Jésus, se tenant à notre portée, nous montre l'infaillibilité d'un chemin que nous pouvons tous prendre, sans distinction et sans limites, chemin qui mène droit au Père, chemin qu'il Est lui-même pour nous, route toute tracée du Salut, qu'il lui faudra malgré tout entériner par la croix, qui de supplice, et d'infamie se révélera glorieuse pour nous et destructrice pour Satan.

Retour en Galilée (4,12-17)

4, 12: Quand Jésus eut appris que Jean avait été livré, il se retira en Galilée.
4, 13: Et quittant Nazareth, il vint demeurer à Capharnaüm, sur les bords de la mer, aux confins de Zabulon et de Nephtali,
4, 14: afin que s`accomplît cette parole du prophète Isaïe :
4, 15: Terre de Zabulon et terre de Nephtali, vers la mer, pays au delà du Jourdain, Galilée des Gentils !
4, 16: Le peuple qui était assis dans les ténèbres a vu une grande lumière; et pour ceux qui étaient assis dans la région de l`ombre de la mort, une lumière s`est levée !

La subtilité étant de vous faire arrêter là où vous auriez tendance à ne pas le faire, car souvent un contexte qui peut nous paraître quelque peut obscur, ne se fait voir que dans une lecture dite « entre les lignes ».

Grâce à cette subtilité, bien des travers sont ainsi évités et la lecture reconsidérée est mieux analysée, interprétée, comprise; ce n'est pas bien long, mais souvent il suffit de peu de phrases, parfois de peu de mots pour que notre compréhension devienne plus évidente, et que nous apparaisse avec une plus grande clarté, le message lu.

Nous avons vu que Jésus accepte un certain ordre des choses, non qu'il s'impose à Lui, mais pour être selon l'esprit dans lequel nous entraîne Matthieu, un fil conducteur; il faut que Jean le baptiste se retire, de quelque manière que ce soit. Ici, hélas, à cause de la vilenie d'un homme, et de la cruauté d'une femme, ce sera par le martyr (reportez - vous à Marc 6,14-29) pour y lire cet épisode. Matthieu nous fait comprendre que cet événement eu lieu en l'absence de Jésus, pendant ces quarante jours de désert.

Capharnaüm, est une ville centrale en Galilée, dite Galilée des Nations dans la bouche d'Isaïe (Is 8,23 et 9,1), car, la route du commerce passait par ce grand carrefour, la TransJordanie, qui relie la mer à la terre, en allant et venant de la Mésopotamie à l'Egypte, de l'Orient à l'Occident.

Elle est encore la TransJordanie actuelle, et, sur une carte, il est aisé de voir la prépondérance de ce lieu; là se rencontrait dans les synagogues le jour du culte, toute la diaspora qui était en voyage.

Matthieu, reprend ici le témoignage d'Isaïe, et se fait fort de démontrer Jésus, comme la Lumière du monde si longtemps annoncée, dans un lieu où les hébreux, mêlés aux autres nations, nations qui se trouvaient elles dans les ténèbres, puisque méconnaissantes du message Divin, et dont les hébreux en les côtoyant, risquaient de perdre leur âme en plus de leur identité.

Jean disparu, la place, pour la suite logique des choses, revenait donc à Celui qu'il avait annoncé avec force, Jésus, Christ de Dieu, dont la transparence lui était révélée lors de son baptême dans les eaux du Jourdain, sous le symbole d'une colombe..


4, 17: Dès lors Jésus commença à prêcher, en disant : " Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche. "

Matthieu, en 4,17 met dans la bouche de Jésus, les propres paroles du baptiste, lien et continuité, pour commencer son itinéraire.

Appel des quatre premiers disciples (4,18-22)

4, 18: Comme il marchait le long de la mer de Galilée, il vit deux frères, Simon, dit Pierre, et André son frère, qui jetaient le filet dans la mer; car ils étaient pêcheurs.
4, 19: Et il leur dit : " Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d`hommes. "
4, 20: Eux aussitôt, laissant leurs filets, le suivirent.

Cette partie n'est pas moins importante, et aux yeux de Matthieu, cela est même capital; en règle générale, c'était toujours les fidèles qui se choisissaient un maître, pour en devenir les compagnons là Jésus innove, c'est Lui qui choisit ses compagnons, pris non pas au hasard, mais selon une idée éclairée, qui portera ses fruits aux confins du monde ; II veut que dès le début de son apostolat, tout ce qui va se faire et se dire ait des témoins.

De ces témoins, Jésus va en faire non des admirateurs passifs, mais d'authentiques collaborateurs, auxquels 11 transmettra son savoir (la parole) et son pouvoir (allez de toutes les nations, faites des disciples et baptisez-les etc.) à qui II donnera même de faire des miracles.

L'ordre que Jésus va suivre est des plus simples; tout œuvre faite par lui sera attribué à Dieu, et tout miracle qu'il opérera fera partie de cette œuvre, mais au moyen de la Parole, Jésus étant le verbe; ainsi Evangile et Actes ne feront qu'un, étroitement liés et indissociables.


4, 21: S`avançant plus loin, il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère, dans une barque, avec leur père Zébédée, réparant leurs filets, et il les appela.
4, 22: Eux, laissant à l`heure même leur barque et leur père, le suivirent.

JESUS enseigne et guérit (4,23-25)

4, 23: Et Jésus parcourait toute la Galilée, enseignant dans leurs synagogues, prêchant la bonne nouvelle du royaume, et guérissant toute maladie et toute infirmité parmi le peuple.
4, 24: Sa renommée se répandit par toute la Syrie, et on lui amenait tous les malades atteints d`infirmités et de souffrances diverses, des démoniaques, des lunatiques, des paralytiques, et il les guérissait.
4, 25: Et des foules nombreuses le suivirent de la Galilée, de la Décapole, de Jérusalem, de la Judée et d`au delà du Jourdain.

 

Chapitre 5

Retour au Début

Chapitre
suivant

Accueil

III Le sermon sur la montagne

Les béatitudes (5,1-12)

5, 1: Voyant les foules, il monta sur la montagne, et lorsqu`il se fut assis, ses disciples s`approchèrent de lui.
5, 2: Alors, prenant la parole, il se mit à les enseigner, en disant :
5, 3: " Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux!
5, 4: Heureux ceux qui sont affligés, car ils seront consolés!
5, 5: Heureux ceux qui sont doux, car ils posséderont la terre!
5, 6: Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés!
5, 7: Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde!
5, 8: Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu!
5, 9: Heureux les pacifiques, car ils seront appelés enfants de Dieu!
5, 10: Heureux ceux qui souffrent persécution pour la justice, car le royaume des cieux est à eux!

Son message s'identifie à celui du Père, 11 parle en son nom, impose une doctrine qui va totalement à rencontre du messie espéré par les hébreux, eux qui attendaient, espéraient un libérateur guerrier, et qui se trouvent tout à coup devant la Miséricorde personnifiée ; désarroi, désappointement, ébranlement de tant d'espérances qui se retrouvent vaines; ce n'est pas encore celui-là qui libérera Israël du joug de l'oppresseur, et qui le fera devenir la première nation dominatrice du monde, imposant ainsi la loi du Dieu Unique...

Et voilà que d'un sermon attendu, devant (selon eux) transporter les foules, Jésus leur offre des Béatitudes !!!
alors à quoi peuvent bien servir les miracles accomplis par Lui Pourquoi toute cette démonstration de pouvoir et de puissance, si ce n'est pour chasser l'occupant ! !

La longue route ne fait que commencer, et son chemin ne sera pas sans écueils, il y faudra du temps, de la patience, de la compréhension, et du vouloir pour que s'amorce petit à petit l'idée que Celui qui était annoncé par les prophètes, était effectivement un libérateur, non pas des idées et des volontés humaines, mais de l'âme, du cœur, dés consciences, des pensées, le tout étroitement lié à l'Amour du Père, pour que se régénère en se modifiant le genre humain. Il y a là, loin de la coupe aux lèvres.

Jésus présente les béatitudes en catégories différentes allant d'une connotation triste à une connotation joyeuse.
On trouvera les approches de toutes ces prévisions dans les textes suivants: (Sop 2,3-5; Gn 13,15 ; PS 34,19; 37,11;40,18).

1) Pour les pauvres, il fait allusion à ceux qui ont un cœur de pauvre, rempli d'Amour;

2) Pour les doux, la terre que leur donne le Seigneur sera leur bien;

3) Pour ceux qui pleurent, non sur eux-mêmes, mais sur la misère du monde, la consolation dans l'œuvre Dieu est assuré ;

4) Pour ceux qui ont faim et soif de justice, il leur sera donné la justice incarnée, en Jésus lui-même ;

5) Pour les miséricordieux, la miséricorde est d'avance accordée;

6) Pour les cœurs purs, ils verront Dieu, mais non à la fin du monde, tout de suite, sur cette terre qu'ils foulent des pieds avec Jésus ;

7) Pour ceux qui font œuvre de dieu, leurs noms resplendiront dans les deux, appelés fils de Dieu ;

8) Ceux qui souffrent les persécutions sous-toutes ses formes, humaines et tyranniques, sous 1 égide de la soi-disant justice, le royaume est à eux, le royaume inauguré par le Christ, qui fera resplendir sa magnificence dès ce bas monde ;

9) Enfin ceux qui auront à souffrir à cause de Jésus, la récompense sera grande, non ici-bas, mais dans les deux, au terme de l'effort, le travail accompli; non comme simple mortel, mais comme prophète.

Sur ce point, nous voyons tout de suite deux choses qui s'imposent; la première, Jésus s'annonce comme Le Messie, car à cause de LUI, il y aura pour qui veut et voudra le suivre, et ceux de touts temps, insultes, persécutions, harcèlement, dénigrement, etc., mais non à cause d'un idéal futile, mais à cause de Jésus, de Son NOM, de celui qui va s'imposer comme Christ de Dieu, libérateur de l'humanité, car peu seront ceux qui y croiront, et nombreux seront ceux qui outrageront.

La deuxième, tout travail accompli au Nom de Jésus, quel que soit le temps, passé, présent et à venir, est considérée par Dieu lui-même, comme œuvre de prophète, car le traitement qui est infligé aux prophètes de tout temps, est identique à celui qui sera infligé à tous ceux qui suivront Jésus; mais tous comme eux, la récompense est déjà acquise dans les Cieux, avec Jésus, et le Père, dans toute leur gloire.

J'attire ici particulièrement votre attention, car tout cela n'est pas donné seulement à certains, quelles que soient leurs conditions, mais à tout un chacun, du plus austère au plus délirant, du plus sérieux au plus joyeux, de l'ouvrier comme du patron, du poltron comme du courageux, de l'esclave au maître, de l'opprimé à l'oppresseur, etc.


5, 11: Heureux serez-vous, lorsqu`on vous insultera, qu`on vous persécutera, et qu`on dira faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi.
5, 12: Réjouissez-vous et soyez dans l`allégresse, parce que votre récompense est grande dans les cieux; car c`est ainsi qu`ils ont persécuté les prophètes qui ont été avant vous.

Sel des la terre et lumière du monde (5,13-16)

5, 13: Vous êtes le sel de la terre; mais si le sel s`affadit, avec quoi le salera-t-on? Il n`est plus bon à rien qu`à être jeté dehors pour être foulé aux pieds par les hommes.
5, 14: Vous êtes la lumière du monde : une ville, située au sommet d`une montagne, ne peut être cachée.
5, 15: Et on n`allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais sur le chandelier, et elle éclaire tous ceux qui sont dans la maison.
5, 16: Qu`ainsi votre lumière brille devant les hommes, afin que, voyant vos bonnes œuvres, ils glorifient votre Père qui est dans les cieux.

L' accomplissement de la Loi (5,17-19)

5, 17: Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes; je ne suis pas venu abolir, mais parfaire.
5, 18: Car, je vous le dis en vérité, jusqu`à ce que passent le ciel et la terre, un seul iota ou un seul trait de la Loi ne passera pas, que tout ne soit accompli.
5, 19: Celui donc qui aura violé un de ces moindres commandements, et appris aux hommes à faire de même, sera tenu pour le moindre dans le royaume des cieux; mais celui qui les aura pratiqués et enseignés, sera tenu pour grand dans le royaume des cieux.

La justice nouvelle supérieure à l'ancienne (5,20-48)

5, 20: Car je vous dis que si votre justice ne surpasse celle des Scribes et des Pharisiens, vous n`entrerez point dans le royaume des cieux.

Jésus met ici en grande évidence, ce que sera le travail à accomplir pour que grandisse le royaume, et les différentes comparaisons s'identifieront aux nécessités absolues qui se moqueront à tout moments et de tout temps, des guerres, des persécutions, des tortures, des afflictions et autres problèmes, car ce qui prévaudra constamment sera la bonne action qui sera manifestée dans le monde, quel qu'en soit lieu.

Qui peut se passer du sel dans la vie de tous les jours? personne! et Jésus compare les ouvriers du Royaume au Sel de Dieu.

Qui peut se passer de la lumière même pour peu de temps ? personnes ; et Jésus compare les ouvriers du Royaume au Soleil de Dieu.

Le Royaume consiste dit Jésus, non à abroger la Loi, car la Loi que Dieu nous donne est bonne et nécessaire pour nous, mais à l'accomplir dans son intégrité, selon la version du Maître, selon le désir du Père loi qui sera certes refusé, car elle dérange et proclame une vérité dure à entendre et à mettre en pratique, mais rien de ce qui sera dit et fait par Jésus ne passera, ainsi que tout ceux que la révéleront au Nom de Jésus ! les ouvriers du Royaume.

L'unique justice n'est et ne sera que celle de Dieu, surpassant de loin toutes les soi-disant justices des dieux humains, corrompus jusqu'au plus profond de leur être, et voués à rester hors de la vision de Dieu, hors du Royaume, hors du Paradis.

Vous vous êtes rendu compte que le sujet abordé était pour le moins assez épineux, et bien sûr nous n'avons pas failli à la règle qui s'imposait, disséquer minutieusement les versets qui s'offraient à notre compréhension..


5, 21: Vous avez appris qu`il a été dit aux anciens : Tu ne tueras point; mais qui tuera sera justiciable du tribunal.
5, 22: Et moi, je vous dis : Quiconque se met en colère contre son frère [à la légère] sera justiciable du tribunal; et qui dira à son frère : Raca! sera justiciable du Sanhédrin; et qui lui dira : Fou! sera justiciable pour la géhenne du feu.
5, 23: Si donc tu viens présenter ton offrande à l`autel et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi,
5, 24: laisse là ton offrande, devant l`autel, et va d`abord te réconcilier avec ton frère; et alors viens présenter ton offrande.
5, 25: Accorde-toi au plus tôt avec ton adversaire, tant que tu es en chemin avec lui, de peur que l`adversaire ne te livre au juge, que le juge (ne te livre) à l`appariteur, et que tu ne sois jeté en prison.
5, 26: En vérité, je te le dis, tu n`en sortiras pas que tu n`aies payé le dernier sou.

a 1ère clé, était la Différentiation et Complémentarité de la Loi par Jésus; en effet Jésus se place ici encore, sur la montagne, qui représente les lieux inaccessibles à atteindre pour l'humain, s'il n'y a pas le concours de Dieu, qui nous attire vers sa parole Son enseignement.

Jésus ne contredit pas la Loi, édictée par Moïse, et donnée par Dieu, bien au contraire, II vient compléter cette loi, en lui donnant une dimension plus large, plus importante, plus explicite, plus implicative, et plus accusatrice aussi en quelque sorte, remettant dans le juste contexte inexprimé et inexpliqué par les scribes, les docteurs et les pharisiens, les réelles et profondes pensées, désires et volontés de Dieu, de mettre tout individu, devant les responsabilités, devoirs et charges qui sont réellement les siennes, sans hypocrisie, sans partis pris, sans accusation directive, ni sens unique, mais en égale condition d'infraction lorsque devant la Loi, ce qui est fait par l'un ou par l'autre, toutes conditions mises à part, d'appartenance à une famille, caste, tribu, ou même d'un peuple car, tous identiques devant Dieu, et qu'il s'agisse de femme ou d'homme !!! (voir Dt 5,17 et Ex 20,13)

La justice de l'homme, très imparfaite,(volontairement ou involontairement exprimée), n'ouvre pas les portes du Royaume, sauf celle de Dieu que le Christ nous enseigne, permet cette possibilité, et personne n'échappera au jugement ; quant à sa justice, quand bien même la miséricorde de Dieu puisse-t-elle être incommensurable, et, tous et toutes, du plus profond de notre cœur et de notre âme, espérons vivement qu'il en soit ainsi, il n'en est pas moins plus vrai qu'elle existe, et que chacun de nous s'attende à en payer le juste prix, jusqu'à effacement du péché.


5, 27: Vous avez appris qu`il a été dit : Tu ne commettras point d`adultère.
5, 28: Et moi, je vous dis : Quiconque regarde une femme avec convoitise a déjà commis l`adultère avec elle, dans son cœur.
5, 29: Si donc ton œil droit est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi : car mieux vaut pour toi qu`un seul de tes membres périsse, et que ton corps tout entier ne soit pas jeté dans la géhenne.
5, 30: Et si ta main droite est pour toi une occasion de chute, coupe-la et jette-la loin de toi : car mieux vaut pour toi qu`un seul de tes membres périsse, et que ton corps tout entier n`aille pas dans la géhenne.

En Mt 5, 27-30, la 2e clé était la Radicalité et l'Inflexibilité du traitement à opérer, sans temporiser, mais en éradiquant complètement le mal, évitant ainsi toute possibilité de contagion, même si le prix à payer est de se séparer d'un membre !!! pardon de prendre pour exemple le cancer, maladie qui touche de plein fouet notre civilisation, les médecins n'éradiquent-il pas le mal par l'ablation du membre touché afin que le reste du corps survive.

Cette radicalité doit réellement nous faire réfléchir, et nous amener à méditer longuement sur les faits et gestes de nos actions, car lequel d'entre nous n'est pas désireux de retrouver, à l'heure voulue, auprès du Père, ceux et celles qu'il a tant aimés sur terre, dans cette vie visualisable ne soyons pas ceux qui seront les absents de cette rencontre ! (voir Dt 5,18 et Ex 20,14)


5, 31: Il a été dit aussi : Si quelqu`un répudie sa femme, qu`il lui donne un acte de répudiation.
5, 32: Et moi, je vous dis : Quiconque répudie sa femme, hors le cas d`impudicité, fait qu`on sera adultère avec elle; et celui qui épouse une répudiée commet l`adultère.

Et oui, là, nous avons longuement traité de juridiction sur la faillibilité de l'humain, la tentation, l'adultère, qui inexorablement porte dans la bouche de Jésus à la prostitution, condamnant aussi bien l'acte sous toutes ses formes, que celui qui le commet et d'autant plus pour celui qui en est la cause... certes, notre monde d'aujourd'hui, devant la facilité des possibilités que lui donne la loi humaine, conditionné par le contexte de notre civilisation, où la foi est reléguée au dernier stade de l'évolution et de l'émancipation, profite et abuse quel que soit son droit légitime ou pas, pour contrevenir allégrement aux volontés divines, oubliant ses devoirs devant son Créateur, auquel d'ailleurs il ne croit plus, par le pouvoir fortement médiatisé d'une stratégie ambitieuse et voulue, d'une fausse philosophie hautement proclamée, que l'élaboration de la créature humaine est hors contexte d'une volonté Divine, Créative et Suprême, mais d'une fatale erreur de la nature, auxquels l'humain n'a rien à voir, ni aucun parti à prendre, son faillibilisme étant de la même nature que l'erreur... donc que rien ne lui est imputable !

Inutile de vous dire que malgré toute notre bonne volonté, suivie d'exemples plus ou moins expliqués où à fortiori se voulant explicables ne nous ont pas permis de refaire le monde, ni de le changer, mais nous avons retenu qu'il était très important, pour nous croyants, qui avons la foi, que notre mode de vie et notre exemple, resteront et perdureront dans les temps à venir, dans les mémoires et le devenir de ceux qui viennent après nous, comme nous l'ont laissé ceux qui avant nous ont cru en Jésus, Messie de Dieu, Christ, Crucifié, Ressuscite, Victorieux et Glorieux en Dieu. Amen.

Pardon à tous, si certains de mes propos ont pu vous choquer, mais mon résumer doit refléter explicitement et exactement la Parole de Dieu, avec toutes les conséquences, positives ou négatives qui touchent chacun de nous, mon devoir de serviteur de la Parole étant de vous transmettre sans omission, et surtout sans fioriture, l’exacte prédication du Maître, sans rien ni changer, attirant votre attention sur les faits et dires de certains, qui peuvent volontairement ou involontairement vous induirent en erreur.


5, 33: Vous avez encore appris qu`il a été dit aux anciens : Tu ne te parjureras point, mais tu t`acquitteras envers le Seigneur de tes serments.
5, 34: Et moi, je vous dis de ne faire aucune sorte de serments : ni par le ciel, parce qu`il est le trône de Dieu;
5, 35: ni par la terre, parce qu`elle est l`escabeau de ses pieds; ni par Jérusalem, parce que c`est la ville du grand Roi.
5, 36: Ne jure pas non plus par ta tête, parce que tu ne peux rendre blanc ou noir un seul de tes cheveux.
5, 37: Mais que votre parole soit : Oui, oui; non, non. Ce qui est en plus de cela vient du Malin.
5, 38: Vous avez appris qu`il a été dit : Œil pour œil et dent pour dent.

Jésus nous enseigne sur le parjure (Lv 19,18 b) qui en soi, est une profanation aux yeux de l'Éternel et de son Saint NOM, car Jésus nous enseigne que nous ne devons jurer sur rien ! Exactement, sur rien ! Notre oui tout comme notre non doit être dit en vérité et en toute sincérité ; chacun doit nous croire sur nos propres dires. Point.

A nous de savoir nous exprimer selon les besoin de la cause que nous tenons ou défendons, (Nb 20,3) et de ne pas se faire prendre à partie sur ce qui risquerait d'être un faux serment (Dt 23, 28 ; 24.)

Jésus dans ce texte appuie fortement sur les propos de Moïse (Nb 30,3) (Qo 5, 3-4) (Pr 20,25) (PS 66,13) ainsi que sur les paroles d'Isaïe
(Is 66,1). L'important de ce texte est qu'il nous met en droite ligne sur le chemin de la sainteté savoir s'adresser aux autres avec une extrême sagesse.


5, 39: Et moi, je vous dis de ne pas tenir tête au méchant; mais si quelqu`un te frappe sur la joue droite, tends-lui encore l`autre.
5, 40: Et à celui qui veut t`appeler en justice pour avoir ta tunique, abandonne encore ton manteau.
5, 41: Et si quelqu`un te réquisitionne pour un mille, fais-en deux avec lui.
5, 42: Donne à qui te demande, et ne te détourne pas de qui veut te faire un emprunt.

Jésus se sert des propos et des paroles de Moïse encore une fois, (Ex 21, 22-24) (Lv 24, 20 Ss)
(Dt 19,21).

Le christ nous demande avec douceur et acceptation de savoir accueillir, recevoir, écouter, donner, etc. ce n'est pas de l'ordre de la morale, mais de la FOI, simplement, uniquement.

De fait la suite des versets 43-49 nous démontre bien l'étroite relation qu'il y a entre la haine et l'amour, et comment l'amour triomphe de toutes permissivités.

Pour cela trois piliers nous sont exposés ; 1) la prière 2} l'aumône 3) le jeûne.

Jésus encore ici, se sert des écritures, pour citer les diverses mises en garde faites par les prophètes,
(Lv 19,18 aimer son prochain) (Ex 23,4-5 savoir rendre son bien a autrui, quand bien même il est notre ennemi) (Pv 25,21 dans le besoin, nourrir même son ennemi, si difficile portant à réaliser) (Si 10,6 ne pas tenir rancune) (Ps 108,6 Avoir en touts temps et en touts lieux, avec qui que ce soit, un véritable acte de justice).

La perfection ici demandée, fait uniquement l'objet de toutes les annonces (citées ici pour les plus importantes), faites aux cours des temps de l'histoire de ce peuple, qui découvrait petit à petit l'identité du DIEU unique, de son attention pour lui et de son Amour, des droits et devoirs qui désormais allaient lui incomber, et de sa conduite à tenir devant la face des peuples, pour être devant LUI, un peuple choisi, un peuple de prêtres ; tous cela il fallait le comprendre...


5, 43: Vous avez appris qu`il a été dit : Tu aimeras ton proche, et tu haïras ton ennemi.
5, 44: Et moi je vous dis : Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent,
5, 45: afin que vous deveniez enfants de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et descendre la pluie sur les justes et sur les injustes.
5, 46: Si en effet vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous? Les publicains eux-mêmes n`en font-ils pas autant?
5, 47: Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d`extraordinaire? Les païens eux-mêmes n`en font-ils pas autant?
5, 48: Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait.

De fait la suite des versets 43-48 nous démontre bien l’étroite relation qu’il y a entre la haine et l’amour, et comment l’amour triomphe de toutes permissivités.

Chapitre 6

Retour au Début

Chapitre
suivant

Accueil

Faire l'aumône en secret (6,1-4)

6, 1: Gardez-vous de pratiquer votre justice aux regards des hommes pour être vus d`eux; autrement, vous n`avez pas de récompense auprès de votre Père qui est dans les cieux.
6, 2: Quand donc tu fais l`aumône, ne fais pas sonner de la trompette devant toi, comme font les hypocrites dans les synagogues et dans les rues, afin d`être glorifiés par les hommes; en vérité, je vous le dis, ils ont reçu leur récompense.
6, 3: Pour toi, quand tu fais l`aumône, que ta main gauche ne sache pas ce que fait ta main droite,
6, 4: afin que ton aumône soit dans le secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.

Prier en secret (6,5-6)

6, 5: Et lorsque vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, qui aiment à prier debout dans les synagogues et au coin des rues, afin d`être vus des hommes; en vérité, je vous le dis, ils ont reçu leur récompense.
6, 6: Pour toi, quand tu veux prier, entre dans ta chambre et, ayant fermé ta porte, prie ton Père qui est présent dans le secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.

J'intitulerai se chapitre « le secret du cœur. ».. en effet il s'agit du cœur à cœur avec Dieu, et l'implacable révélation qu'il nous est impossible de mentir ou de cacher la vérité devant Sa face.

La religion implique une fidélité à toute épreuve, identique pour nous mortel, à la fidélité du mariage.

De ce fait, toute hypocrisie devient purement et simplement de la perversité aux yeux de notre créateur qui, dans le secret de notre cœur, en tant que DIEU et PERE, sondent nos cœurs et nos reins, donc le plus profond de notre être, est durement meurtri par notre faiblesse, et notre lâcheté.

Pour Dieu le point culminant de notre hypocrisie est de vouloir se faire remarquer le plus possible des autres,
et de refuser de se reconnaître comme créature, et ne vouloir se montrer et démontrer que l'on est l'égal de Dieu, mais au-dessus de Lui donc être Dieu soi- même, ce que tentent vainement de démonter les systèmes totalitaristes et certains partis idéalistes qui incitent et poussent les foules à une hérésie qui le conduira immanquablement à leur perte.

Pour cela encore, Dieu nous montre 3 voies :

- AGIR dans le plus grand secret, pratiquement à l'insu de tous ;
- REPENTIR par le jeûne, se reconnaître pêcheur, et demander pardon ;
- PRIER, seul vrai lien direct avec Dieu,

(Es 26,20) sans rabâcher mais profondément et du fond du cœur, en vérité.

Dieu, connaît les besoins de notre cœur et le désir de notre âme, mais l'acte de demande, nécessite de se reconnaître comme Fils du Père, donc demander comme de véritables enfants de Dieu, donc ne demander que ce qui mène à la perfection divine de Dieu, Père, qui ne peut et ne veut donner à ses enfants que se qui les mènera sur le chemin de la sainteté, dont le Christ ouvre les portes, celles du ciel.

La conclusion que nous pourrons tirer de ce travail est que : honorer Dieu comme tel, c'est d'abord et avant tout se reconnaître un enfant devant Sa face, et vivre dans Sa totale intimité à l'unique exemple de Jésus.

La vraie prière. Le Pater (6,7-15)

6, 7: Dans vos prières, ne multipliez pas les paroles, comme font les païens, qui s`imaginent devoir être exaucés à force de paroles.
6, 8: Ne leur ressemblez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous ne le lui demandiez. Vous prierez donc ainsi :
6, 9: Notre Père qui êtes aux cieux, que votre nom soit sanctifié;
6, 10: que votre règne arrive; que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
6, 11: Donnez-nous aujourd`hui le pain nécessaire à notre subsistance;
6, 12: et remettez-nous nos dettes, comme nous-mêmes remettons à ceux qui nous doivent;
6, 13: et ne nous induisez point en tentation, mais délivrez-nous du Malin.
6, 14: Car si vous remettez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous remettra aussi (les vôtres).
6, 15: Mais si vous ne remettez pas (les leurs) aux hommes, votre Père ne pardonnera pas non plus vos offenses.

L’acte IX Mt 6,7-15, se divisait en deux parties, soit : Mt 6,7-8 et 9-15 ; son titre était sans surprise bien sûr, puisqu’il s’agissait du Notre Père ; 7-8 nous met en condition spéciale, et 9-15 développait la prière que le Christ nous a donné.

            S’agissant des deux versets 7-8, Jésus nous met en garde dans la façon de prier, qui doit être un acte posé, un moment privilégié, choisi par excellence pour être face à Dieu, Il nous demande aussi de ne pas rabâcher comme les païens, qui devaient, selon leurs coutumes, réciter des nombres importants de fois telle formule de prière pour que la divinité les exhausse enfin.

            C’était pour eux la quantité qui prédomine, plutôt que l’acte de foi que l’on y mettait, les mots et les paroles devant ainsi faire pression sur l’oracle ; Jésus nous rappelle que l’importance de la prière, revêt un caractère bien plus singulier, car plus profond.

            Dieu, nous dit Jésus connaît vos besoins avant même que vous ne les LUI demandiez ; IL va surtout s’attacher à la façon dont l’être, qui devant LUI se reconnaissant humble et enfant, demandera dans le secret du cœur le secours qu’il exprimera.

            Les versets 9-15 reprenaient la prière du Christ, première née du Verbe fait chair, qui abat toutes frontières, pour nous mettre dans la condition, non plus d’esclave rendant hommage obligatoire à la divinité transcendante, mais ô merveille, comme enfant, enfant créé pour être aimé par Celui qui Nous voulus et qui Nous conçus, pour être tels que LUI, à SA ressemblance et à SON image.

            Voilà qui change et modifie tout !! Aussi bien dans le comportement, que dans le langage !! L’homme prend, grâce à cette révélation, une dimension jamais atteinte, hors du commun, et complètement différente de la révélation comprise par nos pères, et faite anciennement à Israël.

            Cette divinité lointaine, exposée en un lieu indéfini, qui impose sa loi, qui faisait plutôt peur et dont on craint la voie, voilà qu’elle se rapproche de nous, nous entoure d’amour et d’affection, devient un Père à l image d’un enfant qu’Il chérit tous particulièrement ; et pour mieux nous le faire comprendre Jésus sans aucune hésitation nous demande de l’appeler ABBA !! (PAPA)

            Reprenons ici en quelques lignes cette merveilleuse prière que je n’essaierai pas de commenter mais de comprendre avec vous :

 Père, (et non dieu lointain) qui es aux cieux (dans l’immédiateté de notre entourage tout comme aux confins de l’univers) que Ton nom soit sanctifié (reconnaissance d’un père en plus d’une divinité créatrice, avec un amour sans faille) que Ta volonté soit faite (rencontre d’une émergence nouvelle prédominant à jamais sur le mal), sur la terre comme au ciel (touts deux, lieux de vie par excellence de Dieu, ou le bien doit radicalement supplanter le mal), donne-nous chaque jour (que je ne sois jamais Père un seul moment loin de Toi) notre pain quotidien (mystère pascal du Christ qui se donne à nous sous la.forme du pain et du vin dans la Sainte Eucharistie) pardonne-nous nos offenses (car créature que je suis, je reconnais ma faiblesse devant Toi) comme nous pardonnons à ceux qui nous offenses (si je ne pardonne pas, moi qui suis aimé de TOI, qui me pardonnera en retour ? et là indiciblement Jésus pose une condition sine qua non de notre comportement à venir au quotidien), ne nous soumets pas en tentation (lire Si 23,1 ; 27,30 ;28,7, qui nous expliquera et nous donnera une logique inattendue de la révélation exacte de la soumission) mais délivre-nous du mal (viens à mon secours, car sans Toi, je ne puis rien).

Pardon, mes bien chers amis, pour la rapidité de ce texte qui mériterait à lui tout seul des pages et des pages entières, comme de nombreux pères de l’Eglise l’on déjà si bien fait ; mais déjà cette merveilleuse prière est à elle seule, un crêdot sans faille pour qui veux avec amour et attention, dans le secret de son cœur, s’adresser a Dieu, en approfondissant un tant soit peu cette prière ainsi commentait.

Jeûner en secret (6,16-19)

6, 16: Et lorsque vous jeûnez, ne prenez pas un air sombre, comme les hypocrites, qui exténuent leur visage, pour faire paraître aux hommes qu`ils jeûnent; en vérité, je vous le dis, ils ont reçu leur récompense.
6, 17: Pour toi, quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage,
6, 18: afin qu`il ne paraisse pas aux hommes que tu jeûnes, mais à ton Père qui est présent dans le secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.
6, 19: Ne vous amassez pas des trésors sur la terre, où les voleurs percent les murs et dérobent.

Le vrai trésor (6,20-21)

6, 20: Mais amassez-vous des trésors dans le ciel, où ni la teigne ni les vers ne consument, et où les voleurs ne percent pas les murs ni ne dérobent.
6, 21: Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur.

L'oeil lampe du corps (6,22-23)

6, 22: La lampe du corps, c`est l`œil. Si donc ton œil est sain, tout ton corps sera éclairé; mais si ton œil est gâté, tout ton corps sera dans les ténèbres.
6, 23: Mais si la lumière qui est en toi est ténèbres, quelles ténèbres!

DIEU et l'argent (6,24)

6, 24: Nul ne peut servir deux maîtres : car ou il haïra l`un et aimera l`autre, ou il s`attachera à l`un et méprisera l`autre. Vous ne pouvez servir Dieu et la Richesse.

Les versets suivants de Mt 6, 16 à 24 se composaient de quatre temps forts :

a)         le jeûne : ce verset s’explique de lui-même, en le lisant bien attentivement, on comprend que Jésus nous rappelle une façon bien humaine de notre hypocrisie.

b)         Le trésor : là Jésus met l accent sur ceux qui ont le plus important, car sans tricherie ni supercherie, le lieu par excellence de l’homme visible et visité par dieu, c’est son cœur.

c)         La lampe du corps : explicite ici une façon toute nouvelle et toute différente de regarder son prochain, sans convoitise, ni envie, ni arrière pensée, etc…

d)        L’argent : le choix; inévitablement et indiciblement le choix, entre Dieu, Père et le monde, sans Dieu, sans Père, idolâtre d’un bien éphémère que nul ne peut emporter avec soi, et qui tranche entre la vie éternelle ou la mort définitive.

Voilà bien sûr très brièvement mais assez précisément expliqués; et pardon pour la dureté de certains mots, mais parfois il faut ce qu’il faut…

S'abandonner à la providence (6-25-34)

6, 25: C`est pourquoi je vous dis : Ne vous inquiétez pas pour votre âme de ce que vous mangerez ou de ce que vous boirez, ni pour votre corps de quoi vous le vêtirez. L`âme n`est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement?

En 6,25 par cette phrase si belle, le Seigneur nous appelle non à l’insouciance, mais à la confiance absolue, inspirée, et conduite par la prière.


6, 26: Regardez les oiseaux du ciel, qui ne sèment ni ne moissonnent et n`amassent rien dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu`eux?

En 6,26 Jésus fait une comparaison non des moins explicites, il faut aussi se reporter au (Ps 13-14) de Salomon, véritable joyaux biblique.


6, 27: Qui de vous, à force de soucis, pourrait ajouter une seule coudée à la longueur de sa vie?

En 6,27 là se pose le grand dilemme de savoir si notre destinée est déjà inscrite dans les cieux, mais en tout cas, Jésus est explicite sur ce point, la longévité de notre existence, nous échappe complètement, seul Dieu ayant le pouvoir suprême de changer ou modifier quoi que ce soit.


6, 28: Et pourquoi vous inquiétez-vous pour le vêtement? Observez les lis des champs, comment ils croissent : il ne peinent ni ne filent.
6, 29: Or je vous dis que Salomon même, dans toute sa gloire, n`était pas vêtu comme l`un d`eux.
6, 30: Si donc Dieu revêt ainsi l`herbe des champs, qui est aujourd`hui et demain sera jetée au four, ne (le fera-t-il) pas bien plus pour vous, gens de peu de foi?
6, 31: Ne vous mettez donc point en peine, disant : Que mangerons-nous ou que boirons-nous, ou de quoi nous vêtirons-nous?
6, 32: - c`est de tout cela en effet que les païens sont en quête, - car votre Père céleste sait que vous avez besoin de tout cela.

En 6,28 à 6,32a Jésus revient encore tout comme en 6,26 en appuyant bien sur les utilités pour nous, mais qu’Il transforme en futilité, nous laissant bien comprendre que notre besoin est de toujours connu par notre Père des Cieux…voir (1 R 10 et 2 Ch 9) message depuis longtemps expliqué aux hébreux.


6, 33: Cherchez premièrement le royaume [de Dieu] et sa justice, et tout cela vous sera donné en plus.

De 6,32a à 33 inclus, Jésus nous rappelle notre vocation première, la recherche du royaume de Dieu, et son service, car cela seul compte réellement, tous le reste n’étant pas à proscrire, bien sur, mais est du domaine du superflu; tout comme en 6,25, le Seigneur nous assure que nos besoins, sont tous pris en compte auprès du Père….voir (Ps 37 v 4).


6, 34: N`ayez donc point de souci du lendemain, car le lendemain aura souci de lui-même : à chaque jour suffit sa peine.

En 6,34 Jésus nous appelle littéralement à une confiance totale, absolue, quasiment aveugle! Et les mots ne sont pas trop forts. Il nous demande un dépassement de nous même, car à se stade de la Foi, c’est d’un acquit pur et simple auquel Jésus fait allusion maintenant, Dieu veillant sur tous.

Chapitre 7

Retour au Début

Chapitre
suivant

Accueil

Ne pas juger (7,1-5)

7, 1: Ne jugez point afin de n`être point jugés,
7, 2: car de la façon dont vous jugez, vous serez jugés, et avec la mesure dont vous mesurez il vous sera mesuré.

J’intitule le chapitre 7,1-21, le Jugement, non pour juger les autres, bien évidemment, mais pour savoir composer avec, notre petitesse, ne nous laissant voir que le côté le plus obtus de notre orgueil, souvent si démesuré.

En 7,1-2, cela ne nous fait –il pas penser à un verset de la prière du Notre Père, je cite : « Pardonne nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés… » Voilà qui pose une sérieuse réflexion… !


7, 3: Pourquoi regardes-tu la paille qui est dans l`œil de ton frère, et ne remarques-tu la poutre qui est dans ton œil?
7, 4: Ou comment (peux-tu) dire à ton frère : " Laisse-moi ôter la paille de ton œil, " lorsqu`il y a une poutre dans ton œil?

En 7,3-4 effet et perversité du jugement qui nous met devant l’inévitable fait accompli, que devant Dieu, nul n’est parfait.


7, 5: Hypocrite, ôte d`abord la poutre de ton œil, et alors tu verras à ôter la paille de l`œil de ton frère.

En 7,5 c’est carrément la douche froide, car l’on voit ici, comment de façon première Dieu voit et juge… (Nécessité d’une purification des yeux du cœur !!!) Sans cela…de quelle mesure se servira-t-Il pour nous ?

Ne pas profaner les choses saintes (7,6)

7, 6: Ne donnez pas aux chiens ce qui est saint, et ne jetez pas vos perles devant les porcs, de peur qu`il ne les foulent aux pieds, et que, se retournant, ils ne vous déchirent.

En 7,6 Jésus nous demande la plus grande attention pour les choses Saintes, qui ne sont pas à profaner, à donner ou à semer n’importe où, ayant plus ou moins une certaine connaissance du terrain sur lequel nous avançons.

Efficacité de la prière (7,7-11)

7, 7: Demandez et l`on vous donnera; cherchez et vous trouverez; frappez et l`on vous ouvrira.
7, 8: Car quiconque demande reçoit, qui cherche trouve, et l`on ouvrira à qui frappe.
7, 9: Y a-t-il parmi vous un homme qui, si son fils lui demande du pain, lui donnera une pierre?
7, 10: Ou, s`il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent?
7, 11: Si donc vous, tout méchants que vous êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il ce qui est bon à ceux qui lui demandent.

La règle d'or (7,12)

7, 12: Donc, tout ce que vous voulez que les hommes vous fassent, faites-le aussi pour eux; car c`est la Loi et les Prophètes.

Les deux voies (7,13-14)

7, 13: Entrez par la porte étroite; car large est la porte, et spacieuse la voie qui conduit à la perdition, et nombreux sont ceux qui y passent;
7, 14: car étroite est la porte, et resserrée la voie qui conduit à la vie, et il en est peu qui la trouvent !

En 7, 7-14 plusieurs thèmes se font jour et notre vigilance doit être très accrue…7,7 avancer dans la prière; 7,8 être attentivement à l’écoute; 7,9-10 évidence d’un agir qui ne peut être différent aussi pour le Père vis-à-vis de nous; 7,11 cela ressemble à si méprendre à 7,3-4 une bonne leçon de conduite ! 7,13-14 savoir faire le bon choix, la route de la perdition est aisée.

Les faux prophètes (7,15-20)

7, 15: Gardez-vous des faux prophètes qui viennent à vous sous des vêtements de brebis, mais au dedans sont des loups rapaces.
7, 16: C`est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez : cueille-t-on du raisin sur les épines, ou des figues sur les ronces?
7, 17: Ainsi tout arbre bon porte de bons fruits, et tout arbre mauvais porte de mauvais fruits.
7, 18: Un arbre bon ne peut porter de mauvais fruits, ni un arbre mauvais porter de bons fruits.
7, 19: Tout arbre qui ne porte pas de bons fruits, on le coupe et on le jette au feu.
7, 20: Donc, c`est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez.

En 7,15-20, là encore Jésus ne cesse de nous ouvrir les yeux, nous mettre ne garde, mettre des repères, nous donne des exemples flagrants afin de ne pas nous tromper, voir ( FEz 22,23-28) (Si 27,4-7)autres messages de mise en garde déjà expliqués aux hébreux.

Les vrais disciples (7-21-27)

7, 21: Ce n`est pas celui qui m`aura dit : " Seigneur, Seigneur ! " qui entrera dans le royaume des cieux, mais celui qui aura fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux.
7, 22: Beaucoup me diront en ce jour-là : " Seigneur, Seigneur ! n`est-ce pas en votre nom que nous avons prophétisé? n`est-ce pas en votre nom que nous avons chassé les démons? et n`avons-nous pas, en votre nom, fait beaucoup de miracles? "
7, 23: Alors je leur dirai hautement : Je ne vous ai jamais connus. Eloignez-vous de moi, artisans d`iniquité !
7, 24: Quiconque donc entend ces paroles que je dis, et les met en pratique, sera semblable à un homme sensé, qui a bâti sa maison sur le roc :
7, 25: la pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents on soufflé et se sont déchaînés contre cette maison, et elle n`a pas été renversée, car elle avait été fondée sur la pierre.
7, 26: Et quiconque entend ces paroles que je dis, et ne les met pas en pratique, sera semblable à un insensé, qui a bâti sa maison sur le sable :
7, 27: la pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et ont battu cette maison, et elle est tombée, et grande a été sa chute. "

Étonnement de la foule (7,28-29)

7, 28: Or, quand jésus eut achevé ce discours, les foules étaient dans l`admiration pour son enseignement :
7, 29: car il les enseignait comme ayant autorité, et non comme leurs scribes.

 

 

Chapitre 8

Retour au Début

Chapitre
suivant

Accueil

2 LA PREDICATION DU ROYAUME DES CIEUX

I Dix miracles

Ce chapitre fait suite directement avec le verset du chapitre précédent, 7,28-29 que je vous invite à relire tous de suite afin de vous le remémorer; jusque-là, Matthieu, nous présentez Jésus, selon une méthodologie qui lui est bien personnel… à savoir : Jésus apparaît un beau jour dans sa vie publique, est commencé à prêcher, tous comme tant d’autres jésus, josua et autres qui pullulés à cette époque en Galilée, et dont la signification est à l’identique que celle de Jésus, soit messie, ou sauveur, et qui étaient capable de certains subterfuges, amenant ainsi le peuple à croire en eux, mais simplement comme chef de guerre, meneurs d hommes, mais sûrement pas comme Messie, tel que Lui.

A titre d’exemple, un certain rabbi, Hanina ben Dosa, presque contemporain de Jésus, pratiquait, lui aussi, des guérisons, même à distance, mais ne fut pas comme tous les autres, chef de guerre, mais simplement guérisseur.

Hors Matthieu a besoin de démontrer, selon sa foi, que ce Jésus en question est bien différent de tous les autres, est que plus que tous les autres il est CELUI qu’Israël attendait, soit le vrai MESSIE, le CHRIST de DIEU, le Seul, le Vrai, l’Unique.

Après nous avoir présenté Jésus…( depuis sa généalogie, l’annonce à Joseph et Marie, les mages, la fuite en Égypte, le massacre des saints innocents, son retour à Nazareth, le Baptiste, son baptême, les tentations au desert, et le début de sa vie public, avec l’exorde des disciples, les béatitudes, la mission dès Apôtres, la radicalité de sa mission, la piété, la confiance au Père avec la prière comme règle d’or, la péroraison universelle qui entraînent les foules à le suivre), tous ceux-là restait dans le domaine de l’introduction de sa vie publique, comme bien d autres.

la différence qui commence déjà à se dévoiler, et que Jésus parle avec autorité, différemment de tous les autres, et confirme cette autorité lui venant d’un autre, à qui il obéît, soit Dieu le Père, de qui Il fait la volonté… il est donc important de mettre en ces lieux et places des miracles opérés par Jésus, qui vont démontrer sa propre notoriété Christologique, supérieur à celle de Moïse, et son rôle primordial dans la vie de tous les êtres appelés par Dieu, et dont Il est le seul passage.

Nous allons découvrir dans ses sept miracles, une rencontre personnelle avec Jésus, soit une ligne directive qui est la suivante:

Guérison d'un lépreux (8,1-4)

8, 1: Descendu de la montagne, des foules nombreuses le suivirent.
8, 2: Et voici qu`un lépreux s`approcha, se prosterna devant lui et dit : " Seigneur, si vous voulez, vous pouvez me guérir. "
8, 3: Il étendit la main, le toucha et dit : " Je le veux, sois guéri. " Et à l`Instant sa lèpre fut guérie.
8, 4: Alors Jésus lui dit : " Garde-toi d`en parler à personne; mais va te montrer au prêtre, et offre le don prescrit par Moïse, en attestation pour eux. "

Premier miracle, le lépreux, osée demander en reconnaissant Sa possibilité de donner, ( si tu le veux, je le veux…) se référer à Dt 28, 27-35, et lv 13 et 14 sur le pur et l’impur que Jésus peut défaire. Il est celui qui a le pouvoir de ramener les exclus à une vie normale.

Guérison de l'enfant d'un centurion (8,5-13)

8, 5: Comme Jésus était entré à Capharnaüm, un centurion l`aborda et lui fit
8, 6: cette prière : " Seigneur, mon serviteur est couché dans ma maison, paralysé, et il souffre cruellement. "
8, 7: Il lui dit : " Je vais aller le guérir. "
8, 8: Le centurion reprit : " Seigneur, je ne suis pas digne que vous entriez sous mon toit; mais dites seulement un mot, et mon serviteur sera guéri.
8, 9: Car moi qui suis sous des chefs, j`ai des soldats sous mes ordres, et je dis à l`un : " Va, " et il va; et à un autre : " Viens, " et il vient; et à mon serviteur : " Fais ceci, " et il le fait. "
8, 10: Ce qu`entendant, Jésus fut dans l`admiration, et il dit à ceux qui le suivaient : " Je vous le dis en vérité : dans Israël, chez personne je n`ai trouvé une si grande foi.
8, 11: Or je vous le dis : beaucoup viendront de l`Orient et de l`Occident, et prendront place au festin avec Abraham, Isaac et Jacob, dans le royaume des cieux,
8, 12: tandis que les fils du royaume seront jetés dans les ténèbres extérieures : là seront les pleurs et le grincement de dents. "
8, 13: Et Jésus dit au centurion : " Va, et qu`il te soit fait selon ta foi ! " Et à l`heure même le serviteur se trouva guéri.

Deuxième miracle, croire à son autorité sur tous les maux possibles, sans exception, qui régissent cette terre ; mais de surcroît, le centurion est le premier qui reconnaît en jésus l’envoyé de Dieu, puisqu’il parle de l’autorité à distance, mais identique à celle que le supérieur donne; cela suscite l’admiration de jésus, la confiance toute gratuite de celui qui ne le connaissait pas, et qu’il n’a pas encore trouvé vers ceux à qui Il a été envoyé (lire la note K dans la TOB sur ce chapitre ) ;

À partir de là, les foules ressentiront d’instinct cette différence. Il en profite pour mettre en garde ceux qui se révolteront contre le Royaume, et annonce de se fait que les païens eux aussi ont la grâce de Dieu

Guérison de la belle mère de PIERRE (8,14-15)

8, 14: Et Jésus, étant allé dans la maison de Pierre, vit sa belle-mère qui était au lit, tenue par la fièvre.
8, 15: Il lui toucha la main, et la fièvre la quitta; elle se leva et se mit à le servir.

Troisième miracle, petit en phrase, mais éloquent de vérité; se laisser toucher par jésus… car en la touchant et la guérissant, jésus donne une place nouvelle à la FEMME, qui jusqu’alors, marginalisée, était considérée comme partie négligeable...Il place ce récit dans la maison de Pierre, (Eglise naissante), qu’Il relève chaque fois qu’elle se trouvera en péril, (il la prend par la main), et qui le servira à nouveau dans sa prédication du royaume, (se mit à le servir)...toute une dimension eschatologique demandée au service de l’Eglise.

Guérisons multiples (8,16-17)

8, 16: Le soir venu, on lui amena quantité de démoniaques, et il chassa d`un mot les esprits et il guérit tous les malades,
8, 17: afin que fût accompli ce qui a été dit par le prophète Isaïe : Il a pris nos infirmités et s`est chargé de nos maladies.

Quatrième miracle, guérisons et exorcismes; aller sans crainte et confiant vers Celui qui peut prendre nos infirmités et guérir nos maladies.( Is 53,4). Jésus réalise ici le ministère pour lequel Il a été envoyé… la citation d’Isaïe, fait ici connaître la philosophie du Royaume en voie d’accomplissement et conclut bien la section par Celui qui actualise sa prédication sur la miséricorde par des guérisons

Exigences de la vocation apostolique (8,18-22)


8, 18: Jésus, voyant une foule autour de lui, donna l`ordre de passer à l`autre rive.
8, 19: Et un scribe s`approcha et lui dit : " Maître, je vous suivrai où que vous alliez. "
8, 20: Jésus lui dit : " Les renards ont des tanières et les oiseaux du ciel des abris, mais le Fils de l`homme n`a pas où reposer la tête. "
8, 21: Un autre, du nombre des disciples, lui dit : " Seigneur, permettez-moi d`aller d`abord ensevelir mon père. "
8, 22: Mais Jésus lui dit : " Suis-moi, et laisse les morts ensevelir leurs morts. "

Cinquième miracle, un coeur à coeur personnel avec Jésus, pour approfondir son engagement à sa suite; passer sur l’autre rive, en territoire païens, (donc impurs aux yeux des juifs), savoir accepter sans discussion ce que Jésus nous demande, (alors que cela normalement demande réflexion), tout en sachant si nécessaire refréné nos ardeurs,( la vie avec le Christ nécessite un certain inconfort, ce que nous faisons devant le monde quand on n’ose pas se déclarer ouvertement chrétien), ou bien savoir au contraire faire fi de trop de prudence qui cache une certaine crainte.(Tb 1, 17-18)..Pour Suivre Jésus, tout en restant dans le monde, il y a une certaine radicalité à accepter, ce qui démontrera que nous sommes bien de ses disciples.

La tempête apaisée (8,23-27)

8, 23: Quand il fut monté dans la barque, ses disciples le suivirent.
8, 24: Et voici que la mer devint très agitée, au point que la barque était couverte par les vagues : lui cependant dormait.
8, 25: Ses disciples s`approchèrent, le réveillèrent et lui dirent : " Seigneur, sauvez-nous, nous périssons ! "
8, 26: Il leur dit : " Pourquoi êtes-vous peureux, hommes de peu de foi? " Alors il se dressa et commanda avec force aux vents et à la mer, et il se fit un grand calme.
8, 27: Et les hommes, saisis d`admiration, disaient : " Qui est-il donc, que même les vents et la mer lui obéissent? "

Sixième miracle, l’engagement, cette évocation est déjà pleine de sens lorsqu’on s’embarque vers un monde hostile pour témoigner du Royaume, car on ne manquera pas d’affronter des tempêtes de tout genre, plus violentes les unes que les autres, mais sécurisé par la présence en nous de Jésus… ses grandes séismes qui provoquent en nous une certaine crainte, voire même une certaine terreur, mais épreuves cruciales et indiscutables a affrontés en tant que disciples du Christ. La foi qui se révèle alors en nous nous montre notre petitesse en sa croyance, car notre foi est vite submergée par la peur; ici Jésus réveille, notre ardeur, et nous pousse vers l’avant, en nous demandant de Lui faire une totale confiance. Cela doit démontrer que nous avons dépassé notre étonnement à son égard, et que nous incitons et invitons tous les frères à en faire autant.

Les démoniaques gadaréniens (8,28-34)

8, 28: Quand il fut arrivé à l`autre rive, au pays des Gadaréniens, vinrent à sa rencontre deux démoniaques qui sortaient des tombeaux; ils étaient si méchants que personne ne pouvait passer par ce chemin.
8, 29: Et ils se mirent à crier : " Qu`avons-nous affaire ensemble, Fils de Dieu? Etes-vous venu ici pour nous tourmenter avant le temps? "
8, 30: Or il y avait, à quelque distance d`eux, un fort troupeau de porcs qui paissaient.
8, 31: Et les démons lui firent cette prière : " Si vous nous chassez, envoyez-nous dans ce troupeau de porcs. "
8, 32: Il leur dit : " Allez. " Ils sortirent et passèrent dans les porcs. Et voici que tout le troupeau se précipita par les pentes escarpées dans la mer, et ils périrent dans les eaux.
8, 33: Ceux qui les gardaient s`enfuirent, et ils s`en allèrent dans la ville, où ils racontèrent tout cela et ce qui était arrivé aux démoniaques.
8, 34: Et voici que toute la ville sortit au-devant de Jésus, et, l`ayant vu, ils le supplièrent de quitter leur territoire

Septième miracle, ne pas craindre d’aller au-devant de certains échecs possibles; tout n’est pas gagné dès les premières paroles, dès les premières rencontres...Ici ce sont les démons qui portent des témoignages à Jésus, et le reconnaissent comme le Messie, le Fils de Dieu, et Son Christ, car ils Lui demandent de les prendre en pitiés ( ne nous tourmente pas avant le temps), en vont se transporter avec l’accord de Jésus, de la possession des corps humains, en ceux des porcs, reconnu comme bête impurs chez les juifs, similaire au paganisme de l’époque. Mais ce paganisme ne se réduit pas spontanément, car il y a et il y aura toujours le refus de Dieu, tout comme ceux qui sortirent de la ville et demandèrent à Jésus de partir de chez eux.

Chapitre 9

Retour au Début

Chapitre
suivant

Accueil

 

Comme vous avez tous pu le constater, le chapitre IX de St Matthieu, nous fait aborder un virage dans son exposé ; il va maintenant se tourner vers ses compatriotes avec des explications pour des faits réels arrivés du temps de jésus, et de lui seuls réalisés.

Il va donc prendre les écritures rabbiniques comme toile de fond; en quelques mots, il va jouer des patriarches et des prophètes, eux qui ont longtemps annoncé la venue du messie, et démontrer, sans trop insister, mais en sous entendu, que les récits qu’il met maintenant en valeurs sous leurs yeux et à leurs oreilles, dépendent tous des annoncent déjà faites au préalable et consignés dans les livres saints de la Thora.

Guérison d'un paralytique (9,1-8)

9, 1: Et étant monté dans la barque, il refit la traversée et revint dans sa ville.
9, 2: Et voilà qu`on lui présentait un paralytique, étendu sur un lit. Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique : " Aie confiance, mon fils, tes péchés te sont remis. "
9, 3: Et voici que quelques scribes se dirent en eux-mêmes : " Cet homme blasphème. "
9, 4: Jésus, ayant connaissance de leurs pensées, leur dit : " Pourquoi pensez-vous à mal dans vos cœurs?
9, 5: Lequel est le plus aisé de dire : Tes péchés te sont remis; ou de dire : Lève-toi et marche?
9, 6: Mais pour que vous sachiez que le Fils de l`homme a, sur la terre, le pouvoir de remettre les péchés : Lève-toi, dit-il alors au paralytique, prends ton lit, et va dans ta maison. "
9, 7: Et il se dressa et s`en retourna dans sa maison.
9, 8: A cette vue les foules furent saisies de crainte et glorifièrent Dieu d`avoir donné une telle puissance aux hommes.

9,1-8 Jésus va guérir un paralysé; de quelle façon si prend-il ; tel un vulgaire charlatan, non… il commence déjà à guérir l’infirmité du coeur, car la démarche de foi, aussi bien du paralysé qui a demandé à être porter devant jésus, que la foi des transporteurs de la civière, mérité pour jésus d’être souligné.

Ce n’est que devant les scribes insurgeaient intérieurement pour blasphème (car, selon la loi mosaïque, le pardon des péchés n’appartient qu’à Dieu seul) que Jésus, ne rectifiant pas son action, impose son autorité ; devant le manque de compréhension de l’auditoire, sa remarque insinue qu’Il a double autorité en ce monde, aussi bien celle de la guérison des maladies, que la guérison des âmes et des coeurs...Jésus fait allusion non à lui-même, mais notez bien qu’Il parle " du Fils de l homme " en qui IL s’identifie ;

C’est dans le livre de Daniel (Dn 7,9-14) qu’apparaît pour la première fois la figure légendaire d’un fils d’homme (symbolisant à lui seul le peuple des Saints du Très-Haut) dont la victoire est assurée contre touts ses ennemis, et par la suite, dans le livre d’Hénoch, le fils de l’homme et le Messie céleste à qui dieu donne mission de juger tout l’univers.

Cette tradition véhiculée dans la littérature rabbinique, est porté à la connaissance de tout scribe et membre du Sanhédrin, donc dans cette allusion, Jésus s’identifie être celui à qui Dieu remet tous les pouvoirs pour exercer son autorité ; le pouvoir de remettre les péchés et donc conféré par le Père au Christ, et rattaché visuellement parlant à l’autorité de l’homme jésus. ("Fils de l’homme») ici Matthieu commence à révéler la véritable identité de Jésus.

Appel de MATTHIEU (9,9)

9, 9: Et de là, en passant, Jésus vit un homme, nommé Matthieu, assis au bureau du fisc, et il lui dit : " Suis-moi. " Il se leva et le suivit.

Repas avec les pécheurs (9,10-13)

9, 10: Or, comme il était à table dans sa maison, un grand nombre de publicains et de pécheurs vinrent y prendre place avec Jésus et ses disciples.
9, 11: Ce que voyant, les Pharisiens dirent à ses disciples : " Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les pécheurs? "
9, 12: Entendant cela, il leur dit : " Ce ne sont pas les bien portants qui ont besoin de médecin, mais les malades.
9, 13: Allez donc apprendre ce que signifie : Je veux la miséricorde et non le sacrifice. Car je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs. "

9,9-13 : ici jésus appel l'un de ses disciples, Matthieu, à qui est attribué l’évangile que nous sommes en train d’étudier ; l’appel est simple, sans ambiguïté, décisif, j’oserais dire sans possibilité de refus.

Cela veut-il dire que tous les apôtres ont suivi Jésus de façon aussi péremptoire !!

Non, certains ont dû réfléchir, peut-être même longtemps avant de franchir le pas décisif, car n’oublions pas qu’ils étaient pour la plupart des hommes mariés, pères de famille, responsables de la charge qu’impose le sacerdoce royal auquel ils étaient soumis; mais l’appel de Jésus ne permet pas de contestation quant à la réalité des exigences de ce monde, car nulle part, il n’est écrit, qu’une famille de l'un des apôtres eu besoin d’un recours particulier pour vivre, par manque de besoins quelconque fut-il !

Jésus ensuite accepte l’invitation de Matthieu; d'autres collecteurs d’impôts et autres gens considérés comme impurs se joignent à eux ; Jésus très à l aise, vit ce moment avec simplicité, mais Mathieu relève ici les propos des pharisiens critiquant encor une foi ce que fait Jésus : effectivement en acceptant le repas d’un pécheur, c'est-à-dire d’un impur, Jésus enfreignait les plus capitales prescriptions rabbiniques, mais Mathieu se sert de cette fresque pour infiltrer dans la mise en oeuvre de la loi, l’instrument de Dieu, qui vient sauver ce qui ont non le plus besoin.

 

Discussion sur le jeûne (9,14-17)

9, 14: Alors les disciples de Jean vinrent le trouver et lui dirent : " Pourquoi, tandis que nous et les Pharisiens nous observons [souvent] le jeûne, vos disciples ne l`observent-ils pas? "
9, 15: Jésus leur dit : " Les amis de l`époux peuvent-ils être dans la tristesse tant que l`époux est avec eux? Mais viendront des jours où l`époux leur sera enlevé, et alors ils observeront le jeûne.
9, 16: Personne ne met une pièce d`étoffe écrue à un vieux vêtement : car le morceau rapporté emporte quelque chose du vêtement, et la déchirure devient pire.
9, 17: On ne met pas non plus du vin nouveau dans des outres vieilles : autrement, les outres éclatent, le vin se répand et les outres sont perdues; mais on met le vin nouveau dans des outres neuves, et les deux se conservent. "

Contrairement à l’agir du Sanhédrin, qui rejeter et condamner systématiquement celui qui devenait impur aux yeux de la loi.La Jésus se sert de la citation d’Osée, (Os 6,6) qui ne condamne pas les sacrifices rituels traditionnels de la vie religieuse Mosaïque, mais condamne la négligence du commandement le plus capital, celui de la miséricorde qui est la base et l’origine même de la loi donc de la foi.

Il est l’époux, dont le symbolisme désigne ordinairement Dieu le Père en personne, ou le Messie à venir; voir (Is 54,4-8 ; Jr 2,2 ; Ez 16 ; os 1-3) ; lorsque Jésus parle de l’époux qui sera enlevé, Il parle bien sûr de sa mort, et le jeûne ainsi prend tous son caractère pédagogique, que l’on retrouvera ensuite, dans les conseils qu’Il donnera aux disciples avant de s’élever dans les cieux.

Le temps des noces tellement désirées vient d’arriver : ce n’est pas le moment de se crisper sur des pratiques comme le jeûne, mais de s’accorder avec la nouveauté de la situation inaugurée par Jésus lui-même… et lorsqu’Il parle du neuf et du vieux, Il ne veut pas ici séparer les deux entités, bien au contraire, Il fait ici ressortir que l'un et l’autre sont conservés, et que si, en les mélangeants, le neuf et le vieux sont incompatibles, ils peuvent très bien cohabiter ensemble pour la construction du royaume, car il ne s’agit pas ici d’adapter le judaïsme aux évangiles, mais de démontrer que le judaïsme est à la base même par ses diverses prophéties, l’initiateur de Christianisme ( bien entendu, encor à venir en ce temps-là) !.

Guérison d'une hémorroïse et résurrection de la fille d'un chef (9,18-26)

9, 18: Comme il leur parlait ainsi, voici qu`un chef s`avança, se prosterna devant lui et dit : " Ma fille vient de mourir; mais venez, imposez votre main sur elle, et elle vivra. "
9, 19: Jésus se leva et le suivit ainsi que ses disciples.
9, 20: Et voilà qu`une femme, affligée d`une perte de sang depuis douze ans, s`approcha par derrière et toucha la houppe de son vêtement.
9, 21: Car elle se disait en elle-même : " Si seulement je touche son vêtement, je serai guérie. "
9, 22: Jésus se retourna, la vit et dit : " Ayez confiance, ma fille, votre foi vous a guérie. " Et la femme fut guérie à l`heure même.
9, 23: Arrivé à la maison du chef, Jésus vit les joueurs de flûte et une foule qui faisait grand bruit, et il leur dit :
9, 24: " Retirez-vous : car la jeune fille n`est pas morte, mais elle dort; " et ils se moquaient de lui.
9, 25: Lorsqu`on eut fait sortir la foule, il entra, prit la main de la jeune fille, et elle se leva.
9, 26: Et le bruit s`en répandit dans tout ce pays.

9,18-26 : regarder ici comment Matthieu si prend pour amener par une entremise, un autre fait-tout autant déterminant dans la possibilité et l’autorité que Jésus détient du Père et qui émane non seulement de Lui par sa volonté propre, mais aussi de tout son être, qui permet à tout un chacun dans la foi, de croire en la rémission de nos infirmités… et ainsi d’être sauvé.

En partant pour rendre justice dans la foi du notable qui le supplier pour sa fille, qui bien que morte, sait pertinemment que Jésus est capable de la ressuscité, ce qui rehausse indubitablement la foi véridique du père de l'enfant, qui croît déjà, lui, en la puissance de Jésus sur la mort !!

Ce qui correspond pour nous à ce que Jésus est l’Unique possibilité de nous remettre debout même en étant mort, c'est-à-dire tomber en désuétude au niveau le plus bas vis-à-vis de la foi, remettant tout être debout devant l’Éternel, le rendant digne face à Lui.

Chemin faisant, tout individu, peut sur sa route, quand bien même il ne peut approcher Jésus, par le simple fait de sa foi, être sauvé, donc remis debout, pardonner de toutes infirmités, les plus cachées ou les plus terribles soit-elles.

Dans la loi, il était spécifié que si une personne impure touchée ne fût qu'une partie de l’habit du rabbin, celui-ci par ce simple contact devenait aussi impur ; aussi la femme le savait-elle, ce qui ne lui à pas empêcher de braver l’interdit, car dans sa foi, cette prescription ne pouvait pas s’adresser à Jésus, traduisant ici implicitement que cet homme était bien le Messie.

Jésus loin d’être atteint par cette impureté, rend la pureté à cette femme.

Les mots de Jésus ne sont-ils pas : « confiance, ma fille, ta foi t’a sauvée » que l’on peut comprendre de trois façons différentes.

1) La foi en elle-même a sauvé cette femme ;

2) la profondeur de la foi de cette femme l’a directement mise en relation avec le sauveur, unique auteur du salut ;

3) la vraie foi étant la seule attitude qui agrée à dieu, humble acte de confiance totale en lui, accorde ce qui est par nous demander. Pour la symbolique ancienne, perdre son sang, était perdre sa vie, donc l’acte de Jésus signifie la victoire sur la mort, et prophétise de cette manière la résurrection qu’Il va maintenant opéré sur la fille du notable.

Arrivé dans la maison du notable, la encor, Il va faire montre d’autorité envers ceux qui ont perdu la foi, ou qui la tourne en dérision ne croyant plus à l’institution de la loi voulue par Dieu, dont tout homme est à même d'en desceller le message et d'en comprendre la portée.

En somme Jésus va ici démontrer, que la volonté suprême de Dieu Père, est, d’instituer sa propre miséricorde à l égard de sa créature, pour la tirée de la géhenne dans laquelle elle s’enferre de plus en plus.

Guérison de deux aveugles (9,27-31)

9, 27: Comme Jésus partait de là, deux aveugles le suivirent, en disant à haute voix : " Fils de David, ayez pitié de nous ! "
9, 28: Lorsqu`il fut entré dans la maison, les aveugles s`approchèrent de lui, et Jésus leur dit : " Croyez-vous que je puisse faire cela? " Ils lui dirent : " Oui, Seigneur. "
9, 29: Alors il toucha leurs yeux en disant : " Qu`il vous soit fait selon votre foi ! "
9, 30: Et leurs yeux s`ouvrirent, et Jésus leur commanda avec force : " Prenez garde que personne ne le sache. "
9, 31: Mais, s`en étant allés, ils publièrent ses louanges dans toute cette contrée.

9,27-31 : et voilà que Matthieu en rajoute un petit peu, dans son envolée, profitant de la stupéfaction des foules et des incroyants, pour, dans la foulée, y inclure le miracle des deux aveugles… mais ne nous y trompons pas, encor ici, il ne va s’agir que du langage nouveau, tiré de l’ancien, la foi !!

 « Croyez-vous que je puisse faire cela » dit Jésus… la réponse directe est sincère single comme un coup de fouet qui une fois lancer ne peut plus s’arrêter dans sa course, tellement la spontanéité est évidente, " oui, nous croyons "

La réponse est tout aussi rapide que foudroyante, mais… avec un bémol toutefois, que la foi soit sincère et véridique, à savoir : « qu’ils vous adviennent selon votre foi». Ah !! Attention, attention...

Ici de façon péremptoire Jésus invite l’auditoire à bien comprendre le message ; il ni à pas de tricherie possible ; la remise de l’homme debout devant Dieu ne peut se réaliser qu’à ces seules et uniques conditions. Foi totale et Confiance sans aucune réticence.

Jésus établit ainsi un rapport très étroit entre la prière (la demande) confiante (dans la foi) et le bienfait accordé, et l’on se souviendra ici de la prophétie d’Isaïe 35,5… cela ne vous rappel-il pas quelque chose ! Un homme et une femme de votre connaissance qui un jour quitte tous pour suivre l’appel du Seigneur, dans une contrée bien loin de la vôtre… obéissant ainsi à l’appel de servir ailleurs, avec foi et totale confiance, et malgré l’âge, constructeur et bâtisseur dans les deux sens des mots… gardant au coeur le merveilleux amour de tous ceux qui ont croisé leurs chemins !...bon ne nous épanchons pas trop...Hum.

Guérison d'un démoniaque muet (9,32-34)

9, 32: Après leur départ, on lui présenta un muet possédé du démon.
9, 33: Le démon chassé, le muet parla, et les foules, saisies d`admiration, dirent : " Jamais rien de semblable ne s`est vu en Israël. "
9, 34: Mais les Pharisiens disaient : " C`est par le chef des démons qu`il chasse les démons. "

9,32-34 ; pour conclure la présentation de Jésus comme Messie en paroles et en actes, Matthieu rapporte un récit qui reproduit une fois de plus non seulement l’autorité de Jésus Messie, mais qui fait aussi allusion au Christ de Dieu.

Qui peut chasser les démons sinon dieu lui-même, ou Celui à qui Il a donné autorité pour se faire… si les hommes sont dans l impossibilité de reconnaître Jésus comme tel, les démons eux, créer auparavant par Dieu et chassés du paradis, connaissent pertinemment en tant qu’esprit, qui est le fils de David, c'est-à-dire le Messie annoncé aux hommes, et eux ne si trompe pas, et sont de ce fait dans l’obligation d’obtempéré.( il était considéré en ces temps-là, qu’une infirmité de ce genre, était dû à la possession de l’être par les démons).

L’infirmité du corps et du coeur, si vraiment désiré, peut être ainsi balayée d’un simple mot par Jésus, témoignage de Sa volonté suprême et de Son obéissance à son Père, de ramener tous les enfants à Dieu, Père, seul créateur.

Misère des foules (9,35-38)

9, 35: Et Jésus parcourait toutes les villes et les bourgades, enseignant dans leurs synagogues, prêchant l`Evangile du royaume, et guérissant toute maladie et toute infirmité
9, 36: Et, en voyant cette multitude d`hommes, il fut ému et compassion pour eux, parce qu`ils étaient harassés et abattus, comme des brebis qui n`ont pas de pasteur.
9, 37: Alors il dit à ses disciples : " La moisson est grande, mais les ouvriers sont en petit nombre.
9, 38: Priez donc le maître de la moisson d`envoyer des ouvriers à sa moisson. "

9,35-38 ; penchons-nous un peu plus sur ces versets, fort intéressants, et qui s’adressent aussi à nous aujourd'hui : si la moisson est abondante, c’est par ce que d'autres ont semé, mais pour la récolte, les ouvriers sont peu nombreux ; allusion ici au manque de prêtres et de serviteurs zélés; Jésus s’adresse aux apôtres, pour leurs indiquées leurs missions futures, mais Il nous met aussi en garde, de ne pas laisser se faire perdre la moisson que les apôtres ont semé, et qu’en tant que disciples du Maître, nous sommes aussi les apôtres a qui Jésus s’adresse !!!.

 

Chapitre 10

Retour au Début

Chapitre
suivant

Accueil

II Discours Missionnaire

Mission des douze (10,1-16)

10, 1: Puis, ayant appelé ses douze disciples, il leur donna pouvoir sur les esprits impurs, afin de les chasser et de guérir toute maladie et toute infirmité.

10,1 : jésus donne à ces disciples l’autorité qu’il a lui-même reçue de son père ; ainsi IL délégué à ses disciples pour les temps futurs, l’autorité dont ils auront besoin pour établir le royaume de dieu sur terre, mais cela se fera selon des conditions et obligations très restrictives pour ceux qui seront appelés à le suivre et qui en toute liberté accepteront de devenir disciples du maître.


10, 2: Voici les noms des douze apôtres : premier, Simon, dit Pierre, et André son frère; Jacques fils de Zébédée, et Jean son frère;
10, 3: Philippe et Barthélemy; Thomas et Matthieu, le publicain; Jacques fils d`Alphée et Thaddée;
10, 4: Simon le Zélote et Judas l`Iscariote, celui qui le trahit.
10, 5: Ce sont ces douze que Jésus envoya, après leur avoir donné ces instructions : " N`allez point vers les Gentils, et n`entrez dans aucune ville des Samaritains;

10,5 : les indications du maître sont ici un peu incisives car très restrictives pour les disciples, alors que lui avait mission planétaire dirons-nous !!! pourquoi ? Tout d abord suivre à la lettre les instructions de Dieu, qui avaient de tout temps fait du peuple d’Israël sont peuple élu, donc un peuple de prêtre, donc de missionnaire...(Jr 50,6).Mais nous connaissons le comportement des enfants d’Israël qui se détournèrent des commandements de Dieu ; le Sanhédrin qui avait chargé d’instruire le peuple, ne sait pas donner comme élément premier de reprendre le peuple, et de lui apprendre la volonté du père, selon les commandements édictés à moïse, mais au contraire se complaignirent de cet état de choses qui finalement leur apporta autorité terrestre, et richesse.


10, 6: allez plutôt aux brebis perdues de la maison d`Israël.
10, 7: Sur votre chemin, annoncez ceci : "Le royaume des cieux est proche."

Suivant les instructions premières de DIEU, il fallait tout d'abord redresser le peuple d’Israël (souvent mentionné comme la brebis perdue) et le ramener à son authentique mission, et ensuite refaire de ce peuple un peuple missionnaire. Dans toute la liberté que le Christ édictera tous au long de son ministère, seul certain Israélite refera ce chemin de conversion, et les autres resteront sur le chemin, car Dieu n’oblige personne, notamment dans cette ultime étape, ou Son propre fils vient nous rencontrer. La mission consiste donc à convertir Israël au Christ donc à Dieu, qui de se fait incorporeraient par son peuple les païens du reste du monde qui ne connaissait pas Dieu.


10, 8: Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons : vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement.
10, 9: Ne vous procurez ni or, ni argent, ni petite monnaie pour vos ceintures,
10, 10: ni besace pour la route, ni deux tuniques, ni sandales, ni bâton; car l`ouvrier mérite sa nourriture.

10,8 : à partir de ce moment les envoyés reproduiront la mission de jésus, proclameront là venu du royaume des cieux, accomplissant les gestes de bonté et d’amour déjà posés par jésus, appeler les oeuvres du christ. L’appel à la gratuité sert de transition entre les exorcistes orientaux qui se faisaient payer au prix fort, alors que les disciples n’agissent que par un don gratuit de Jésus, ils adopteront donc en conséquence une attitude humble faite de dépouillement, vulnérable et livré aux divers événements qu’ils rencontreront tous au long de leur route (PNB 18,31) Ce n’est qu’ que le Royaume sera livré au monde aux choix des libertés humaines qui s’exerceront tout au fil du temps et jusqu à nos jours.


10, 11: En quelque ville ou bourg que vous entriez, informez-vous qui y est honorable, et demeurez là jusqu`à votre départ

10,11 : dans ces versets, jésus introduit les autorités futures que porteront les disciples qui remplaceront les apôtres, cet à dire est église.
Et où le dicastère de l’église donne pouvoir au prêtre de remettre ou non le péché de l’Homme. Quiconque accueil le serviteur accueil le Maître, Et le Maître reste seul juge du comportement des hommes qui l’accepteront ou le renieront.


10, 12: En entrant dans la maison, saluez-la;
10, 13: et si la maison en est digne, que votre paix vienne sur elle; mais si elle n`est pas digne, que votre paix vous revienne.
10, 14: Si l`on refuse de vous recevoir et d`écouter vos paroles, sortez de cette maison ou de cette ville en secouant la poussière de vos pieds.
10, 15: Je vous le dis en vérité : il y aura moins de rigueur, au jour du jugement, pour le pays de Sodome et de Gomorrhe que pour cette ville.
10, 16: Voici que je vous envoie comme des brebis au milieu des loups : soyez donc prudents comme les serpents, et simples comme les colombes.

10,16 : ici, mise en garde et précaution nécessaire à avoir afin de pouvoir accomplir dignement la mission, les épreuves et les souffrances ne manqueront pas tout au long du chemin, mais dieu sera toujours là, d’où la crainte ne devra pas les saisir, mais la confiance seule en dieu doit maintenir les disciples debout dans leurs missions devant l’hostilité généralisée que recevra en coup de fouet son église à la suite des temps.

Les missionnaires seront persécutés (10,17-25)

10, 17: Tenez-vous en garde contre les hommes, car ils vous livreront aux sanhédrins et vous flagelleront dans leurs synagogues.
10, 18: Vous serez traduits à cause de moi devant gouverneurs et rois, en témoignage pour eux et les Gentils.
10, 19: Lorsqu`on vous livrera, ne vous préoccupez ni de la manière dont vous parlerez, ni de ce que vous aurez à dire : ce que vous aurez à dire vous sera donné à l`heure même.
10, 20: Car ce n`est pas vous qui parlerez, c`est l`Esprit de votre Père qui parlera en vous.
10, 21: Le frère livrera son frère à la mort, et le père son enfant, et les enfants s`élèveront contre leurs parents et les feront mettre à mort.
10, 22: Vous serez en haine à tous à cause de mon nom; mais celui qui persévérera jusqu`à la fin, celui-là sera sauvé.
10, 23: Lorsqu`on vous poursuivra dans cette ville, fuyez dans une autre. En vérité, je vous le dis, vous n`aurez pas achevé (de parcourir) les villes d`Israël; avant que le Fils de l`homme ne soit venu.
10, 24: Il n`y a pas de disciple au-dessus du maître, ni de serviteur au-dessus de son seigneur.

10,24 : ici jésus, peut-être dirons-nous à mots couverts, NOUS faisons comprendre que l’affrontement se fera dans sa propre église, et qui causera en certains temps de l’histoire sa propre perte, car on scie affrontera parfois jusqu’à la mort (ex : la saint barthelemy) à cause de son NOM, mais il sera important d’aller jusqu au bout, car ces à ces seules conditions que se trouve la récompense pour la vie éternelle, tout comme tous ceux qui bien avant nous ont payé par leur sang dans les arènes et autres lieux, le prix de la victoire, qui s’imposa malgré tous et contre tous, arrivant jusqu’à nous. Ce qui est demandé à chacun de nous, c’est d’accepter dans la mission, les mêmes épreuves que LUI.


10, 25: Il suffit au disciple d`être comme son maître, et au serviteur comme son seigneur. S`ils ont appelé le maître de maison Béelzéboul, combien plus les gens de la maison !

Parler ouvertement et sans crainte (10, 26-33)

10, 26: Ne les craignez donc point : car il n`y a rien de caché qui ne doive se découvrir, rien de secret qui ne doive être connu.

10,26 : perdirent, perdurent, perdront, perdent.


10, 27: Ce que je vous dis dans les ténèbres, dites-le au grand jour, et ce que vous entendez à l`oreille, publiez-le sur les toits.
10, 28: Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, mais ne peuvent tuer l`âme; craignez plutôt celui qui peut perdre l`âme et le corps dans la géhenne.
10, 29: Deux moineaux ne se vendent-ils pas un as? Et pas un d`entre eux ne tombe sur la terre, sans (la permission de) votre Père.
10, 30: Quant à vous, même les cheveux de votre tête sont tous comptés.
10, 31: Ne craignez donc point : vous valez, vous, plus que beaucoup de moineaux.
10, 32: Celui donc qui me confessera devant les hommes, mai aussi je le confesserai devant mon Père qui est dans les cieux;

Aussi, en 10,32 c’est presque du donnant auquel Matthieu nous appel à comprendre l’emplir du service, service qui ne peut et ne doit que s’appuyer sur la foi et la foi seule en Jésus-Christ, ressuscité.


10, 33: mais celui qui me reniera devant les hommes, moi aussi je le renierai devant mon Père qui est dans les cieux.

JESUS cause de dissensions (10,34-36)

10, 34: Ne pensez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je suis venu apporter, non la paix, mais le glaive.

10,34 : là, la rudesse de l’évangéliste et mise et sera toujours mise à l épreuve, car les obligations de la foi, nous est imposée, on ne peut pas jouer sur deux tableaux en toute impunité… il y a un choix à faire, on est libre de ce choix, mais une fois fait-il faut toujours aller de l avant. (Ex: 11,37) qui nous laisse un peu perplexes, mais rappelle vous de Sodome et de Gomorrhe, et de la femme de LOT !!! (Dt 33.9). Les exigences divines ne nous ont jamais été cachées, mais il faut savoir ce que l’on veut : ou la richesse et les honneurs sur terre, ou la vie éternelle auprès du Père.


10, 35: Car je suis venu séparer le fils de son père, la fille de sa mère, et la bru de sa belle-mère;
10, 36: et on aura pour ennemis les gens de sa propre maison.

Se renoncer pour suivre JESUS (10,37-39)

10, 37: Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n`est pas digne de moi; et celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n`est pas digne de moi.
10, 38: Celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas, n`est pas digne de moi.
10, 39: Celui qui cherche à conserver sa vie, la perdra; et celui qui perd sa vie à cause de moi, la retrouvera.

Conclusion du discours apostolique (10,40-42)

10, 40: Celui qui vous reçoit me reçoit, et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m`a envoyé.

10,40 : voilà donc le rôle du sacerdoce et de celui qui le reçoit… ainsi que de celui qui reconnaît et accueil...(1R 17,9-24; 2R 4,8-37) l’identité entre le Maître et le disciple atteint ici son paroxysme : recevoir l’envoyé de jésus, c’est recevoir le CHRIST de dieu, c’est recevoir DIEU lui-même. Ici, Matthieu nous confronte à trois degrés de reconnaissance possible:

1) le reconnaître comme prophète, c'est-à-dire comme simple prédicateur et comme possible précurseur…

2) le reconnaître comme celui qui a les paroles de la vérité, donc du juste qu’est le christ lui-même, mais !!!

3) au combien plus en reprenant ici en substance l’ordre de la mission que chaque baptisé acquiert par ce ministère, qui de ce fait devient disciple, et se doit annoncé la Parole et la venue du Royaume, vis-à-vis de celui qui écoutera et recevra se baptiser comme le Christ lui-même ; car le disciple, quel qu’il soit, répand l’évangile et étend l’église à son universalité, mais il est aussi le représentant du christ personnifié, identifié en lui et par lui par son message et son comportement.


10, 41: Celui qui reçoit un prophète en qualité de prophète, recevra une récompense de prophète; et celui qui reçoit un juste en qualité de juste, recevra une récompense de juste.
10, 42: Et quiconque donnera à boire seulement un verre d`eau fraîche à l`un de ces petits parce qu`il est disciple, je vous le dis en vérité, il ne perdra point sa récompense. "

 

Chapitre 11

Retour au Début

Chapitre
suivant

Accueil

3 LE MYSTERE DU ROYAUME DES CIEUX

I JESUS rejeté par <<cette génération>> (11,1)

11, 1: Or, quand Jésus eut achevé de donner ses instructions à ses douze disciples, il partit de là pour enseigner et prêcher dans leurs villes.

Question de Jean-Baptiste et témoignage que lui rend JESUS (11,2-15)

11, 2: Jean, dans sa prison, ayant entendu parler des œuvres du Christ, lui envoya dire par ses disciples :
11, 3: " Etes-vous celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre? "
11, 4: Jésus leur répondit : " Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et voyez :
11, 5: les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont guéris, les sourds entendent, les morts ressuscitent, les pauvres sont évangélisés.
11, 6: Heureux celui pour qui je ne serai pas une occasion de chute ! "
11, 7: Comme ils s`en allaient, Jésus se mit à dire aux foules au sujet de Jean :
11, 8: " Qu`êtes-vous allés voir au désert? Un roseau agité par le vent? Qu`êtes-vous donc aller voir? Un homme vêtus d`(habits) somptueux? Mais ceux qui portent des (habits) somptueux se trouvent dans les demeures des rois.
11, 9: Mais qu`êtes-vous allés (voir)? Voir un prophète? Oui, vous dis-je, et plus qu`un prophète.
11, 10: C`est celui dont il est écrit : Voici que j`envoie mon messager en avant de vous, pour vous préparer la voie devant vous.
11, 11: En vérité, je vous le dis, parmi les fils de la femme, il ne s`en est pas levé de plus grand que Jean le Baptiste; mais le plus petit dans le royaume des cieux est plus grand que lui.


11, 12: Depuis les jours de Jean le Baptiste jusqu`à présent, le royaume des cieux est forcé, et ce sont les violents qui s`en emparent.
11, 13: Car tous les prophètes et la Loi ont prophétisé jusqu`à Jean.
11, 14: Et si vous voulez comprendre, lui-même est Elie qui doit venir.
11, 15: Que celui qui a des oreilles entende !

Jugement de JESUS sur sa génération (11,16-19)

11, 16: Mais à qui comparerai-je cette génération? Elle est semblable à des enfants assis sur les places publiques, qui crient à leurs compagnons :


11, 17: " Nous avons joué de la flûte pour vous, et vous n`avez point dansé; nous avons chanté une lamentation, et vous n`avez point frappé (votre poitrine). "
11, 18: Jean en effet est venu, ne mangeant ni ne buvant, et ils disent : Il est possédé du démon. "
11, 19: Le Fils de l`homme est venu, mangeant et buvant, et ils disent : " C`est un mangeur et un buveur de vin, un ami des publicains et des pécheurs. " Et la Sagesse a été reconnue juste par ses œuvres. "

Malheur aux villes du bords du lac (11,20-24)

11, 20: Alors il se mit à faire des reproches aux villes où il avait opéré le plus grand nombre de ses miracles, parce qu`elles n`avaient pas fait pénitence :
11, 21: " Malheur à toi, Corozaïn ! Malheur à toi, Bethsaïde ! Car si les miracles qui ont été faits au milieu de vous avaient été faits dans Tyr et Sidon, il y a longtemps qu`elles auraient fait pénitence avec le sac et la cendre.
11, 22: Aussi bien, je vous le dis, il y aura, au jour du jugement, moins de rigueur pour Tyr et Sidon que pour vous.
11, 23: Et toi, Capharnaüm, est-ce que tu seras élevée jusqu`au ciel? Tu seras abaissée jusqu`aux enfers; car si les miracles qui ont été faits dans tes murs, avaient été faits dans Sodome, elle serait restée debout jusqu`à ce jour.
11, 24: Du reste, je te le dis, il y aura, au jour du jugement, moins de rigueur pour le pays de Sodome que pour toi. "

L'Evangile révélé aux simples . Le Père et le Fils (11,25-27)

11, 25: En ce temps-là, Jésus prit la parole et dit : " Je vous bénis, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que vous avez caché ces choses aux sages et aux prudents, et les avez révélées aux simples.
11, 26: Oui, Père, car tel fut votre bon plaisir.
11, 27: Toutes choses m`ont été remises par mon Père; et personne ne connaît le Fils, si ce n`est le Père, et personne ne connaît le Père, si ce n`est le Fils, et celui à qui le Fils aura bien voulu le révéler.

JESUS maître au fardeau léger (11,28-30)

11, 28: Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et ployez sous le fardeau, et je vous soulagerai.
11, 29: Prenez sur vous mon joug, et recevez mes leçons : je suis doux et humble de cœur; et vous trouverez du repos pour vos âmes,
11, 30: car mon joug est doux et mon fardeau léger. "

Chapitre 12

Retour au Début

Chapitre
suivant

Accueil

Les épis arrachés (12,1-8)

12, 1: En ce temps-là, Jésus traversait des moissons un jour de sabbat. Ses disciples, ayant faim, se mirent à arracher des épis et à manger.
12, 2: Les Pharisiens, voyant cela, lui dirent : " Vos disciples font une chose qu`il n`est pas permis de faire un jour de sabbat. "
12, 3: Mais il leur dit : " N`avez-vous pas lu ce que fit David, lorsqu`il eut faim, ainsi que ceux qui étaient avec lui :
12, 4: comme il entra dans la maison de Dieu et mangea les pains de proposition, qu`il ne lui était pas permis de manger, non plus qu`à ceux qui étaient avec lui, mais aux prêtres seuls?
12, 5: Ou n`avez-vous pas lu dans la Loi que, le jour du sabbat, les prêtes, dans le temple violent le sabbat sans se rentre coupables?
12, 6: Or, je vous dis qu`il y a ici plus grand que le temple.
12, 7: Si vous aviez compris ce que veut dire : Je veux la miséricorde et non le sacrifice, vous n`auriez pas condamné des innocents.
12, 8: En effet le Fils de l`homme est maître du sabbat. "

Guérison d'un homme à la mains sèche (12,9-14)

12, 9: Et, ayant quitté ce lieu, il s`en vint à leur synagogue.
12, 10: Or, il se trouvait (là) un homme qui avait une main sèche, et ils lui demandèrent : " Est-il permis de guérir, le jour du sabbat? " pour pouvoir l`accuser.
12, 11: Il leur dit : " Quel sera celui d`entre vous, qui n`ayant qu`une brebis, si elle tombe dans une fosse un jour de sabbat, ne la prendra pour la retirer?
12, 12: Or, combien un homme vaut plus qu`une brebis ! Il est donc permis de faire le bien le jour du sabbat. "
12, 13: Alors il dit à l`homme : " Etends la main. " Il l`étendit, et elle redevint saine comme l`autre.
12, 14: Les Pharisiens, étant sortis, prirent une délibération contre lui sur les moyens de le perdre.

...du verset 1 à 14 
Dans cette séquence, tous commencent encore un jour de sabbat, d’abord dans les champs et ensuite à la synagogue en un double débat qui montrera en quel sens jésus attire ceux qui peinent sous le poids des fardeaux ; c’est un jour de sabbat que les disciples mangent les épis de blé, et dans la stricte observance de la loi, leur geste équivaut à celui d’un moissonneur, donc d’un travailleur, alors que tous travaux et interdit ce jour là. Les pharisiens très opportunément dénoncent l’infraction à jésus, alors que les pharisiens savaient que c’était à cause de la faim, que les disciples avaient fait ces gestes… et la réponse de jésus se fera sur trois exemples tirés de la bible.

a) l’incident évoqué n’a pas de rapport avec le sabbat comme le soulignent les pharisiens ; l’argument porte seulement sur la notion d’interdits sur l’autorité de David ; ce qui explique que dans une situation critique dieu accepte que son élu et son entourage immédiat s’approprient le sabbat pour la survis de tous… la pertinence de la comparaison n’est que suggestive, car ici, jésus et d autant plus grand que David, par le statut de christ, et de fils de Dieu de surcroît, voulu en tant qu’homme de la descendance Davidique !

b) Dans les v, 5-6, Matthieu argumente que les prêtres du temple violent légitimement la Loi, dans le repos du sabbat pour que soit assuré le service du culte dans le temple… et Jésus ajoute il y a ici plus que le temple en parlant de son, n propre corps, et comme Christ de Dieu ; Jésus incarne donc plus que tous temple, car en Lui la présence de Dieu peut inspirer une pratique spécifique du sabbat.

c) Enfin la pratique du sabbat dois se fonder sur le commandement prophétique de la miséricorde, (Os 6,6) ce que fait Jésus vis-à-vis des pécheurs… donc de ses disciples qui agissent sous l impulsion de la faim; mais pire encore Jésus juge ici l’interprétation que font les pharisiens du sabbat, car le regard accusateur de l’incident leur fait totalement oublié d’être miséricordieux, et ne comprennent pas que le fils de l homme à qui Dieu confie tout pouvoirs y compris celui d’interpréter à pratique du sabbat.

Le sabbat est pour l’homme, dénoncera Jésus, et non l’homme pour le sabbat, ce qui répond aux critiquent sur deux fronts: 1) voyez d abord comment la Sainte Bible nous rapporte elle-même qu’elle admet de saintes exceptions sur l’ordre du sabbat ; 2) mais surtout que jésus et maître du sabbat car le fils de l’homme en obéissance à son Père, à poser l’amour miséricordieux de son Père comme principe premier; ce qui change totalement la donne exposée par le sanhédrin. Ce qui se relate par le verset 14 que, les pharisiens excédés des réponses toujours cinglante de Jésus par rapport à leurs interprétations de la Loi, leurs faisait perdre autorité sur la populace, les mettaient en grandes difficultés, cherchant donc sa perte à tout prix, fussent même par passé par des solutions irrémédiables que sera la passion de notre Seigneur


JESUS est le serviteur de Yahvé (12,15-21)

12, 15: Mais Jésus en ayant eu connaissance, s`éloigna de ces lieux. Et des [foules] nombreuses le suivirent, et il les guérit tous.
12, 16: Et il leur commanda avec force de ne pas le faire connaître.
12, 17: (C`était) afin que s`accomplît la parole du prophète Isaïe :
12, 18: Voici mon serviteur que j`ai choisi, mon bien-aimé en qui mon âme se complaît. Je ferai reposer sur lui mon Esprit, et il annoncera le jugement aux nations.
12, 19: Il ne disputera point, il ne criera point, et nul n`entendra sa voix sur les places publiques.
12, 20: Il ne brisera point le roseau froissé et n`éteindra point la mèche qui fume encore, jusqu`à ce qu`il ait fait triompher le jugement;
12, 21: et en son nom les nations mettront leur espérance.

...du verset 15 à 21
le judaïsme reconnaissait son propre visage et sa mission première et pleinement de révéler Dieu au monde, mais depuis la scène du baptême de l’eau par Jean sur Jésus, Matthieu explique que cette mission s’incarne maintenant totalement en Jésus. Les versets suivants résument mieux la douceur courageuse de Celui qui s’effacé devant l’hostilité grandissante des autorités juives et se fait de plus en plus l’Ami des pauvres, des faibles, des opprimés, Etc...

La prophétie vise en Jésus seul, le porteur de ce message adressé à tous, juifs ou païens ; elle vise toujours l’israël-Serviteur, à condition que ce dernier se redéfinit par son adhésion à jésus, car son identité ne peut être constatable que par le service qui ne sera rendu qu’à travers le Seigneur Jésus


JESUS et Béelzéboul (12,22-32)

12, 22: On lui amena alors un possédé aveugle et muet, et il le guérit, de sorte que le meut parlait et voyait.
12, 23: Et toutes les foules, saisies d`étonnement, disaient : " N`est-ce pas là le fils de David? "
12, 24: Mais les Pharisiens, entendant cela, dirent : " Il ne chasse les démons que par Béelzéboul, chef des démons. "

...du verset 22 a 24
Essayons de comprendre ici l’interprétation de ces versets, dans la pensée des pharisiens et des saducéens de l’époque ! Matthieu nous fait comprendre que cette interpellation de l’aveugle, représente l’Israël en plénitude, dont certain ne veulent pas ou refusent de voir qui est Jésus, et se servent de leurs bouches pour dire et exercé le mal, ne disant pas la Foi du peuple d’Israël attendue d’eux...Mais au seuil de cet affrontement et de l’endurcissement des mals croyants, Jésus reste celui qui peut guérir de tout être de son aveuglement et lui ouvrir les lèvres sars un acte de Fois.

Devant ce miracle, tout le monde s’interroge : celui-ci n’est-il pas le fils de David ? (Comprendre de la descendance davidique) ? Dans la tradition populaire juive les descendants de la tribu de Juda, soit Davidique, donné comme acquit qu’ils avaient la possibilité d’exorciser, mais attribuait davantage cette possibilité à la magie noire, ou la cabale, plutôt que de la magie blanche.

C’est donc à de tels détracteurs, directs ou indirects, que répond le double débat qui suit.

pour les verset de 25 a 37 -->
lisez attentivement ce passage, lentement, en vous arrêtant bien sur les virgules, les points. Il est très important de lire phrase par phrase, d’en comprendre le sens, le rapport avec les interpelants et leur détracteur, Jésus, car sinon vous ne pourrez entrer dans la compréhension de l’Esprit dont fait ici allusion la Christ. Croyez-moi bien l’importance est de taille et vous le voyez et le comprenaient, j’insiste lourdement là-dessus.

Je vais essayer en quelques lignes d’éclairer votre esprit ! Jésus organise sa réponse en trois étapes différentes, bien réparties, et liés les unes aux autres ; voyons.


12, 25: Jésus, connaissant leurs pensées, leur dit : " Tout royaume divisé contre lui-même va à la ruine, et toute ville ou maison divisée contre elle-même ne pourra subsister.
12, 26: Si Satan chasse Satan, il est divisé contre lui-même : comment donc son royaume pourra-t-il subsister?
12, 27: Et si moi je chasse les démons par Béelzéboul, par qui vos fils les chassent-ils? C`est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges.
12, 28: Mais si c`est par l`Esprit de Dieu que je chasse les démons, le royaume de Dieu est donc arrivé à vous.
12, 29: Ou bien, comment quelqu`un peut-il entrer dans la maison de l`homme fort et enlever ses meubles, sans avoir auparavant lié l`homme fort? Alors seulement il pillera sa maison.
12, 30: Qui n`est pas avec moi est contre moi, et qui n`amasse pas avec moi disperse.

...du verset 25 a 30
C’est par l’Esprit prophétique de la fin des temps que Jésus chasse les démons ; il ne s’agit pas d’une simple thérapie, mais de l’affrontement de Dieu contre les puissances du Mal ; il s’agit là, manifestement et simplement de l’irruption du royaume de Dieu.

De même que pour s’emparer du domaine d’un homme fort, adroit, habile, il faut d’abord le neutraliser sinon cela est impossible, de même faut-il comprendre que le Royaume de dieu ne peut s’établir qu’en neutralisant définitivement le Mal! Voilà le sens profond des exorcismes accomplis par Jésus, et Il souligne clairement qu’il ne peut y avoir de compromis possible ; s’opposer à Jésus, c’est travailler contre le projet de rassemblement des hommes de tous les peuples voulu par Dieu.


12, 31: C`est pourquoi je vous dis : Tout péché, tout blasphème sera remis aux hommes, mais le blasphème contre l`Esprit ne sera pas remis.
12, 32: Et pour qui aura parlé contre le Fils de l`homme, il y aura rémission; mais pour qui aura parlé contre l`Esprit-Saint, il n`y aura de rémission ni dans ce siècle, ni dans le siècle à venir.

Versets 31-32, Le blasphème contre l’Esprit qui est le Saint de DIEU, est qui revêt ici le caractère capital et fondamental de cet acte, dont chacun de nous est à la porter de cette compréhension, et de cette limite, et nous fait comprendre ceci : Dieu peut comprendre par la petitesse de l’homme que Jésus ne soit pas reconnu et que son autorité soit mise en condition selon le " Fils de l homme", et Dieu dans sa miséricorde et dans sa grande mansuétude peut pardonner, mais Il ne peut admettre et n’acceptera jamais que l’on attribue aux puissances du mal des actes de Salut voulu par Lui, qui viennent de Son Esprit Très Saint, car une telle attitude, nie la reconnaissance de l’agir de Dieu en voyant le mal partout et en confondant volontairement les esprits des humbles mortels pour les induirent en erreur.
Malheur (dira Jésus) à celui par qui le scandale arrive!!!


Les paroles font juger du coeur (12,33-37)

12, 33: Ou admettez que l`arbre est bon, et que son fruit est bon; ou admettez que l`arbre est mauvais, et que son fruit est mauvais : car c`est au fruit qu`on connaît l`arbre.
12, 34: Race de vipères, comment pourriez-vous dire de bonnes paroles, étant mauvais? Car la bouche parle de l`abondance du cœur.
12, 35: L`homme bon tire de son trésor de bonté des choses bonnes, et l`homme mauvais, de son trésor de malice, tire des choses mauvaises.
12, 36: Je vous le dis : au jour du jugement, les hommes rendront compte de toute parole vaine qu`ils auront dite.
12, 37: C`est en effet d`après tes paroles que tu seras déclaré juste, et d`après tes paroles que tu seras condamné. "

les verset 33 a 37, font allusions aux paroles du coeur… l’image de l’arbre et du fruit s’applique ici aux actes de l’homme, et impliquent aussi les paroles dites par lui...

Celles-ci révèlent le coeur de l’homme et, par là, le jugent...Telle là vipère révèle sa nature par son venin, les hommes traduisent aussi par leurs paroles les inimitiés de fond, ou la bonté ; chaque mot prononcé sera le propre jugement auquel Dieu le tiendra pour responsable ; ceci comprend le caractère manifeste de l’empreinte que l’évangile aura sur nous, et vise autant les adversaires détracteurs de l’évangile du Christ, donc de sa Parole, donc du Verbe de Dieu, que le Christ de Dieu Lui-même. Nos paroles et nos actes seront les juges de notre propre jugement, selon que l’on croit et adhère au Christ et à son Evangile ou non.


Le signe de Jonas (12,38-42)

12, 38: Alors quelques-uns des scribes et des Pharisiens prirent la parole et dirent : " Maître, nous voudrions voir un signe de vous."
12, 39: Il leur répondit : " Une génération mauvaise et adultère réclame un signe : il ne lui sera donné d`autre signe que le signe du prophète Jonas.
12, 40: Car de même que Jonas fut trois jours et trois nuits dans le ventre du poisson, ainsi le Fils de l`homme sera dans le sein de la terre trois jours et trois nuits.
12, 41: Les hommes de Ninive se dresseront, au (jour du) jugement, avec cette génération et la feront condamner, car ils ont fait pénitence à la prédication de Jonas, et il y a ici plus que Jonas.
12, 42: La reine du Midi se lèvera au (jour du) jugement, avec cette génération et la fera condamner, car elle est venue des extrémités de la terre pour entendre la sagesse de Salomon, et il y a ici plus que Salomon.

Retour offensif de l'esprit impur (12,43-45)

12, 43: Lorsque l`esprit impur est sorti d`un homme, il va par des lieux arides, cherchant du repos, et il n`en trouve point.
12, 44: Alors il dit : " Je retournerai dans ma maison, d`où je suis sorti. " Et revenu, il la trouve libre, nettoyée et ornée.
12, 45: Alors il s`en va prendre avec lui sept autres esprits plus mauvais que lui, et, étant entrés, ils y fixent leur demeure, et le dernier état de cet homme devient pire que le premier. Ainsi en sera-t-il pour cette génération mauvaise. "

12,38-45 : dans ce débat avec les scribes et les pharisiens, Matthieu porte l’accent sur des points épineux, qui de la part de dieu ne donneront aucune miséricorde ; on demande à jésus un signe alors que tous les jours jésus fait des miracles en actes, ce qui veut dire que les scribes et les pharisiens ne tiennent aucunement compte des miracles opérés par jésus, mais demande que jésus, comme un clown de cirque doive s’exécute à leur demande ; jésus leur parle alors du signe de Jonas, qui préfigure déjà la mort et la résurrection de jésus, trois jours après exactement comme Jonas qui est resté trois jours dans le ventre du monstre… pour les scribes les exorcismes ne constituent en vérité une preuve de l’identité du messie, et de surcroît, les livres apocarpe^tiquent ancien alors en vogue à l époque, la venue du royaume s’accompagnerait de signes célestes, donc cet un signe de se tipe qu’ils demandent, s qui les dispenseraient d’engager leurs fois.

Ce qui veut dire qu’ils veulent mettre Dieu à l’épreuve ; hors les gens de Ninive à qui Jonas avait été envoyé, ils ont obtempéré s’en demander de signe spécifique ;la parole seule de Jonas comme messager de dieu leur a suffit ; Jésus par ces divers miracles et non exorcismes a prouvé par ces actes qu’Il est bien plus grand que Jonas car lorsqu’Il commande avec autorité, le miracle s’accomplit instantanément, sans attente aucune, car Jésus étant le verbe de Dieu, c'est-à-dire sa propre Parole, c’est donc Dieu qui agit par la parole de son Fils dans l’instantané de la demande...La condensation qui révélait la reine de Saba comme étant une non croyante a la foi hébraïque, est de surcroît adoré des Dieu extrêmement sanglant, se convertir devant les prodiges que la Sagesse de Dieu faisait faire à Salomon, est voilà que les scribes et les pharisiens eux mettent en doute les capacités réelles de Jésus… cet épisode vise toutes une génération de prêtres dans le Sanhédrin qui st perverti, et idolâtre, entraînant de surcroît le simple fidèle vers des dérapages inconsidérés.

De se fait, la porte du Mal à travers leurs perversités, est grande ouverte et la lutte n’en sera que plus grande et plus implacable, car les moyens qui seront alors mis en oeuvre de la part de Dieu seront à la taille et à l’envergure du mal à combattre, mais où toutefois, Dieu en sortira le grand vainqueur.
Gare à l'apostat qui renie la vérité!


La vrai parenté de JESUS (12,46-50)

12, 46: Comme il parlait encore aux foules, voici que sa mère et ses frères se tenaient dehors, cherchant à lui parler.
12, 47: Quelqu`un lui dit : " Voici votre mère et vos frères qui se tiennent dehors, et ils cherchent à vous parler. "
12, 48: Il répondit à l`homme qui lui disait cela : " Qui est ma mère et qui sont mes frères? "
12, 49: Et étendant la main vers ses disciples, il dit : " Voici ma mère et mes frères.
12, 50: Car quiconque fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux, celui-là est pour moi frère, sœur et mère. "

12,46-50 : voilà bien de quoi nous faire réfléchir… ici jésus fait comprendre que tout individu, sexe, couleur, origine, et autres confondus, sont tout autant ses frères et soeurs pour peu qu’ils fassent la volonté du père...Jésus ne renie pas sa famille charnelle terrestre, mais ouvre sur le monde le message de son évangile, s’adressant ainsi de façon explicite à la mondialisation de son message, et non à un cercle bien fermé et identifié comme le faisait le Sanhédrin.

Jésus cherche ici à bâtir son Eglise, avec les Apôtres qui comme signes et témoins de la Parole, vont diriger l’Eglise universelle, mais malgré tous avec les tensions diverses que nous lui connaissons et qui commencèrent dès le premier printemps de l’église en commençant par Jérusalem, ou les frères de jésus firent peser leurs autorités… en ne change pas le monde, hélas.

Voilà, donc terminé ce chapitre XII, qui comme vous avez pu le constater ne sont pas le moindre des chapitres, celui qui nous a préparé à de grandes épreuves et à de grandes révélations dans la suite des chapitres à venir, qu’il faudra sagement lires, comprendre et interprétés à leurs justes valeurs et à leurs justes dimensions… chemin de vie pour touts croyants.

 

 

Chapitre 13

Retour au Début

Chapitre
suivant

Accueil

II Sept paraboles sur le royaume

Introduction (13,1-3)

13, 1: En ce jour là, Jésus sortit de la maison et s`assit au bord de la mer.
13, 2: Des foules s`assemblèrent autour de lui si nombreuses qu`il monta dans une barque, où il s`assit, tandis que toute la foule se tenait sur le rivage.
13, 3: Et il leur parla de beaucoup de choses en paraboles, disant : " Voici que le semeur sortit pour semer.

Ce chapitre 13 clôture la première partie de l’enseignement du christ ; on peut penser que cela implique la première année de sa vie publique...Matthieu nous présente ici les sept paraboles qui marquent le tournant définitif de l'engagement ; jésus doit maintenant passer à la seconde partie de sa vie publique, mettre les apôtres en condition de disciples dans le sens propre du terme, disciples à qui il donnera les pleins pouvoir du mystère divin, donc du royaume de dieu.

Les paraboles sont parfois simples et difficiles à la foi, j’oserai même dire compliquées à souhait, du simple fait de leurs doubles appartenances selon les règles des langues anciennes: soit elle explique un récit imagé qui éclaire la réalité, soit elle forme un e parole énigmatique qu’il est difficile d’interpréter, car décoder un texte selon son sens réel reste une distinction très fragile qui n’est pas donné à tout le monde, nous dirons pour mieux comprendre entre initiées et non-initiés.

Il est important de bien comprendre le sens caché de ces paraboles, qui si elles semble si simple non ne comportent pas moins des révélations des plus importantes auxquelles il ne faut pas exclure ni la portée, ni la révélation, ni l’accent spécifique sur qui elles s’impliquent.

Il sera bon de comprendre la controverse qui va opposer certaines paraboles à d autres selon le terme allégorique ou pas, allégories qui seront tous d abord prisent par Jésus pour faire jouer à fond le sens propre de la parabole, selon ce que disaient les prophètes : ils ont des oreilles et n’entendent pas, il ont des yeux et ne voit pas" … et la subtilité dans laquelle st Matthieu nous les présentes. On découvrira donc au fil des textes proposés, que ce n’est pas Jésus qui parle par énigme, mais l’énigme réside dans celui qui oriente mal ses intentions et refuse de comprendre, car il ne se sent pas concerné par la substance implicative du message de Jésus, trop difficile à suivre selon lui, mais recherche le miracle qui va le libérer instantanément du mal dont il souffre, sans pour cela renoncer à toutes les vis et permissivités auquel il est habitué et qu’il refuse de sacrifier.

Nous enregistrons sept paraboles les unes plus délicates et controversons que les autres, dans l’ordre suivant : le semeur, l’ivraie, la graine de moutarde, le levain, le trésor scindé en deux parties, le trésor et la perle fine (deux choses rares…) et le filet.


Parabole du semeur (13,4-9)

13, 4: Et pendant qu`il semait, des (grains) tombèrent le long du chemin, et les oiseaux vinrent et les mangèrent.
13, 5: D`autres tombèrent sur les endroits pierreux, où ils n`avaient pas beaucoup de terre, et ils levèrent aussitôt, parce que la terre était peu profonde;
13, 6: mais, le soleil s`étant levé, ils furent brûlés et, parce qu`ils n`avaient pas de racine, ils se desséchèrent.
13, 7: D`autres tombèrent parmi les épines, et les épines montèrent et les étouffèrent.
13, 8: D`autres tombèrent dans la bonne terre, et ils donnèrent du fruit, l`un cent, l`autre soixante, l`autre trente.
13, 9: Que celui qui a des oreilles entende ! "

Le Semeur : il faut déjà savoir que dans la Palestine ancienne, les semailles se faisaient avant le labourage des terres ; dans un sens propre, on a tendance à croire à un simple gaspillage, mais le paysan sait lui, que la récolte sera bonne quoi qu’il arrive, même si il n’y a qu’un rendement de trente pour un simplement.

Jésus s’adresse directement aux apôtres qui semblent ne pas comprendre que malgré l’impression d’échecs répétés que donne l’annonce du royaume par Jésus, (il y est si peu compris et suivit pour ce qu’Il est vraiment) qu’il peut engendrer le découragement… par la faiblesse si humaine de l’homme… l’allégorie ici est non pas la proportion des êtres que va engendrer la foi, mais la teneur de la foi qui va engendrer les apôtres, quand bien même le rendement ne soit que des plus simples et des plus faibles, pourvu qu’il produise chacun selon ses possibilités ; là est le point le plus important.

La compréhension est donnée uniquement à ceux qui écoutent, comprennent, partagent et font dans leurs démarches de foi, la volonté du Père; en s’engageant à la suite de jésus, ils comprennent du dedans ceux que les autres ne comprennent pas du dehors ! Est-ce que cela voudrait dire que dieu, fait du favoritisme… absolument pas, cette situation n’existerait pas sans que dieu tout-puissant ne la permette, dans le respect des choix et des volontés humaines.

C’est le propre de l’agir Divin, ce que l’on appelle l’économie divine, que souligne très particularisme ces différentes paraboles selon le strict sens de leurs présentations théologique par les apôtres St Matthieu.

Jésus est celui qui ouvre les yeux et les oreilles, mais certains refusent de guérir ! Aussi absurde que cela puisse paraître, c’est le libre-arbitre de chacun.

La compréhension est l’adhésion pour se mettre à ma suite de Jésus et découvrir ses messianités en tant que Christ de Dieu ; c’est une clé déterminante intellectuel même si très étroite, qui désigne une disposition fondamentale de disponibilité et d’ouverture pour partager et accepter la révélation de jésus.

Dans ce propos, Jésus ne s’adresse pas seulement aux apôtres, mais aux futures disciples même prises dans le Sanhédrin qui voient, entendent et comprennent la venue du royaume, ce qui fait dire à Jésus " vous donc qui avez des dispositions, écoutez...

Ainsi le manque d’enracinement de la foi dans l’homme, car sans se comprendre concerné par le message qui s’adresse aussi à lui, pat ira des épines, à savoir soucis, passions diverses, profits et autres démons qui accompagnent l’homme tout au long de sa vie et qui l’empêche d’être une bonne terre qui s’ouvre et se soumet à porter du fruit dans la mesure de sa propre capacité.


Pourquoi JESUS par en paraboles (13,10-17)

13, 10: Alors les disciples s`approchant lui dirent : " Pourquoi leur parlez-vous en paraboles? "
13, 11: Il leur répondit : " A vous, il a été donné de connaître les mystères du royaume des cieux; mais à eux, cela n`a pas été donné.
13, 12: Car on donnera à celui qui a, et il y aura (pour lui) surabondance; mais à celui qui n`a pas, on lui ôtera même ce qu`il a.
13, 13: C`est pourquoi je leur parle en paraboles, parce que voyant ils ne voient pas, et entendant ils n`entendent ni ne comprennent.
13, 14: Pour eux s`accomplit la prophétie d`Isaïe qui dit : Vous entendrez de vos oreilles et vous ne comprendrez point; vous verrez de vos yeux, et vous ne verrez point.
13, 15: Car le cœur de ce peuple s`est épaissi, et ils sont durs d`oreilles, et ils ferment leurs yeux : de peur que leurs yeux ne voient, que leurs oreilles n`entendent, que leur cœur ne comprenne, qu`ils ne se convertissent et que je ne les guérisse.
13, 16: Pour vous, heureux vos yeux parce qu`ils voient, et vos oreilles parce qu`elles entendent !
13, 17: Je vous le dis en vérité, beaucoup de prophètes et de justes ont désiré voir ce que vous voyez, et ils ne l`ont pas vu; entendre ce que vous entendez, et ils ne l`ont pas entendu.


Explication de la parabole du semeur (13,18-23)

13, 18: Vous donc, écoutez (le sens de) la parabole du semeur :
13, 19: Quiconque entend la parole du royaume et ne la comprend pas, le Malin vient, et il enlève ce qui a été semé dans son cœur : c`est (le grain) qui a été semé le long du chemin.
13, 20: Celui qui a été semé sur des endroits pierreux, c`est celui qui entend la parole et la reçoit aussitôt avec joie;
13, 21: mais il n`y a pas en lui de racines et il est éphémère; des que survient la tribulation ou la persécution à cause de la parole, aussitôt il trébuche.
13, 22: Celui qui a été semé dans les épines, c`est celui qui entend la parole, mais les sollicitudes du siècle et la séduction des richesses étouffent la parole, et elle devient stérile.
13, 23: Celui qui a été semé dans la bonne terre, c`est celui qui entend la parole et la comprend; il porte du fruit, et donne l`un cent, l`autre soixante, l`autre trente (pour un).


Parabole du l'ivraie (13,24-30)

13, 24: Il leur proposa une autre parabole, disant : " Le royaume des cieux est semblable à un homme qui avait semé de bonne semence dans son champ.
13, 25: Or, pendant que les hommes dormaient, son ennemi vint et sema de l`ivraie au milieu du froment par dessus, et il s`en alla.
13, 26: Quand l`herbe eut poussé et donné son fruit, alors apparut aussi l`ivraie.
13, 27: Et les serviteurs du maître de maison vinrent lui dire : " Maître, n`avez-vous pas semé de bonne semence dans votre champ? D`où (vient) donc qu`il s`y trouve de l`ivraie? "
13, 28: Il leur dit : " C`est un ennemi qui a fait cela. " Les serviteurs lui disent : " Voulez-vous que nous allions la ramasser? -
13, 29: Non, dit-il, de peur qu`en ramassant l`ivraie vous n`arrachiez aussi le froment.
13, 30: Laissez croître ensemble l`un et l`autre jusqu`à la moisson, et au temps de la moisson je dirai aux moissonneurs : Ramassez d`abord l`ivraie, et liez-la en bottes pour la brûler; quand au froment, amassez-le dans mon grenier. "

l’Ivraie : cette parabole nous demande la longue et fatigable patience dans la confiance absolue à dieu, d’accepter l’attente difficile que dans le royaume actuellement en construction se mêlent le bien et le mal, éviter l’erreur sans un véritable discernement et laisser ce travail pour ceux à qui dieu l’a prévu (les moissonneurs) ; le jugement n’est ni de notre affaire, ni de notre ressort, ni de notre compétence.


Parabole du grain sénevé (13,31-32)

13, 31: Il leur proposa une autre parabole, disant : " Le royaume de cieux est semblable à un grain de sénevé, qu`un homme a pris et a semé dans son champ.
13, 32: C`est la plus petite de toutes les semences; mais, lorsqu`il a poussé, il est plus grand que les plantes potagères et devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent nicher dans ses branches. "

La graine de Moutarde : trouver l’allégorie ? Certes, le développement du royaume par jésus semble être des plus humble ses débuts, mais il verra un développement gigantesque, dans le fait que les oiseaux s’abriteront sur ses branches… mais voilà, cette plante ne développe pas de branches assez fortes pour se faire, donc qu’est ce que cela veut dire?  Par le miracle des apôtres qui divulgueront la parole de dieu que la petite graine se transformera en un arbre gigantesque qui portera sur ses branches nombre d’oiseaux différents, comprendre en ces termes que les oiseaux représentent les multitudes d’êtres humains d’appartenance diverse qui rejoindront la foi d’Israël ; ici l’annonce de la parole et son inévitable extension. Reprendre la maxime qui dit que d’un plus petit jaillira un plus grand.


Parabole du levain (13,33)

13, 33: Il leur dit une autre parabole : " Le royaume des cieux est semblable au levain qu`une femme prit et mélangea dans trois mesures de farine, jusqu`à ce que le tout eût fermenté. "

Le Levain : encore ici le rapport petit/grand, mais cette fois-ci, jésus parle de lui-même, car il s’identifie au levain ; en effet il faut une trais petite mesure de levain pour faire lever une grande quantité de pâte… trois mesures de farine citer ici, égale à plus de quarante litres de produit brut, imaginer une fois levé...

Jésus emploie cette allégorie pour faire comprendre aux apôtres qu'une quantité imperceptible (voir les apôtres, douze en tous, et quelque cinquante à soixante-dix disciples) qui malgré la petite quantité qu’ils représentent, feront lever à travers le monde par un effet saisissant de la parole de Dieu, la foi, et faire surgir le Royaume dont Jésus nous donne les clés, clés offertes à la quête des croyants.

Il est important de comprendre ce que Jésus spécifie dans sa prière, et je cite:" je te remercie père très saint d’avoir révélé au plus petit ce que tu as caché au plus grand… " Ce que le père a préparé et caché c’est surtout le royaume dont jésus et le révélateur. Il était important que dans l’économie divine, cela reste caché afin que le Démon, toujours aux aguets ne puisse deviner les véritables intentions de sa volonté suprême, et détruire comme il tente toujours de le faire même en ces jours encore, tous ce que Dieu veut sauver.

Lorsque jésus explique aux apôtres les paraboles notamment celle de l’ivraie, Il porte spécifiquement l’accent sur la cohabitation inéluctable du bien et du mal, (car n’oublions pas que Dieu nous à toujours laisser le choix de nos actes en toute liberté), mais sur le tri final. En effet, lorsque par la foi, nous avons la grâce de recevoir le message, de l’avoir compris, on sait aussi qu’il n'y aura pas d’échappatoire au jour du jugement qui sera porter plus précisément sur le choix que l’on aura fait, car tous ce que nous aurons fait, nous l’aurons fait en connaissance de cause, librement ; il ne s’agit pas bien sûr d’un jugement sans appel, loin de là, mais jésus nous rappel que ceux qui seront jetés dans la géhenne de feu, lui-même ne pourra pas aller les cherchés.


Les foules n'entendent que des paraboles (13,34-35)

13, 34: Jésus dit aux foules toutes ces choses en paraboles, et il ne leur disait rien sans parabole,


13, 35: pour que s`accomplît la parole dite par le prophète : J`ouvrirai ma bouche en paraboles, je proférerai des choses cachées depuis la création du monde.


Explication de la parabole de l'ivraie (13,36-43)

13, 36: Alors, ayant quitté les foules, il revint dans la maison, et ses disciples s`approchèrent de lui et dirent : " Expliquez-nous la parabole de l`ivraie du champ. "
13, 37: Il répondit : " Celui qui sème la bonne semence, c`est le Fils de l`homme;
13, 38: le champ, c`est le monde; la bonne semence, ce sont les fils du royaume; l`ivraie, ce sont les fils du Malin;
13, 39: l`ennemi qui l`a semée, c`est le diable; la moisson, c`est consommation du siècle; les moissonneurs, ce sont les anges.
13, 40: Comme on ramasse l`ivraie et qu`on la brûle dans le feu, ainsi en sera-t-il à la consommation du siècle.
13, 41: Le Fils de l`homme enverra ses anges, et ils enlèveront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l`iniquité,
13, 42: et ils les jetteront dans la fournaise du feu : c`est là qu`il y aura les pleurs et le grincement de dents.
13, 43: Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Que celui qui a des oreilles entende !


Paraboles du trésor et des perles (13,44-46)

13, 44: Le royaume des cieux est semblable à un trésor caché dans un champ; un homme, l`ayant trouvé le recacha et, dans sa joie, s`en alla vendre tout ce qu`il avait et acheta ce champ.
13, 45: Encore : le royaume des cieux est semblable à un marchand qui cherchait de belles perles.
13, 46: Ayant trouvé une perle de grand prix, il s`en alla vendre tout ce qu`il avait, et il l`acheta.

Le Trésor : l’homme qui le découvert travailler à ces champs sans que celui-ci ne lui appartienne, il décide donc de vendre tous ses biens, achète le champs, ainsi le trésor enfouit lui appartiendra de plein droit… il s’agit ici de l’homme qui rencontre la parole de dieu, et décide de se séparer de tous ceux qui peuvent le nuire et le faire chuté dans ses anciens dieux, vice, argent, mensonge, permissivité et j’en passe pour ne se vouer qu’au travail de son champs, le royaume de dieu.

La Perle : elle reprend le même langage que le trésor, jésus nous fait comprendre que rien n’équivaut au royaume de dieu… cette perle si fine rechercher par le marchand est aussi notre quête, lorsque le marchand trouve la perle sans prix, à plus juste titre ne va- il pas réaliser la totalité de ses biens pour acquérir l’unique, l’incomparable, la sublime, l’exceptionnelle… savoir sacrifier ses anciennes sécurités, n’est-ce pas ce qu’a fait st Paul !! Alors nous qui avons reçu et grâce sur grâce, combien plus ne devons-nous pas imiter son exemple. Ayant maintenant découvert la richesse que contient la parole du Christ de Dieu, nous serions inexcusables de ne pas agir en conséquence.


Parabole du filet (13,47-50)

13, 47: encore : le royaume des cieux est semblable à un filet qu`on a jeté dans la mer et qui a ramené (des poissons) de toute sorte.
13, 48: Lorsqu`il fut rempli, (les pêcheurs) le tirèrent au rivage et, s`étant assis, ils recueillirent les bons dans des paniers et rejetèrent les mauvais.
13, 49: Ainsi en sera-t-il à la consommation du siècle : les anges sortiront et sépareront les méchants d`avec les justes,
13, 50: et ils les jetteront dans la fournaise du feu; c`est là qu`il y aura les pleurs et le grincement de dents.

Le Filet : un temps pour pêcher un temps pour prier, mais le tri ne nous incombe pas, il faut laisser à chacun faire son travail selon le choix que dieu dans sa souveraine plénitude la décider… il ne nous appartient pas de juger, ni de condamner, notre travail est celui de semer, oeuvrer, prier, pour que grandisse le royaume, porter la parole, et vivre en témoin véritable de jésus, par nos actes et nos comportements.


Conclusion (13,51-52)

13, 51: Avez-vous compris toutes ces choses? "
13, 52: Ils lui dirent : " Oui. " Et il leur dit : " C`est pour cela que tout scribe devenu disciple du royaume des cieux ressemble à un maître de maison qui tire de son trésor du neuf et du vieux. "

4 L' EGLISE PREMICES DU ROYAUME DES CIEUX

I JESUS reconnu par les disciples

Visite à Nazareth (13,53-58)


13, 53: Or, après que Jésus eut achevé ces paraboles, il partit de là.

Dans les versets, 52-53, Jésus nous fait comprendre sa joie, lorsqu'un scribe, un juste, un docteur de la loi, et tout autre, qui réalise le mystère révéler par Jésus et qui se met au service de la parole, honorent par sa conduite et son travail l’oeuvre voulu par dieu, et tire son trésor du neuf comme de l’ancien, à savoir l’ancien et le nouveau testament, l’ancien par sa préparation par les prophètes de ce que le nouveau apporte par la révélation de Jésus, Christ de Dieu.

13, 54: Etant venu dans sa patrie, il les enseignait dans leur synagogue, si bien que, saisis d`étonnement, ils disaient : " D`où lui viennent cette science et ces miracles?
13, 55: N`est-ce pas le fils du charpentier? Sa mère ne s`appelle-t-elle pas Marie, et ses frères Jacques, Joseph, Simon et Judas?
13, 56: Et ses sœurs, ne sont-elles pas toutes chez nous? D`où lui vient donc tout cela`? "
13, 57: Et il était pour eux une pierre d`achoppement. Mais Jésus leur dit : " Un prophète n`est sans honneur que dans sa patrie et dans sa maison. "
13, 58: Et il ne fit pas là beaucoup de miracles à cause de leur incrédulité.

Du verset 53 à 58, Jésus nous montre là un tournant décisif qui va maintenant s’opérer dans sa mission ; il aurait à Nazareth aussi pu faire des miracles, mais à quoi cela aurait-il servi, les habitants ayant déjà une opinion toute faite sur lui… son origine humaine des plus modeste, est pour eux un obstacle à la foi… le départ de jésus de son village natal est comme un reproche à ce manque de foi juger uniquement selon les apparences, sans avoir fait l’effort de comprendre et de réaliser la profondeur de l’être divin qu’il représentait. De ce fait comme pour prendre des distances avec ceux qui systématiquement le réfutent, il n’entrera plus dans les synagogues pour prêcher, mais s’adressera aux foules, dehors, en pleine nature, et surtout ira là où se trouve les gentils, donc les incroyants de la foi d’Israël, qui va en l’écoutant devenir des adeptes, voir même des disciples et accomplir l’immense tâche d’universalité à laquelle Jésus va les préparé.

Ici se termine la première partie du travail de Jésus, il va maintenant entrer dans la deuxième phase de ce travail, qui va rendre les apôtres et les disciples partie prenante et responsable de l’oeuvre immense à accomplir. Comme vous le voyez, il était indispensable de faire le point précis sur ce passage de St Matthieu, car pour bien comprendre et rentré dans la suite de la vie de Jésus, de son message, et surtout de son acceptation à aller vers son destin sans rien n’y changer.

Chapitre 14

Retour au Début

Chapitre
suivant

Accueil

 

Nous entrons à présent dans la deuxième phase de la mission de Jésus… nous avons vu dans la première phase qu’Il a fait son entrée ministérielle dans la vie du monde de façon définitive, qu’Il se fait connaître et découvrir, qu’Il choisit ces disciples, appel à la conversion, mais en garde croyants et incroyants, sur les plus disposés comme sur les plus récalcitrants, démontre et dénonce les injustices et les erreurs, présente et offre le royaume à quiconque à la foi, marche sur ces pas, suivent les commandements du Père, et ce, que ce soit au peuple d’Israël qu’aux gentils.

Mais voilà, Jésus sait qu’Il ne restera pas indéfiniment sûre terre, ceci n’est pas la volonté du Père, et qu’il doit mettre en place pour la suite de son ministère, une équipe qui prendra le relais, en qui Il mettra toute sa Volonté et tous son Amour, afin que subsiste, continue et s’amplifie, le mouvement qui ira en grandissant, dans la construction du Royaume, et que l’on appellera l’Eglise.

Il va aussi devoir faire comprendre à cette même équipe, que cela ne se fera aussi facilement qu’on ne le pense, et qu’il leur faudra aussi savoir donner leurs vies, tout comme lui-même vas le faire, qui ne sera ni facile ni compréhensible, qu’Il doive mourir pour que tous le travail qu’il accomplira soit valider devant DIEU TOUT PUISSANT car Il doit aussi se donner en don Gratuit pour racheter tous ceux qui étaient perdues, depuis Adam et Eve et jusqu’à la fin du monde.

C’est ce sauvetage, don d’amour gratuit, voulu, accepter et offert sans réserve, qui Lui vaudra auprès du Père que tous ceux qui croiront en Lui et auront la Foi, pourront accéder définitivement à la vie éternelle dans la gloire de la Sainte et Glorieuse Trinité.

Hérode et JESUS (14-1,2)

14, 1: En ce temps-là, Hérode le tétrarque apprit ce qui se publiait de Jésus,
14, 2: et il dit à ses courtisans : " C`est Jean-Baptise ! Il est ressuscité des morts : voilà pourquoi le pouvoir thaumaturgique agit en lui. "

Exécution de Jean-Baptiste (14,3-12)

14, 3: Hérode, en effet, ayant fait arrêter Jean, l`avait chargé de chaînes et jeté en prison, à cause d`Hérodiade, la femme de son frère Philippe,
14, 4: car Jean lui disait : " Il ne t`est pas permis de l`avoir (pour femme). "
14, 5: Volontiers il l`eût fait mourir, mais il craignait le peuple, qui le regardait comme un prophète.
14, 6: Or, au jour anniversaire de la naissance d`Hérode, la fille d`Hérodiade dansa devant (les convives) et plut à Hérode,
14, 7: qui promit avec serment de lui donner ce qu`elle demanderait.
14, 8: Elle, à l`instigation de sa mère : " Donne-moi, dit-elle, ici, sur un plateau, la tête de Jean le Baptiste. "
14, 9: Le roi fut contristé; mais, à cause des serments et des convives, il commanda qu`on la (lui) donnât.
14, 10: et il envoya décapiter Jean dans la prison.
14, 11: Et la tête, apportée sur un plateau, fut donnée à la jeune fille, qui la porta à sa mère.
14, 12: Ses disciples vinrent prendre le corps et lui donnèrent la sépulture; puis, ils allèrent informer Jésus.

La tradition évangélique, fait du baptiste, jean, le précurseur de jésus jusque dans sa mort, par un même affrontement aux puissants, une condamnation lors d’une fête, et l’ensevelissement du martyr par ses disciples. Tout naturellement ils viennent ensuite rendre compte à Jésus, resteront avec lui, mais réaliseront que c’est Jésus qui ressuscite d entre les morts et non pas Jean...

Hérode Antipas, maître de la Galilée s’interroge sur Jésus, aimait sa propre hypothèse, et par remords vis-à-vis de Jean qu’il a fait décapité, pense que celui-ci est revenu sous les traits de Jésus ; il ne se doute pas qu’en imaginant le retour à la vie d’un prophète au pouvoir miraculeux, il définit le retour du nouvel Elie, prophète très populaire en Israël, espéré par la tradition juive, pour délivrer et sauvé le monde… mais c’est pierre, l'apôtre du christ qui proclamera la supériorité de jésus sur ce personnage et le fera reconnaître comme fils de dieu et messie.

Premières multiplication des pains (14,13-21)

14, 13: Jésus, l`ayant appris, partit de là dans une barque vers un endroit désert, à l`écart ; les foules, l`ayant su, le suivirent à pied des villes.
14, 14: Quand il débarqua, il vit une grande foule; il en eut compassion, et il guérit leurs malades.
14, 15: Le soir venu, les disciples s`approchèrent de lui, disant : " Le lieu est désert, et déjà l`heure est avancée; renvoyez [donc] les foules, afin qu`ils aillent dans les bourgs s`acheter des vivres. "
14, 16: Mais Jésus leur dit : " IIs n`ont pas besoin de s`en aller; donnez-leur vous-mêmes à manger. "
14, 17: Ils lui dirent : " Nous n`avons ici que cinq pains et deux poissons. "
14, 18: " Apportes-les-moi, ici, " dit-il.
14, 19: Après avoir fait asseoir les foules sur l`herbe, il prit les cinq pains et les deux poissons, leva les yeux au ciel, prononça la bénédiction, rompit les pains et les donna aux disciples, et les disciples les donnèrent aux foules.
14, 20: Tous mangèrent et furent rassasiés, et l`on emporta douze corbeilles pleines des morceaux qui restèrent.
14, 21: Or ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille hommes, sans les femmes et les enfants.

JESUS marche sur les eaux et PIERRE avec lui (14,22-33)

14, 22: Aussitôt il obligea les disciples à monter dans la barque et à passer avant lui sur l`autre rive pendant qu`il renverrait les foules.
14, 23: Quand il eut renvoyé les foules, il monta dans la montagne pour prier à l`écart; et, le soir étant venu, il était là seul.

La première multiplication des pains : dans ces versets, vas développer la tendresse de jésus envers ses malheureux, brebis perdues sans berger, pour qui il se manifeste comme pasteur du troupeau en guérissant mes malades et portants secours aux condamnés. Les disciples éprouvent aussi, certes de la compassion pour cette foule immense mais n’envisagent comme seule solution que des  renvoyés" ...Jésus prendra aussi cette décision, mais seulement après les avoir nourris, rassasiées; Et c’est par ses disciples que se fera la distribution… d abord par la multiplication des pains et des poissons, un maigre produit qui deviendra surabondant dans les mains de Jésus en qui tous s’opèrent… ensuite ce sont les disciples qui se chargent de la distribution… par le geste, la prière de bénédiction, la multiplicité, la distribution, montre de toute évidence que Jésus prépare ses disciples à la cène eucharistique auquel prendra part les disciples et continuera ce mémoire perpétué jusqu à nos jours.

En (2r 4,44) nous voyons le prophète Élisée qui sous le commandement de Dieu, opéra jadis une multiplication des pains, et poursuivons le verset, ils en eurent de reste… alors qu’avec Jésus il en reste douze corbeilles pleines, hommes femmes et enfants tous rassasiés, signe distinctif des douze tribus d Israël à qui Jésus et envoyé et aux douze apôtres, après avoir accomplis leurs ministères. Ensuite c’est Jésus lui-même qui renverra les foules, comprenant qu’elle désire le faire chef d’Israël pour la solution économique qu’Il représente et que des inconscients comme il y en aura par la suite ne le porte au pouvoir temporel loin du spirituel.

Et là nous revoyons Jésus qui se rendant sur la montagne, (lieu retiré) à l écart, (seul) pour prier ! Notez bien que Jésus prie toujours avant et après un miracle.

14, 24: Or, la barque était déjà à plusieurs stades de la terre, battue par les vagues, car le vent était contraire.
14, 25: A la quatrième veille de la nuit, il vint vers eux en marchant sur la mer.
14, 26: Les disciples, le voyant marcher sur la mer, furent troublés et dirent : C`est un fantôme ! " et ils poussèrent des cris de frayeur.
14, 27: Aussitôt Jésus parla, leur disant : " Prenez confiance, c`est moi, ne craignez point. "
14, 28: Pierre prenant la parole : " Seigneur, dit-il, si c`est vous, ordonnez que j`aille à vous sur les eaux. "
14, 29: Il lui dit : " Viens ! " et Pierre, étant sorti de la barque, marcha sur les eaux pour aller à Jésus.
14, 30: Mais, voyant la violence du vent, il eut peur, et comme il commençait à enfoncer, il s`écria : " Seigneur, sauvez-moi ! "
14, 31: Aussitôt Jésus étendit la main, le saisit et lui dit : " Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté? "
14, 32: Et lorsqu`ils furent montés dans la barque, le vent tomba.
14, 33: Alors ceux qui étaient dans la barque se prosternèrent devant lui, disant : " Vous êtes vraiment le Fils de Dieu. "

La marche sur les eaux, l’église en marche: quatre points importants se dégagent de ses versets. a) La séparation de Jésus et des siens. b) l’apparition de Jésus marchant sur les eaux. c) l’aventure de Pierre. d) la reconnaissance du Fils de Dieu par les disciples.

Il faut une séparation pour une rencontre ou retrouvaille, et pour démontrer un nouveau caractère de sa pérennité sur terre, Jésus se sert de la nuit pour se faire, en tablant sur deux éléments essentiels du monde ancien. 1) Il vient en pleine nuit, prémices de sa victoire Lui qui est la lumière véritable. 2) Il marche sur les eaux, donc se place au-dessus des abîmes dont Il ressortira vainqueur, et du séjour des morts, préfiguré dans le monde ancien par les profondeurs abyssales.

La déclaration de Pierre " si c’est bien toi " incarne par avance le doute du disciple devant le ressusciter (à venir) mais l’obéissance à l ordre de Jésus plus fort que le doute ; puis le sentiment du danger l’emporte sur la foi, encore trop chancelante, laquelle reste toutefois suffisante pour que la peur se transforme en prière" seigneur  sauve moi ! Jésus sauve Pierre et sa présence dans la barque suffit à ramener le calme dans son Eglise, quoique, sur l’eau, la tempête continue de gronder ; comprenons que c’est pour souligner la fragilité de celui que jésus choisira comme premier pour lui confier son église, mais pour assurer aussi que jésus vient et viendra au secours de cette faiblesse, et de bien d’autres aussi. Dans la logique du symbolisme de la barque voici donc par avance l’Eglise qui confesse son Seigneur " tu es le Fils de dieu " vainqueur des forces du mal.

Guérisons au pays de Gennésaret (14,34-36)

14, 34: Ayant traversé, ils abordèrent à Génésareth.
14, 35: Les gens de cet endroit, l`ayant reconnu, envoyèrent dans tous les environs, et on lui amena tous les malades.
14, 36: Et ils le priaient de leur laisser seulement toucher la houppe de son manteau, et tous ceux qui touchèrent furent guéris.

Les Guérisons à Génésareth: il faut y voire la douceur et la bonté de jésus, qui dans ces versets se laisse attendrir par des malheureux, dont la souffrance et extrême, qui lui demande plus comme guérisseur que comme prophète des guerriers, jésus sachant par avance qu’il y en aura de nombreux qui en le reconnaissant non comme guérisseur mais comme messie, viendront à lui est seront sauvés.

Chapitre 15

Retour au Début

Chapitre
suivant

Accueil

Discussion sur les traditions pharisaïques (15,1-9)

15, 1: Alors des Pharisiens et des scribes venus de Jérusalem s`approchent de Jésus, disant :
15, 2: " Pourquoi vos disciples transgressent-ils la tradition des anciens? Car ils ne se lavent pas les mains lorsqu`ils mangent. "
15, 3: Il leur répondit : " Et vous, pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu par votre tradition?
15, 4: Car Dieu a dit : Honore ton père et ta mère; et : Quiconque maudira son père ou sa mère, qu`il soit puni de mort.
15, 5: Mais vous, vous dites : " Quiconque dit à son père ou à sa mère : Ce dont j`aurais pu vous assister est offrande, -
15, 6: n`a pas à honorer (autrement) son père ou sa mère. " Et vous avez mis à néant la parole de Dieu par votre tradition.
15, 7: Hypocrites, Isaïe a bien prophétisé de vous quand il a dit :
15, 8: Ce peuple m`honore des lèvres, mais leur cœur est loin de moi.
15, 9: Vain est le culte qu`ils me rendent, donnant des enseignements (qui sont) des préceptes d`hommes.


Enseignement sur le pur et l'impur (15,10-20)

15, 10: Et, ayant appelé la foule, il leur dit : " Ecoutez et comprenez !
15, 11: Ce n`est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l`homme; mais ce qui sort de la bouche, voilà ce qui souille l`homme. "
15, 12: Alors ses disciples vinrent à lui et lui dirent : " Savez-vous que les Pharisiens, en entendant cette parole, se sont scandalisés? "
15, 13: Il répondit : " Toute plante que n`a pas plantée mon Père céleste, sera arrachée.
15, 14: Laissez-les : ce sont des aveugles qui conduisent des aveugles. Or, si un aveugle conduit un aveugle, ils tomberont tous deux dans une fosse. "
15, 15: Pierre, prenant la parole, lui dit : " Expliquez-nous [cette] parabole. "
15, 16: Il dit : " Etes-vous encore, vous aussi, sans intelligence?
15, 17: Ne comprenez-vous pas que tout ce qui entre dans la bouche passe au ventre et est rejeté aux lieux secrets?
15, 18: Mais ce qui sort de la bouche vient du cœur, et c`est là ce qui souille l`homme.
15, 19: Car c`est du cœur que viennent des pensées mauvaises : meurtres, adultères, fornications, vols, faux témoignages, blasphèmes.
15, 20: Voilà ce qui souille l`homme; mais manger avec des mains non lavées, cela ne souille point l`homme. "

Controverse sur la tradition des anciens: cette controverse éclaire les apôtres sur la façon d’agir et le comportement à avoir vis-à-vis des païens qui adhéreront au christianisme, et qui n’étant pas issue du judaïsme ne connaisse pas le rituel à respecter dans certain cas spécifique. Le problème sous-jacent relevé ici, est le suivant ! Les juifs qui adhéreront au christianisme et qui pratiquent toujours les rîtes de pureté peuvent-ils fréquenter dans une même Eglise, et à la même table Eucharistique, des gentils de toutes conditions qui ne pratiquent pas ces rirent ? L’essentiel pour Jésus est la pureté morale qui autorise à passer au-dessus des questions rituelles propres à une seule ethnie.

On voit ici le risque de la tradition de se satisfaire de cette pureté rituelle extérieur, bien qu'étant le moyen de mettre la religion au coeur même de la vie, d’en oublier la pureté morale première condition des enfants de Dieu. Le texte évangélique de St Matthieu dénonce ici avec vigueur que la pureté d’un homme aux yeux de Dieu, ne sont pas les pratiques et usages traditionnelles qui ont tendances à tout annihiler, mais d’avantage à sons agir, car l’agir vient directement du coeur, reflet de son être profond ; Matthieu dénonce ici les conduites des docteurs de la loi, tous parties confondues, qu’ils ne sont que de l’ivraie dans le champ du seigneur ; on voit déjà se profiler la rancune naissante de ce qui finira par condamner jésus.

Guérison de la fille d'une Cananéenne (15,21-28)

15, 21: Jésus, étant parti de là, se retira dans la région de Tyr et de Sidon.
15, 22: Et voilà qu`une femme cananéenne, sortie de ce pays-là, se mit à crier : " Ayez pitié de moi, Seigneur, fils de David ! Ma fille est cruellement tourmentée par le démon. "
15, 23: Il ne lui répondit pas un mot. Alors les disciples, s`étant approchés, le priaient en disant : " Renvoyez-la, car elle nous poursuit de ses cris. "
15, 24: Il répondit : " Je n`ai été envoyé qu`aux brebis perdues de la maison d`Israël. "
15, 25: Mais elle vint se prosterner devant lui, disant : " Seigneur, secourez-moi ! "
15, 26: Il répondit : " Il n`est pas bien de prendre le pain des enfants pour le jeter aux petits chiens. -
15, 27: Oui, Seigneur, dit-elle; mais les petits chiens mangent des miettes, qui tombent de la table de leurs maîtres. "
15, 28: Alors Jésus lui dit : " O femme, votre foi est grande : qu`il vous soit fait comme vous voulez. " Et sa fille fut guérie à l`heure même.

La foi de la Cananéenne: c’est dans la région de Tyr et de Sidon, en territoire non judaïsant que se dirige maintenant jésus ; il y a là aussi une démonstration à faire aux disciples, et aussi un message de salut qui s’opérera en voir des païens...Jésus n’est pas entré encore dans le territoire a proprement parlé que déjà s’avance pour aller à sa rencontre, ayant eu vent de sa venue, que la femme sort à la rencontre de Jésus et maintient une distance religieuse et respectueuse, connaissant l’identité de celui qu’elle va apostropher, et qui normalement n’a rien à voir ou à faire avec elle et se de sa race… le prosélytisme leur était défendu par les diverses inimitiés ancestrales qui divisaient ces peuples et rendait une intégration et un rapprochement à la même foi de sa simple faite.

Jésus n’entant Lui que le cri de la prière qui lui est adressé… ont voie que, pour les disciples, l’animosité persiste puisqu’il Lui demande de la renvoyer… mais la renvoyer exaucée ou non serait à travers elle, adresser la parole aux païens entrés en relation avec Lui...Seigneur vient à notre aide !!! L’expression d’une vraie foi proclamée par cette prosélyte qui confesse en le suppliant sa reconnaissance comme envoyer dû Très Haut, (c’est ainsi que les cananéens nommés Dieu) car c’est bien Jésus qu’elle met au coeur et au centre de sa foi, par une prière toute chrétienne prononcée à deux reprises...Jésus exauce donc par se fait celui qui met et place toute sa confiance en Lui, et ce, sans demi-mesure entre les peuples, races et nations.

Ainsi donc dans le cadre particulier de cette section, les disciples ont eu l’occasion de découvrir en celui qu’ils suivent un rayonnement qui débordera les frontières d’Israël, et dont ils auront à tenir compte et faire de même lorsque le moment de leur ministère se concrétisera.

Nombreuses guérisons près du lac (15,29-31)

15, 29: Jésus quitta ces lieux et vint au bord de la mer de Galilée. Etant monté sur la montagne, il s`y assit.
15, 30: Et des foules nombreuses s`approchèrent de lui, ayant avec elles des boiteux, des estropiés, des aveugles, des muets, et beaucoup d`autres. On les mit à ses pieds, et il les guérit;
15, 31: de sorte que les foules étaient dans l`admiration, voyant les muets parler, les estropiés guéris, les boiteux marcher, les aveugles voir; et elles glorifiaient le Dieu d`Israël.


Seconde multiplication des pains (15,32-39)

15, 32: Jésus, ayant appelé ses disciples, leur dit : " J`ai compassion de cette foule, car voilà déjà trois jours qu`ils restent près de moi, et ils n`ont rien à manger. Je ne veux pas les renvoyer à jeun, de peur que les forces ne leur manquent en chemin. "
15, 33: Les disciples lui dirent : " Où nous (procurer) dans un désert assez de pains pour rassasier une si grande foule? "
15, 34: Jésus leur dit : " Combien de pains avez-vous? - Sept, lui dirent-ils, et quelques petits poissons. "
15, 35: Alors il commanda à la foule de s`asseoir par terre,
15, 36: il prit les sept pains et les poissons, et, après avoir rendu grâces, il les rompit et les donna aux disciples, et les disciples aux foules.
15, 37: Tous mangèrent et furent rassasiés; et des morceaux qui restaient, on emporta sept corbeilles pleines.
15, 38: Or ceux qui mangèrent étaient [environ] quatre mille hommes, sans les femmes et les enfants.
15, 39: Après avoir renvoyé les foules, il monta dans la barque et vint au territoire de Magadan.

Seconde multiplication des pains mais en territoire païens: ses versets font suites ou précédent dans l’ordre de la mission à accomplir montrant jésus rassasiant les foules juives et non juives… avec la même disponibilité, le même service, les mêmes formules, le même rituel, demandant au fils d’Israël par la transmission des disciples, de nourrir aussi ceux qui se convertissent et viennent à la vraie foi. C’est en Galilée que se situe la scène, de la même ou Jésus ressuscité enverra les disciples de par toutes les nations… et les apôtres de comprendre par là même qu’elle est Sa mission et qu’elle sera la leur par la suite.

Chapitre 16

Retour au Début

Chapitre
suivant

Accueil

On demande à JESUS un signe dans le ciel (16,1-4)

16, 1: Les Pharisiens et les Sadducéens s`approchèrent et, pour le mettre à l`épreuve, ils lui demandèrent de leur faire voir un signe venant du ciel.
16, 2: Il leur répondit : " Le soir venu, vous dites : Il fera beau, car le ciel est rouge;
16, 3: et le matin : Aujourd`hui, de l`orage, car le ciel est d`un rouge sombre. Vous savez discerner l`aspect du ciel; mais les signes des temps, vous ne le pouvez.
16, 4: Une génération mauvaise et adultère réclame un signe : il ne lui sera pas donné d`autre signe que le signe de Jonas. " Et les laissant, il s`en alla.

16,1-4 : unir sadducéens et pharisiens, évoque une alliance peu vraisemblable compte tenu des différends qui les oppose déjà dans la propre religion mosaïque,

Mais exprime de façon explicite que l’ensemble des pensées religieuses d’Israël est littéralement opposé à l’instruction de Jésus, donc dans l’inacceptation de sa Messianité. Leurs demandes constituent une fois de plus une mise à l épreuve pour une tentation vers un messianisme triomphant, mais Jésus répond en deux temps :

a) Il accuse ses interlocuteurs d'être experts en météorologie, mais de ne point reconnaître "les signes des temps"temps d'intervention de Dieu en ce monde; jésus renvoie à tous les signes qu’il a posés depuis le début de sa mission. Ses guérisons, ses témoignages de compassion envers les petits et les pauvres, son attention à l égard de l’étranger, l’humble appel à se convertir adressé à tous. Partout où de tels faits se sont produits, là sont les signes des temps et non dans les prodiges célestes que demandent ses accusateurs ; jésus a fait un choix, en acceptant d’obéir à son père, qui ne cessera pas de décevoir au long des siècles, les amateurs d’une religion à sensation, et surtout de nos jours ou les détracteurs de la foi, ont de nombreux dieux à sensation auxquels ils peuvent se référer, sans voir l’entrave majeure que représentent toutes ses idéologies pour comprendre et analyser avec équilibre et sagesse leurs propres dimensions dans cet univers dont nous faisons partie intégrante. Le départ de Jésus signifie donc une rupture décisive avec ses détracteurs.

b) Le signe de Jonas reste et restera donc éternellement le signe significatif de la révélation de la mort/résurrection de Jésus, malgré l’invraisemblance de ce signe, un poisson rejetant sa prise ; noter la différence avec Jésus qui descend et remonte de l'Ades par son seul pouvoir, sans que rien ne puisse le retenir.


Le levain des Pharisiens et des Sadducéens (16,5-12)

16, 5: Arrivés à l`autre rive, les disciples avaient oublié de prendre des pains.
16, 6: Jésus leur dit : " Voyez à vous garder du levain des Pharisiens et des Sadducéens. "
16, 7: Et ils se faisaient cette réflexion : " C`est parce que nous n`avons pas pris de pains. "
16, 8: Jésus le connut et dit : " Hommes de peu de foi, pourquoi vous faites-vous la réflexion que c`est parce que vous n`avez pas pris de pains?
16, 9: Ne saisissez-vous pas encore et ne vous rappelez-vous pas les cinq pains des cinq mille, et combien de paniers vous avez emportés?
16, 10: Ni les sept pains des quatre mille, et combien de corbeilles vous avez emportées?
16, 11: Comment ne saisissez-vous pas que ce n`est pas à propos des pains que je vous l`ai dit? Gardez-vous du levain des Pharisiens et des Sadducéens. "
16, 12: Alors ils comprirent qu`il ne leur avait pas dit de se garder du levain des pains, mais de la doctrine des Pharisiens et des Sadducéens.

16,5-12: la conversation de jésus avec les disciples joue à nouveau sur le malentendu de l’oubli des provisions et renoue avec la double multiplication des pains.

Le levain que représente l’enseignement des représentants du judaïsme devient donc un agent de corruption et doit susciter la méfiance.

Jésus reproche encore aux disciples leurs peu de foi, et de ne pas avoir encore saisi avec qui ils ont lié leur vie.


Profession de foi et primauté de PIERRE (16,13-20)

16, 13: Jésus, étant venu dans la région de Césarée de Philippe, interrogeait ainsi ses disciples : " Qui dit-on qu`est le Fils de l`homme? "
16, 14: Ils dirent : " Les uns Jean le Baptiste, d`autres Elie, d`autres Jérémie ou l`un des prophètes. "
16, 15: Il leur dit : " Et vous, qui dites-vous que je suis? "
16, 16: Simon Pierre, prenant la parole, dit : " Vous êtes le Christ, le Fils du Dieu vivant. "
16, 17: Jésus lui répondit : " Tu es heureux, Simon Bar-Jona, car ce n`est pas la chair et le sang qui te l`ont révélé, mais mon Père qui est dans les cieux.
16, 18: Et moi, je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et les portes de l`enfer ne prévaudront point contre elle.
16, 19: Et je te donnerai les clefs du royaume des cieux : tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux. "
16, 20: Alors il défendit sévèrement aux disciples de dire à personne qu`il était le Christ.


Première annonce de la passion (16,21-23)

16, 21: Jésus commença depuis lors à déclarer à ses disciples qu`il fallait qu`il allât à Jérusalem, qu`il souffrît beaucoup de la part des anciens, des grands prêtres et des scribes, qu`il fût mis à mort et qu`il ressuscitât le troisième jour.

16,13-21 : jésus dans cet épisode interpelle ses disciples afin de leurs fer prendre conscience de sa véritable identité et de sa messianité ; Si c’est le < fils de l homme > qui interroge c’est aussi le " juge céleste " (dont la gloire est encore méconnue) et la demande concerne en soient les gens qui ne son pas de son entourage immédiat, et la réponse sert d abord à boucler la boucle, car ils ne voient en lui que l’uns des prophètes attendus...Jérémie en l occurrence...

Mais Jésus insiste, en leur posant maintenant les disciples eux-mêmes sur les mêmes thèmes ; Les apôtres pourraient réitérer la réponse faite sur la barque (14,33) mais là c’est Simon qui prend la parole… et là sous nos yeux se dévoile la pierre angulaire de fondement qui s’adresse à la pierre de fondation, sur laquelle Jésus va établir son Eglise, église qui reconnaît en ses textes la légitimité de l’institution de la papauté (récusé par d autres confessions chrétiennes).

La réponse de Jésus à la déclaration, de Simon va se faire en trois temps:

a) "heureux es-tu ? Jésus devant les apôtres interpelle alors Simon pour bien faire comprendre aux disciples la teneur de la révélation de cette déclaration, dont Simon est le confesseur de la vraie foi quand fonction de la révélation gratuite du Père promise naguère par les prophètes, et non en raison de la chair et du sang, c'est-à-dire des ressources de l’humanité fragile et incapable de deviner une révélation aussi extraordinaire par l intermédiaire de l’unique chair dont l’homme et pétri ; seul le don gratuit de dieu peut permettre la compréhension et la portée d’une telle réalité.

b) "Et moi je te dis... " Il s’agit maintenant d’une promesse formulée au futur et qui prendra effet lors du départ de Jésus ; Simon vas devenir une pierre de fondation qui assurera la solidité de l'édifice, à la suite d'Abraham et de Moïse, et le changement de nom que lui signifiera le Christ indique à Pierre la nouvelle mission qui lui incombera désormais. < Je bâtirais mon Eglise… > ici Jésus distingue clairement les assemblées diversifiées de juifs et de païens qui se réuniront en son nom, dont les membres doivent se fonder sur Pierre, qui détient avec les apôtres la seule vraie et unique révélation qui se diffusera à travers le monde par la voie de l’Evangile, parallèlement et distinctement à la synagogue ou continueront à se réunir ses détracteurs.

c) "Je te donnerais les clés… " Précise que Pierre à un rôle bien terrestre et qu’il n’agit pas comme simple concierge du paradis, ou nous le reléguons à fortiori...L'image des clés, rappelle ici l'intendant précieux et zélé dont la confiance du maître et tel qu'il peut par son autorité ouvrir et fermée l'accès de la maison de son maître sans que celui-ci n'est à intervenir et qui de surcroît recevra de sa part l'appui total de ses actions devant ces accusateurs...

Par cet acte, Jésus accuse les scribes d’abuser des clés que leur donne leur fonction d’interprète de la loi de moïse pour barrer aux enfants de Dieu l’accès du royaume des cieux ! Ainsi Pierre détient " avec les apôtres " les clés officielles de la révélation divine non plus en scrutant la loi mosaïque mais comme seuls vrais représentants de l’enseignement évangélique du Christ, fils unique du Dieu vivant, et par l’acte de lier et délier qui décide si telle action ou telle attitude est permise ou défendue, par l’enseignement de Jésus, Pierre sera en mesure de prendre la décision qui s’imposera pour la pérennité de l’Eglise, promesse de Jésus, et qui e trouvera ratifié dans les cieux, c'est-à-dire par Dieu lui-même.

En revenant aux disciples témoins de cet événement, l’instauration de l’autorité et de la suprématie de Pierre, la seule qui puisse donner cohésion et solidité à l’Eglise, par la juste formulation de la Foi Chrétienne, dont ils sont par là même concernés et témoins direct ; la consigne de silence qui suit indique que le monde environnant, ne peut pas encore saisir le mystère de l’identité de jésus et par là même de comprendre la portée messianique de son message.

A partir de ce moment, Jésus marque un tournant décisif car sa mission en Galilée prend fin, et qu'Il lui faut partir pour Jérusalem où le" fils de l'homme" doit souffrir, mourir et ressusciter. Ainsi Il prend la route vers sa Pâques pas en solitaire, mais avec ses disciples qui seront pour eux un cheminement spirituel, progression nécessaire à la compréhension d’un Messie libérateur de la servitude mais souffrant, découvrant ainsi ce que sera l’Eglise dont Il annonce la fondation, et quelles conversions exige la vie à sa suite, qui ne consiste pas seulement à découvrir et à reconnaître le Christ, ainsi que la justesse de la foi de Pierre, mais à suivre le Sauveur sur le chemin du renoncement et de l’amour qu’Il a lui-même choisi. Il dévoile de se fait aux disciples son destin et identifie déjà les responsables de sa mort, en somme tous ceux qui composent le Sanhédrin ; le troisième jour rappel la prophétie d’osée 6,2 ou les commentateurs juifs y lisaient la résurrection des justes à la fin des temps.


16, 22: Pierre, le prenant à part se mit à le reprendre, disant : " A Dieu ne plaise, Seigneur ! cela ne vous arrivera pas. "
16, 23: Mais lui, se tournant, dit à Pierre : " Va-t`en ! Arrière de moi, Satan ! tu m`es scandale; car tu n`as pas le sens des choses de Dieu, mais (celui) des choses des hommes. "

16,22-23 : même croyant à la résurrection des justes, pierre se révolte à l idée d’un passage par l’humiliation de la mort ; immédiatement la réprimande de Jésus ne se fait pas attendre; Déjà donc en marche pour sa Pâques, Jésus se retourne et lui dit:"< passe derrière moi satan >" ainsi, jésus manifeste vivement que quiconque fera obstacle au plan de dieu sera refoulé ; en lui demandant de redevenir disciple, c’est le rabaisser voir même lui ôter sa suprématie sur son église, car l’égocentrisme des pensées des hommes, sert tout un univers hostile à la mission du christ, donc satan par excellence !


Conditions pour suivre JESUS (16,24-28)

16, 24: Alors Jésus dit à ses disciples : " Si quelqu`un veut venir à ma suite, qu`il se renonce lui-même, qu`il prenne sa croix et me suive.
16, 25: Car celui qui voudra sauver sa vie, la perdra; et celui qui perdra sa vie à cause de moi, la trouvera.
16, 26: Quel profit en effet aura l`homme, s`il gagne le monde entier, mais perd son âme? Ou que donnera l`homme en échange de son âme?
16, 27: Car le Fils de l`homme doit venir dans la gloire de son Père avec ses anges, et alors il rendra à chacun selon ses œuvres.
16, 28: Je vous le dis en vérité, quelques-uns de ceux qui sont ici présents ne goûteront point la mort qu`ils n`aient vu le Fils de l`homme venant dans son règne. "

16,24-28 : afin que pierre comprenne bien la dimension de cette pâques, jésus s’adresse aux apôtres qui ont choisie de le suivre librement : tel le condamné, obligé de traverser avec sa croix la foule hostile jusqu’au lieu du supplice, ils devront aussi se dépouiller de tout amour propre et trouveront leur dignité dans leur unique ressemblance au christ. Ainsi celui qui se prendra lui-même pour le centre de son existence a perdu d avance, et celui qui semble l’avoir raté parce qu’il suit le Christ, celui-là réussira ! Personne ne peut s’identifier par son savoir à son avoir, car rappelons-nous le psaume 49,8< nul ne peut payer à Dieu sa rançon !> il ni à que celui qui a rencontré le christ et qui le suit, ne va pas au hasard de ses fragilités, mais recevra de Dieu lui-même, selon son agir (Pr 24,12) !Le fait de pouvoir voir pour certain le Fils de l homme venir dans son Règne, fait ici allusion à ceux qui verront le Christ ressusciter après le supplice de la croix.

Chapitre 17

Retour au Début

Chapitre
suivant

Accueil

La transfiguration (17,1-8)

17, 1: Six jours après, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmène à l`écart sur une haute montagne
17, 2: Et il se transfigura devant eux : son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière.
17, 3: Et voilà que Moïse et Elie leur apparurent, conversant avec lui.
17, 4: Prenant la parole, Pierre dit à Jésus : " Seigneur, il nous est bon d`être ici; si vous le voulez, je ferai ici trois tentes, une pour vous, une pour Moïse et une pour Elie. "
17, 5: Il parlait encore, lorsqu`une nuée lumineuse les couvrit, et voilà que du sein de la nuée une voix dit : " Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j`ai mis mes complaisances : écoutez-le. "
17, 6: En entendant, les disciples tombèrent la face contre terre et furent saisis d`une grande frayeur.
17, 7: Et Jésus, s`approchant, les toucha et dit : " Levez-vous, ne craignez point. "
17, 8: Levant les yeux, ils ne virent plus que Jésus seul.

17,1-8 : dans ce chapitre, st Matthieu nous montre par la transfiguration de jésus, sa responsabilité christique, l’acceptation par dieu de la fondation de son église, la reconnaissance par le père de pierre comme représentant de son fils sur terre. Avec Pierre (choix de Jésus comme pierre fondatrice) Jacques, (la transition entre l’ancienne alliance et la nouvelle alliance) et Jean qui sera celui qui conclura l’aura des Évangélistes par la révélation de l’apocalypse. La brillance du soleil relate la vision la plus resplendissante de la gloire de dieu, et Jésus est le premier et l’unique guide par excellence de ceux qui resplendiront comme lui dans le royaume de leur Père, le vêtement blanc comme la lumière la révélation de Jésus comme Christ de Dieu et seul vrai lumière pour éclairer l’humanité.

Pierre en prenant la parole spécifie la vérité de la vision, avec les personnages vivants de cette apparition; pierre voit pour la première fois les deux monuments de la volonté divine, moïse et élie, et les reconnairent aussitôt comme si c’était des contemporains, hors ils ont rejoint le père depuis plusieurs siècles ! Le poids de cette reconnaissance par pierre lors de cette vision n’est dû qu’au privilège que dieu accorde aux trois disciples, témoin de toute cette vision, un des secrets de son économie divine.

La voix de dieu, " Écoutez-le " en guise d’avertissement solennel confirment donc officiellement à l’Eglise (représenter ici par Pierre, Jacques et Jean) le choix de Jésus, (Fils de l homme), comme son propre Fils, sa mission Christique, et la reconnaissance de son Eglise à travers le choix que Jésus a fait de ses disciples. Ainsi les disciples qui se trouveront associés de plus près à la passion sont d avance fortifiés par une révélation privilégiée de la plénitude de la personnalité de Jésus, ils reçoivent donc l’assurance qu’en Lui s’accomplissent la loi et les prophètes et Dieu leur confirme lui-même la justesse de la foi proclamée par Simon, devenu Pierre.


Question au sujet d'Elie (17,9-13)

17, 9: Comme ils descendaient de la montagne, Jésus leur fit ce commandement : " Ne parlez à personne de cette vision, jusqu`à ce que le Fils de l`homme soit ressuscité des morts. "
17, 10: Les disciples l`interrogèrent, disant : " Pourquoi donc les scribes disent-ils qu`il faut qu`Elie vienne d`abord? "
17, 11: Il répondit : " Elie vient en effet, et il restaurera toutes choses.
17, 12: Mais je vous dis qu`Elie est déjà venu; et ils ne l`ont pas reconnu, mais ils l`on traité comme ils ont voulu. De même le Fils de l`homme doit souffrir par eux. "
17, 13: Les disciples comprirent alors qu`il leur avait parlé de Jean le Baptiste.

17,9-13 : jésus résume simplement la prophétie de Malachie 3,23-24 comme pour dire aux apôtres que l’opinion des scribes est correcte puisqu’elle se fonde sur l’écriture ; élie qui doit venir est déjà venu, est c’étaient eux-mêmes qui l’annonçaient mais ils ne l’ont pas reconnu en jean le baptiste, précurseur de jésus et lui ont fait un mauvais sort; et pourtant malgré la vision glorieuse du christ transfiguré, le fils de l homme est aussi promis à la souffrance, ce qui veut dire que tout homme qui annoncera jésus et le royaume de dieu devront s’attendre à une route d’épreuves.


Le démoniaque épileptique (17,14-21)

17, 14: Quand ils furent arrivés près de la foule, un homme s`approcha de lui et, tombant à genoux devant lui, dit :
17, 15: " Seigneur, ayez pitié de mon fils ,car il est lunatique et il est bien mal : en effet il tombe souvent dans le feu et souvent dans l`eau.
17, 16: Je l`ai amené à vos disciples, et ils n`ont pas pu le guérir. "
17, 17: Jésus répondit : " O génération incrédule et perverse, jusques à quand serai-je avec vous? Jusques à quand vous supporterai-je? Amenez-le-moi ici. "
17, 18: Et Jésus lui commanda avec force, et le démon sortit de lui, et l`enfant fut guéri à l`heure même.
17, 19: Alors les disciples vinrent trouver Jésus, en particulier, et dirent : " Pourquoi n`avons-nous pas pu le chasser? "
17, 20: Il leur dit : " A cause de votre manque de foi. En vérité, je vous le dis, si vous avez de la foi comme un grain de sénevé, vous direz à cette montagne : Passe d`ici là, et elle y passera, et rien ne vous sera impossible.
17, 21: Mais ce genre (de démon) n`est chassé que par la prière et le jeûne. "

17,14-21 : ici dans l ensemble des versets jésus aux travers de ses disciples s’adressent à l’ensemble de son église de tous les temps ; la section se présente plutôt comme une leçon qui nous est adressée: la section se divise en trois parties a)) représenter par le père, voilà une (communauté, nation, peuple, etc) qui s’adresse à l’église, rendue inefficace par son manque de foi, trop séparé de son sauveur ! b) le reproche de jésus vis-à-vis de ses disciples, qui n’a rien d’un coup de colère nous sommes adressé, notre inefficacité est du à notre manque de foi qui risque à chaque génération de décevoir l’attente des hommes en détresse. c) avec un minimum de foi, dans les dons que nous a conféré l’EMMANUEL, nous pourrions agir par l’action de l’esprit saint, au-delà de ce qu i paraît possible, d’où le contraste flagrant et saisissant entre notre humaine Eglise et Jésus qui se prépare à mourir sur la croix. Jésus nous montre que la confiance que nous devons lui faire doit être à l identique que celle que Lui met en son Père. Sûr et inébranlable.


Deuxième annonce de la passion (17,22-23)

17, 22: Comme ils étaient groupés en Galilée, Jésus leur dit : " Le Fils de l`homme doit être livré entre les mains des hommes,
17, 23: et ils le mettront à mort, et il ressuscitera le troisième jour. " Et ils furent vivement attristés.


La redevance du temple acquittée par JESUS et PIERRE (17,24-27)

17, 24: Lorsqu`ils furent arrivés à Capharnaüm, ceux qui recueillaient les didrachmes s`approchèrent de Pierre et dirent : " Votre Maître ne paie-t-il pas les didrachmes? "
17, 25: Il dit : " Si. " Et quand il entra dans la maison, Jésus le prévint disant : " Que t`en semble, Simon? De qui les rois de la terre perçoivent-ils taxes ou impôt? De leurs fils ou des étrangers? "
17, 26: Comme il disait : " Des étrangers, " Jésus lui dit : " Les fils en sont donc exempts.
17, 27: Mais pour ne pas les scandaliser, va à la mer, jette l`hameçon, tire le premier poisson qui montera; puis, lui ouvrant la bouche, tu y trouveras un statère; prends-le et donne-le-leur pour moi et pour toi."

17,22-27 : la tristesse qui se lie sur le visage des disciples à l’annonce de la passion, et un long chemin qui nous reste à parcourir pour entrer dans les vues de dieu, et cela vaut tout autant pour les disciples que pour nous ; comment connaître et comprendre les chemins du Seigneur!

Pour comprendre le débat qui a lieu entre Pierre et le Maître, il faut savoir au préalable que tout juifs de sexe masculin devait payer au temple de Jérusalem la somme annuelle de deux drachmes, devoir qu’accomplissaient aussi les juifs de là disposé se faisant un honneur d’acquitter cette taxe en signe de l’appartenance au peuple élu. Le personnage de Pierre mis ici en avant, à ici toute son importance dans la future responsabilité de sa charge papale, car en s’entretenant directement avec le Maître, sur des questions épineuses, c’est sur son personnage que l’on décidera de la conduite à tenir.

Dans l’orientation fondamentale prise par Jésus pour expliquer à partir d’une parabole que les fils sont libres parce qu’ils ne sont pas soumis à une question de paiement quelconque en échange de quoi le Père les considéreraient comme des fils, car Jésus a patiemment appris à ces disciples à se tenir devant Dieu comme devant leur Père, et qui ne saurait monnayer par un tribut même relatif sa fidélité envers ses enfants.

La solution réaliste prise donc par Jésus, montre la liberté totale des fils de dieu, est surtout la conscience d’une dignité que les agissements de l’oppresseur ne peuvent et ne pourront vaincre. Force à nous de faire note cette idée!

Le poisson préfigure ici le pêcheur, dans lequel en si attaquant Satan ne se doute pas qu’il y a un objet précieux qui appartient à Dieu ! La liberté, liberté foncière qui permet de réfléchir à chaque situation si difficile soit-elle, et de mettre en oeuvre par le truchement du saint-esprit, la solidarité et le respect de l’autre, vertu première d’appartenance au Père céleste. Ainsi Pierre apparaît ici comme celui qui peut par expérience transmettre à l’Eglise les règles fondamentales du Maître.

 

Chapitre 18

Retour au Début

Chapitre
suivant

Accueil

2 Le discours sur le vie dans l'Eglise

Qui est le plus grand (18,1-4)

18, 1: En ce moment-là, les disciples s`approchèrent de Jésus et dirent : " Qui donc est le plus grand dans le royaume des cieux? "
18, 2: Alors ayant fait venir un enfant, il le plaça au milieu d`eux
18, 3: et dit : " Je vous le dis, en vérité, si vous ne changez et ne devenez comme les enfants, vous n`entrerez point dans le royaume des cieux.
18, 4: Celui donc qui se fera humble comme ce petit enfant est le plus grand dans le royaume des cieux.


Le scandale (18,5-11)

18, 5: Et celui qui reçoit en mon nom un enfant comme celui-ci, c`est moi qu`il reçoit.

Voilà une belle selon d’humilité à suivre; qui est le plus grand ? Réponse des plus décevante pour les apôtres, un bambin ! ! Ah bon ? ? En ces temps-là, l’enfant est celui qui doit servir les grands, n’a pas droit à la parole, doit obéir en tous, selon le type de l’esclave en vigueur de l’époque. St Paul dans sa lettre (Gal 4,1) écrit que l'enfant même héritier ne diffère en rien d'un esclave tant qu'il est enfant. Nous comprenons le désarroi des apôtres ; la réponse de jésus peut se voir en deux temps :

Il ne s’agit pas de:

a) Pour s’intégrer à la vie du royaume, il faut changer, perdre de sa superbe, oublier d’être adulte et être capable de devenir comme un enfant.

Il ne s’agit pas de cultiver une spiritualité puérile mais de reconquérir par choix un esprit de dépendance et d’humilité, image que la société se faisait alors de l’enfant.

b) Celui qui est capable de se considérer comme petit et ne se prend pas pour un GRAND qui à de l’importance, voilà ce qui est premier aux yeux de Dieu pour entrer dans le royaume À l exemple de Jésus, accueillir un enfant au nom de Jésus, c’est accueillir Jésus lui-même qui s’identifie parfaitement aux enfants lorsqu’on les reçoit pour et comme Lui.


18, 6: Mais celui qui scandalisera un de ces petits qui croient en moi, mieux vaudrait pour lui qu`on lui suspende une meule à âne autour de cou et qu`on le précipite au fond de la mer.
18, 7: Malheur au monde à cause des scandales ! C`est une nécessité qu`il arrive des scandales; mais malheur à l`homme par qui le scandale arrive !
18, 8: Si ta main ou ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-le et jette-le loin de toi : il vaut mieux pour toi entrer dans la vie manchot ou boiteux, que d`être jeté, ayant deux mains ou deux pieds, dans le feu éternel.
18, 9: Et si ton œil est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi; il vaut mieux pour toi entrer borgne dans la vie, que d`être jeté, ayant deux yeux, dans la géhenne du feu.
18, 10: Prenez garde de mépriser aucun de ces petits, car je vous dis que leurs anges dans les cieux voient sans cesse la face de mon Père qui est dans les cieux.
18, 11: Car le Fils de l`homme est venu sauver ce qui était perdu.

Une sévère leçon de conduite, j’oserais dire intransigeante, sans appel possible, voyons de plus près ce qu’il en est : jésus exprime maintenant par une hyperbole, au prix d’un scandale avéré, les justes dimensions d’un croyant selon l’ordre de sa foi ; dans ces petits, jésus y voit les futurs chrétiens dont la foi reste fragile, et qui sont choqués et découragés par ceux qui se disent GRANDS avec des allures affranchies… qu’ils soient chrétiens ou pas, ces maîtres des scandales méprisent les petits en les abaissants au maximum, et mérite donc tout simplement la mort, par la noyade ou tout autre moyen. Jésus condamne d abord un monde qui fatalement pousse le scandale par l’esprit mauvais qui continus d’y mettre l’ivraie par des forces qui lui sont totalement hostiles… la main et le pied symbolisent l’agir de l’homme ; l’oeil (regard) traduit les intentions profondes… ainsi mieux vaut renoncer à certains comportement et couper court à certains désirs même si extrêmement douloureux plutôt que de se voir condamné par dieu lui-même.

La bonne marche de la communauté chrétienne et la chasse aux scandales commencent par l’ascèse de chaque disciple qui extirpe de lui-même toute occasion de chute.

Il faut donc comprendre que le Pied, la Main, l’Oeil désignent les membres responsables de cahot et de chute que l’Eglise doit extirper de son sein, et les exclues radicalement, car ils gangrènent la communauté toute entière. Le contexte reste de toujours la fragilité de la foi, aussi bien par le rang social que par le peu d’instruction pour tous les chrétiens confondus.


La brebis égarée (18,12-14)

18, 12: Que vous en semble? Si un homme a cent brebis, et qu`une d`elles vienne à s`égarer, ne laissera-t-il pas sur les montagnes les quatre-vingt-dix-neuf autres pour aller à la recherche de celle qui s`est égarée?
18, 13: Et s`il lui arrive de la retrouver, je vous le dis en vérité, il a plus de joie pour elle que pour les quatre-vingt-dix-neuf qui ne se sont pas égarées.
18, 14: De même, n`est-ce pas la volonté de votre Père qui est dans les cieux, qu`il ne se perde pas un seul de ces petits?

Il ressort de l’histoire, l’opposition numérique et donc les soucis démesurés du berger (Jésus) pour une seule de ces brebis qui s’égare (l'un de nous).

Lorsque l’on perd un bien, même insignifiant, il prend soudain une grande importance à nos yeux...Jésus répondait donc au bien pensant qui lui reprochait de les négliger au profit des pécheurs qu’ils croyaient irrécupérable. Mais voilà que le plan de Dieu est que pour établir son royaume sans exclure personne, sa décision passe par le sauvetage de ceux qui sont perdus, et c’est Jésus qui est chargé de cette mission… ainsi cette décision de Dieu incarnée en Jésus fonde en quelque sorte les droits aux petits de plus de sollicitude. Tous les disciples de l’Eglise du Christ ont donc le droit et le devoir d’une attention toute spéciale pour ceux qui se sentent exclus ou égarés, ou méprisés, tentés de perdre leur foi à la moindre faiblesse.

Retenons dons en essentielle que lorsque un frère s’égaie, ils abîment l’image du Père qui est en eux, et il incombe aux frères chrétiens des communautés des Christ encore lucides de se soucier tous particulièrement d’eux, comme le rappelle la parabole de la brebis perdue.


Correction fraternelle (18,15-18)

18, 15: Si ton frère a péché contre toi, va reprends-le entre toi et lui seul; s`il t`écoute, tu auras gagné ton frère.
18, 16: S`il ne t`écoute pas, prends avec toi encore une ou deux (personnes), afin que toute chose se décide sur la parole de deux ou trois témoins.
18, 17: S`il ne les écoute pas, dis-le à l`Eglise; et s`il n`écoute pas même l`Eglise, qu`il soit pour toi comme le païen et le publicain.
18, 18: En vérité, je vous le dis, tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel.


Prière en commun (18,19-20)

18, 19: Encore, en vérité, je vous le dis : Si deux d`entre vous sont d`accord pour demander sur terre une chose quelconque, ils l`obtiendront de mon Père qui est dans les cieux.
18, 20: Car où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis là au milieu d`eux.

Jésus est présenté comme l’unique qui apporte le pardon et prêche la réconciliation ; Le maître doux et humble de coeur a aussi averti du danger que l’on court à se substituer au jugement de dieu en prétendant arracher l’ivraie au milieu du bon grain. Il faut se rappeler que toute fraternité souffre d’une double difficulté :

a) il y a en premier les qui ne remplissent plus les conditions d’appartenance au groupe lui-même et ne perturbe la bonne marche.

b) Les frictions quotidiennes entre frères (hélas).

Ainsi les péchés ici envisagés ne sont pas ceux qui à l intérieur perturbent la vie de la communauté, ou qui à l extérieur jettent le discrédit sur le groupe entier, mais des scandales évoqués dans les versets précédents ; l’église en soi ne vit pas au ciel pour le moment, mais agit et travail sur terre, où subsistent de diverses imperfections et s’il lui arrive de procéder à des exclusions qui ne subsistent pas aux yeux et au jugement de dieu mais qui avoue que tout en ayant été tenté tel frère n’est plus supportable...

Ce Dieu dans le ciel ratifiera les décisions de la communauté, sans en exclure sa miséricorde, selon comme en la vue auparavant le sens de lier/délier, dans la première autorité appartient d abord à Pierre, mais où on le voit, elle s" exerce aussi dans une démarche communautaire !

Donc si Dieu donne ici son aval à l’activité disciplinaire de son Eglise, celle-ci n’en a pas moins une lourde responsabilisant les versets 19 et 20 en donnent l’esprit.

Rassemblée en son nom, l’Eglise du Christ pour agir dans les questions difficile et assurée de sa présence active et efficace, ne doit pourtant pas dans son difficile dialogue avec le pécheur, n’agir que sur sa propre initiative en se fiant à sa propre sagesse, mais elle se mettra à l’écoute de Dieu d abord, puis se plonger dan, s la prière pour que réussisse la correction fraternelle.


Pardon des offenses (18,21-22)

18, 21: Alors Pierre s`approchant lui dit : " Seigneur, si mon frère pèche contre moi, combien de fois lui pardonnerai-je? Jusqu`à sept fois? "
18, 22: Jésus lui dit : " Je ne te dis pas jusqu`à sept fois, mais jusqu`à septante fois sept fois.


18, 23: C`est pourquoi le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulu régler ses comptes avec ses serviteurs.
18, 24: Quand il se mit à régler les comptes, on lui amena un débiteur de dix mille talents.
18, 25: Comme il n`avait pas de quoi payer, son maître ordonna qu`on le vendît, lui, sa femme, ses enfants et tout ce qu`il avait pour que paiement fût fait.
18, 26: Alors le serviteur, tombé à ses pieds, demeurait prosterné, disant : " Seigneur, aie patience envers moi, et je te paierai tout. "
18, 27: Touché de compassion, le maître de ce serviteur le laissa aller et lui remit sa dette.
18, 28: Ce serviteur, à peine sorti, rencontra un de ses compagnons de service, qui lui devait cent deniers. L`ayant saisi à la gorge, il l`étouffait, disant : " Paie ce que tu dois. "
18, 29: Son compagnon de service, tombé à ses pieds, le suppliait, disant : " Aie patience envers moi, et je te paierai. "
18, 30: Mai lui ne voulait pas, et il s`en alla le faire mettre en prison jusqu`à ce qu`il eût payé sa dette.
18, 31: Ce que voyant, ses compagnons de service furent grandement contristés, et ils vinrent raconter à leur maître ce qui s`était passé.
18, 32: Alors le maître le fit appeler et lui dit : " Serviteur méchant, je t`ai remis toute cette dette, parce que tu m`as supplié.
18, 33: Ne devais-tu pas, toi aussi, avoir pitié de ton compagnon de service, comme moi-même j`ai eu pitié de toi? "
18, 34: Et son maître irrité le livra aux bourreaux, jusqu`à ce qu`il eût payé toute sa dette.
18, 35: Ainsi vous traitera mon Père céleste, si chacun de vous ne pardonne à son frère du fond du cœur. "

Le lien est fait avec le Royaume et l’Eglise qui aux yeux de Dieu, au terme, ne feront qu’un et dont la préparation dans les temps et longue et difficile par un manque de compréhension mais surtout de bonne volonté du par un enfant à qui la promesse est donnée.

Pierre ici retrouve son rôle premier celui de transmettre à la communauté l’enseignement livré par Jésus en réponse à sa question concrète, concernant son Eglise d’exercer le pardon mutuel des offenses… combien de fois, réponse n’acceptant aucune alternative, une multitude incommensurable de fois !! À la réaction en chaîne de la vengeance et de la violence sans fin, Jésus oppose une fraternité qui se doit de disposer d’un pardon sans limites.

Analysons cette parabole qui explique et exprime se fait bien précis ! Au premier acte voilà un débiteur qui doit dix mille talents, soit les salaires de plusieurs siècles d’une vie humaine et au deuxième acte un débiteur qui ne doit que quelque trois mois de salaires… on notera sans effort le comique, j’oserais dire de la situation dans la disproportion quelques peu absurdes et ahurissantes des sommes mises nées jeux !!

Qu’est-ce que cela veut dire pour nous ? La leçon que Jésus nous donne en cette parabole rejoint un acte immense de simplicité et d’humilité a notre égard, tout comme lui-même la fait au regard de Dieu son Père ! Il nous invite à rejoindre la prière qu’Il nous à donner dans le < Notre Père>. celui qui a entendu les paroles de l’évangile, et s’est lié à Jésus, est comme un débiteur insolvable qui doit sa vie à la seule clémence et grâce de dieu ; s’il ne pardonne pas à son frère sans calcul et du fond du coeur, il ne se montre pas digne du père céleste qui lui, lui nous a remis des sommes exorbitantes de péchés… aux termes le père céleste né comptabilisera pas les nombres de fois où nous aurons pardonné, mais jugera l’acte pratique par lequel nous aurons par notre intelligence et nos efforts agis en ce sens.

Ce passage n’est pas des plus simple a expliqué, quel que soit le moyen employé, mais je pense que le Seigneur se servant de mes doigts a su vous donner à cette écrite le sens profond de sa parabole à notre égard ; qu’il en soit remercié. Retenons toutefois deux points pratiques qui nous intéressent en ces jours:

a) Jésus apprend à ses disciples de tout temps à opéré un renversement des valeurs, ce par quoi l’homme se fait valoir d ordinaire;

b) de passer de l'ambition humaine et demeurée à celle d’état d’humble serviteur.

La guérison spirituelle de l’homme est bien plus difficile qu’il n’y parait, et c’est à cela que Jésus va maintenant s’employer à faire en nous dans les chapitres suivants.

Chapitre 19

Retour au Début

Chapitre
suivant

Accueil

Question sur le divorce (19,1-9)


19, 1: Or, quand Jésus eut achevé ces discours, il quitta la Galilée et vint dans le territoire de la Judée, au delà du Jourdain.
19, 2: Des foules nombreuses le suivirent, et là il guérit leurs malades.
19, 3: Des Pharisiens l`abordèrent pour le mettre à l`épreuve, et dirent : " Est-il permis à l`homme de répudier sa femme pour quelque motif que ce soit? "
19, 4: Il répondit : " N`avez-vous pas lu que celui qui (les créa), au commencement, les fit mâle et femelle,
19, 5: et qu`il dit : A cause de cela, l`homme quittera son père et sa mère, et s`attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair?
19, 6: Ainsi ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Que l`homme ne sépare donc pas ce que Dieu a uni ! "
19, 7: Ils lui dirent : " Pourquoi donc MoÏse a-t-il prescrit de donner un acte de divorce et de la répudier? "
19, 8: Il leur dit : " C`est à cause de votre dureté de cœur que Moïse vous a permis de répudier vos femmes : mais, au commencement, il n`en fut pas ainsi.
19, 9: Or je vous dis que celui qui répudie sa femme, si ce n`est pour adultère, et en épouse une autre, commet un adultère. "

La continence volontaire (19,10-12)

19, 10: Ses disciples lui dirent : " Si telle est la condition de l`homme avec sa femme, mieux vaut ne pas se marier. "
19, 11: Mais il leur dit : " Tous ne comprennent pas cette parole, mais ceux à qui cela a été donné.
19, 12: Car il y a des eunuques qui sont venus tels du sein de leur mère; il y a aussi des eunuques qui le sont devenus par le fait des hommes; et il y a des eunuques qui se sont faits eunuques eux-mêmes à cause du royaume des cieux. Que celui qui peut comprendre, comprenne ! "

Mariage et Divorce; voilà la grande question d’une humanité entière devant le jugement impartial et souvent réprouvé de l’église : oui mais voilà, elle se fonde sur le vouloir et l’agir divin unique du créateur… qui en se monde peut se mettre au-dessus de dieu ?...Pour les hommes du temps de Jésus, nul d’entre eux ne doutait de la légitimité du divorce, que l’on fondait sur le livre du n’en (voir n’en 24,1-4) surtout que le droit juif d alors ne connaissait le divorce que sur la seule initiative de l’homme, donc du mari !! Eh, bien sûr tant qua faire !!

La réponse de Jésus se fonde sur la création même, donc a sa source première, celle du projet de Dieu pour qui le mariage l’emporte même sue le clan familial, (merci du peu pour l’époque, ou le clan familial était réputé indestructible en quoique se soit), puisque pour se marier l’homme quitte à père et sa mère… l’unité du couple est celle des corps qui ne devient qu’une seule est unique chair. En bref l’unité du mariage consensuel voulu par et en Dieu s’enracine dans le vouloir de Dieu, dans son agir cosmique et totale par et dans son économie divine ; donc le divorce est une institution purement et uniquement humaine qui n’a pas droit de regard ni de tolérance aux yeux de dieu.

Il ne s’agit pas de prendre femme ou mari n’importe comment ! Là où le coeur, l’âme et l’esprit son en parfaite harmonie, là se trouve la réalité d’une rencontre voulue qui fonde le désir du mariage, et de perpétuer en nous l’oeuvre créatrice du Tout-puissant.

Certes, la répudiation dans la loi de moïse s’enracine dans la législation juive comme une réglementation rendue inévitable non pas en raison de quelques motifs éprouvés s’ils en aient, mais de l’endurcissement des coeurs et de l’inaptitude à l’amour vrai, tant la convoitise et le désir de la chair son ardent dans l’homme, donc objet de chute, donc objet de scandale. (Voir explication précédente !!!) Ceci n’est pas le projet premier de Dieu qui offre toujours la possibilité d’une issue à ceux qui se laissent guérir de leur endurcissement. En conséquence, ceux qui comprennent et savent considérer le projet d’Amour de Dieu sur l’humanité en passant par le lien profond d’un acte d amour aboutissant à une vie, équivalent à une alliance infrangible directement liée à Dieu lui-même. En conséquence, ceux qui ne comprennent pas ou plus grave encore refuse le projet de Dieu, et tenteraient le remariage équivaut à un adultère commis directement avec Dieu. En conséquence Jésus défend donc avec une extrême vigueur l’indissolubilité du mariage selon le plan et la vue de Dieu. Il prône même ici l’héroïsme dans une situation devenue intolérable, voire impossible.

Au regard des eunuques, il y a d abord le sens physique par la malformation génitale, ou certains sont donc malheureusement inaptes au mariage, dont ils ne sont nullement coupables.

d autres sont mutilés volontairement par les hommes, (méchanceté toute gratuite qui ne trouve sa source en aucune volonté ou réalité sinon celle du Malin, qui voit là la possibilité de détruire le plan de Dieu) et enfin le sens figuré: c'est-à-dire qu’ils se font volontairement eunuque, qu’ils gardent donc le célibat volontairement et pas forcément, choix libre et longuement réfléchi, soit par simple vouloir dans le monde ou à cause du royaume ; ces deniers mettent leurs renoncements à la vie du couple pour le service de l’église, pour une plus grande disponibilité. La leçon à retenir, est que dans le mariage, personne ne peut se comporter en propriétaire de son conjoint, que l’union doit être une force et une grâce céleste, et que l’on doit respecter l’option du célibat fait par ceux qui le désirent quelques se leurs propres opinions tout autant que ceux qui se mettent au service d’une cause ou du royaume.

JESUS et les petits enfants (19,13-15)

19, 13: Alors on lui amena de petits enfants pour qu`il leur imposât les mains et priât (pour eux). Or les disciples les gourmandèrent.
19, 14: Mais Jésus leur dit : " Laissez les petits enfants, et ne les empêchez pas de venir à moi, car le royaume des cieux est à ceux qui leur ressemblent. "
19, 15: Et, leur ayant imposé les mains, il partit de là.

Petite mise en place de Jésus vis-à-vis des apôtres qui se prennent pour des GRANDS et décident par eux-mêmes qui peuvent ou non approché Jésus… après leurs regards sur le mariage, Jésus change leurs regards sur l’enfant dans l ordre des priorités misent ici en cause.

Le jeune homme riche (19,16-22)

19, 16: Et voici que quelqu`un, l`abordant, dit : " Maître, que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle? "
19, 17: Il lui dit : " Pourquoi m`interroges-tu sur (ce qui est) bon? Un seul est le bon. Que si tu veux entrer dans la vie, observe les commandements. "
19, 18: Il lui dit : " Lesquels? " Jésus dit : " C`est : Tu ne tueras point; tu ne commettras point l`adultère; tu ne déroberas point; tu ne porteras point de faux témoignage;
19, 19: honore ton père et ta mère, et : tu aimeras ton proche comme toi-même. "
19, 20: Le jeune homme : " J`ai observé tous ces (commandements); que me manque-t-il encore? "
19, 21: Jésus lui dit : " Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu possèdes, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans les cieux; puis, viens et suis-moi. "
19, 22: Lorsqu`il eut entendu cette parole, le jeune homme s`en alla attristé, car il avait de grands biens.

Le danger des richesses (19, 23-26)

19, 23: Et Jésus dit à ses disciples : " Je vous le dis en vérité, difficilement un riche entrera dans le royaume des cieux.
19, 24: Je vous le dis, il est plus aisé pour un chameau d`entrer par le trou d`une aiguille, que pour un riche d`entrer dans le royaume de Dieu. "
19, 25: En entendant (ces paroles), les disciples étaient fort étonnés, et ils dirent : " Qui peut donc être sauvé? "
19, 26: Et Jésus, les yeux fixés (sur eux), leur dit : " Cela est impossible aux hommes, mais tout est possible à Dieu. "

Récompense promise au détachement (19,27-30)

19, 27: Alors Pierre, prenant la parole, lui dit : " Voici que nous avons tout quitté pour vous suivre; qu`en sera-t-il donc pour nous? "
19, 28: Jésus leur dit : " Je vous le dis en vérité, lorsque, au renouvellement, le Fils de l`homme siégera sur son trône de gloire, vous qui m`avez suivi, vous siégerez vous aussi sur douze trônes, et vous jugerez les douze tribus d`Israël.
19, 29: Et quiconque aura quitté maisons, ou frères, ou sœurs, ou père, ou mère, ou enfants, ou champs, à cause de mon nom, il recevra le centuple et aura la vie éternelle en possession. "
19, 30: " Et beaucoup de premiers seront derniers, et beaucoup de derniers premiers.

L’homme ici en question nous ressemble très étrangement, non !! Nos richesses quelles quels soient né nous empêchent-elles pas de voir les choses avec plus de simplicité et de vouloir, et notre questionnement ne lui ressemble-t-il pas aussi, en demandant si notre agir peut être satisfaisant aux yeux de Dieu...Or jésus énonce les commandements qui concernent la relation avec Dieu, donc en premier lieu avec autrui, ce à quoi il est précisément d’éduquer TOUS ses disciples...Il conclut même par un sommet du message de l’ancien testament: aimer son prochain comme soit même (lv 19,18).

Jésus en parlant de la perfection, nous offre de nous mettre, nous aussi, dans la règle qui unis tous les disciples du christ, nous débarrassent de notre petit ou grand confort, en nous libérant de tous les faux dieux qui nous envahissent et qui nous retiennent désespérément ancrés sur cette terre sans pouvoir nous élever à la condition de Sainteté, qui est notre devenir, sachant que Dieu versera notre démarche dans la colonne < à valoir > des comptes célestes à savoir, un trésor dans les cieux.

L’obstacle à la richesse, le renoncement au divorce, le redevenir comme un petit enfant, font que les apôtres ni comprennent ne plus rien !! Qui peut donc entrée dans le royaume… le salut ne se mesure pas aux efforts que nous effectuons, mais uniquement à la grâce d’un Dieu tout-puissant qui rend possible ce qui, a vu humaines, paraît impossible.

La promesse vaut pour tous ceux qui auront consenti arrachements effectifs sans ignorer sa propre famille, et dépouillement matériel sans dilapidation stupide et inutile d’une fortune en vue de mieux s’attacher au Christ, et faire le partage intelligent de ses valeurs pour aider son prochain.

Chapitre 20

Retour au Début

Chapitre
suivant

Accueil

Paraboles des ouvriers envoyés à la vigne (20,1-16)

20, 1: Car le royaume des cieux est semblable à un maître de maison qui sortit de grand matin afin d`embaucher des ouvriers pour sa vigne.
20, 2: Etant convenu avec les ouvriers d`un denier par jour, il les envoya à sa vigne.
20, 3: Il sortit vers la troisième heure, en vit d`autres qui se tenaient sur la place sans rien faire,
20, 4: et leur dit : " Allez, vous aussi, à ma vigne, et je vous donnerai ce qui sera juste. "
20, 5: Et ils y allèrent. Il sortit encore vers la sixième et la neuvième heure, et fit la même chose.
20, 6: Etant sorti vers la onzième (heure), il en trouva d`autres qui stationnaient, et il leur dit : " Pourquoi stationnez-vous ici toute la journée sans rien faire? "
20, 7: Ils lui disent : " C`est que personne ne nous a embauchés. " Il leur dit : " Allez, vous aussi, à la vigne. "
20, 8: Le soir venu, le maître de la vigne dit à son intendant : " Appelle les ouvriers et paie-leur le salaire, en commençant par les derniers jusqu`aux premiers. "
20, 9: Ceux de la onzième heure vinrent et reçurent chacun un denier.
20, 10: Quand vinrent les premiers, ils pensèrent qu`ils recevraient davantage; mais ils reçurent, eux aussi, chacun un denier.
20, 11: En le recevant, ils murmuraient contre le maître de maison, disant :
20, 12: " Ces derniers n`ont travaillé qu`une heure, et tu les as traités comme nous, qui avons porté le poids du jour et la chaleur. "
20, 13: Mais lui, s`adressant à l`un d`eux, répondit : " Ami, je ne te fais point d`injustice : n`es-tu pas convenu avec moi d`un denier?
20, 14: Prends ce qui te revient, et va-t`en. Je veux donner à ce dernier autant qu`à toi.
20, 15: Ne m`est-il pas permis de faire en mes affaires ce que je veux? Ou ton œil sera-t-il mauvais parce que, moi, je suis bon?
20, 16: Ainsi les derniers seront premiers, et les premiers derniers. "

La parabole dont il est question ne rabaisse en rien les premiers au rang de derniers, mais souligne avec beaucoup d’insert une égalité de la part de dieu, et fait ressortir la grâce extraordinaire qui est faite aux pécheurs sont aura compris dans cette parabole qu’il s’agit encore des deux alternatives qui s’affrontent constamment, le GRAND et le petit, comprendre toujours qu’il s’agit d’un acte de jalousie, et pas des moindres !

Le récit se décompose en deux parties : 1) l'embauche: 2) le salaire du. Dans la première partie a vu ceux qui on suivit les enseignements du maître et de suite a marché selon ses voies. Comme on le comprend bien, la vigne et abondante, et le Maître régulièrement vient embaucher car sa vigne ne cesse de fructifier, il faut donc vendanger beaucoup plus que prévu, donc plus de main-d'oeuvre… la parole transmise par les apôtres donnera tellement de fruit, que les ouvriers seront d autant plus nombreux.

Jusque-là rein à redire, mais au moment de faire les comptes chaque ouvrier se fait un raisonnement très humain de la bonté du Maître, et de ce point de vue ce dernier aspect de la création du Maître et plutôt choquant et insinue que l’équité sociale du Maître et toute relative vis-à-vis de ce qui a travaillé d’avantage, sans penser qu’il a aussi l’équité du coeur, dont nous n’en tenons pratiquement pas compte dans la vie de tous les jours, il suffit de regarder autour de soit comment cela se passe !!

Si les deux ne se concilient pas du côté humain, le problème étant celui de la jalousie estimant que les premières estimes valoir plus que les suivants, et ont plus de droit et de valeur que les seconds, les troisièmes, quatrième, tout autres et surtout les derniers. Pour Dieu, les choses ne vont pas ainsi, et sont bien différentes ; il a décidé de manifester sa bonté et sa tendresse envers les plus défavoriser, ceux à qui la parole est arrivée en tous derniers lieus, voir même pas du tout...Jésus est venu pour cela, et s’intéresse de prés à c’est démuni que cela choque les bien pensants, comme si Dieu leurs enlevés quelques choses… les fidèles auront toujours part au royaume, mais ne soyons pas jaloux de ce qui viendra à la dernière Minute et à qui Dieu tendra aussi les bras !!Il serait bon que certains feraient bien de se rendre compte que la relation à Dieu n’est pas celle d’un employé jaloux à l’endroit de son employeur, mais d’un employeur qui embauche depuis toujours à salaire égale pour tous.

Troisième annonce de la passion (20,17-19)

20, 17: Comme Jésus allait monter à Jérusalem, il prit à part les Douze et leur dit en chemin :
20, 18: " Voici que nous montons à Jérusalem, et le Fils de l`homme sera livré aux grands prêtres et aux scribes, et ils le condamneront à mort,
20, 19: et ils le livreront aux Gentils pour être bafoué, flagellé et crucifié; et il ressuscitera le troisième jour. "

Nous voilà à l’explication et au dénouement fatal de la montée à Jérusalem, qui ajoute en cette troisième annonce, des détails d’une cruelle précision, et établit le rapport de la double responsabilité des autorités juives, relieurs et civiles, autant que celle des païens ; les uns et les autres refusant et rejetant le Messie.

Demande de la mère des fils de Zébédée (20,20-23)

20, 20: Alors la mère des fils de Zébédée s`approcha de lui avec ses fils et se prosterna pour lui faire une demande;
20, 21: Il lui dit : " Que voulez-vous? " Elle lui dit : " Ordonnez que mes deux fils, que voici, siègent l`un à votre droite, l`autre à votre gauche, dans votre royaume. "
20, 22: Jésus répondit : " Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire le calice que, moi, je dois boire? - Nous le pouvons, " lui dirent-ils.
20, 23: Il leur dit : " Vous boirez, en effet, mon calice; quant à siéger à ma droite ou à ma gauche, il ne m`appartient pas de l`accorder; c`est pour ceux pour qui mon Père l`a préparé. "

Les chefs doivent servir (20,24-28)

20, 24: Ayant entendu cela, les dix autres s`indignèrent contre les deux frères.
20, 25: Mais Jésus les appela et dit : " Vous savez que les chefs des nations leur commandent en maîtres, et que les grands exercent leur empire sur elles.
20, 26: Il n`en sera pas ainsi parmi vous; au contraire, celui qui voudra devenir grand, parmi vous, se fera votre serviteur;
20, 27: et celui qui voudra, parmi vous, être premier, se fera votre esclave.
20, 28: C`est ainsi que le Fils de l`homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie en rançon pour beaucoup. "

Vanité des vanités dit l’ecclésiaste, tout est vanité !!! En voilà une preuve bien flagrante… en mettant cette requête au coeur des disciples jésus nous laisse comprendre qu’il en est et en sera ainsi de tout temps, d’où l’intérêt d’être extrêmement vigilant et de ne pas tomber dans le piège que le malin nous tend à chaque tournant de notre vie.

La demande reflète bien une totale incompréhension de la part des deux disciples, voir vous et moi, dont l’esprit

(l’orgueil) se trouve bien éloigné de la passion qui vient juste d’être annoncée!!Jésus redresse donc les fausses idées, et précise l’attitude qu’il attend de chacun d entre nous. Qui peut boire à la coupe du Maître, sa coupe ? Serions nous capable du martyre… hors certains disciples nous le savons passerons par ce chemin, tout autant de nos jours sans que nous ne le sachions. Rappelons-nous il y a peu de temps encore les moines de Tybérines… et tout récemment le prêtre italien en Turquie !!

Pour je tout, le Seigneur nous rappelle que les gouvernants de tous bords, religieux et laïcs, quelques se la religion, se signalent invariablement par un esprit de domination et de pouvoir absolu, surtout lorsque le masque du sourire cache la velléité des individus. Qu’il n’en soit pas ainsi entre nous, nous dit Jésus, et son regard perce nos coeurs en nous disants cela… que ceux qui ont autorités, surtout à juste titre, qu’il soit serviteurs de tous, plus encore de ceux qu’ils leur sont plus près, voir leurs frères… qui que nous soyons au service du Royaume, soyons moins enclins à faire valoir notre dignité qu’à nous identifier au Christ Serviteur...Le péché mène à la mort certaine, parce qu’il est l’autodestruction de l’image que Dieu se fait de l’homme, et c’est par solidarité que Jésus prend sur lui le destin mortel des pécheurs, car comme juste de Dieu par excellence, ressusciter de la mort, Il emmerde avec Lui, tous ceux qui croiront que la destinée de Jésus sera la nôtre et nous tirera de la fatalité à laquelle nous étions, hélas, précipité. Acte de d’Amour par excellence auquel Jésus nous demande simplement de croire pour être sauvé...Que désiré de plus!!

Les deux aveugles de Jéricho (20,29-34)
20, 29: Comme ils sortaient de Jéricho, une foule nombreuse le suivit.
20, 30: Et voici que deux aveugles, assis sur le bord du chemin, entendant dire que Jésus passait, se mirent à crier : " Seigneur, ayez pitié de nous, fils de David ! "
20, 31: La foule les gourmanda pour les faire taire; mais eux crièrent plus fort, disant : " Seigneur, ayez pitié de nous, fils de David ! "
20, 32: Jésus, s`étant arrêté, les appela et dit : " Que voulez-vous que je vous fasse? -
20, 33: Seigneur, lui dirent-ils, que nos yeux s`ouvrent ! "
20, 34: Emu de compassion, Jésus toucha leurs yeux, et aussitôt ils recouvrèrent la vue, et ils le suivirent.

Assis dans un monde de ténèbres et de mort, levons au passage du maître reconnu, car la prière de ces deux malheureux, doit être constamment l’expression de la prière authentiquement chrétienne et doit être répétée courageusement comme l’ultime cri de notre foi. Seul le contact du Seigneur peut nous délivrer, n’ayons pas peur de ce contact, soyons comme les disciples qui furent appelés à suivre le Christ, qui partagèrent t son enseignement et sa passion, et ne cessons pas de dire au Tout Puissant < que nos yeux s’ouvrent pour suivre le Seigneur de gloire que tu nous à envoyé et qui de toujours à toujours marchent avec nous sur cette terre dont tu nous as confié la destinée.

Chapitre 21

Retour au Début

Chapitre
suivant

Accueil

Entrée messianique à Jérusalem (21,1-11)

21, 1: Lorsqu`ils approchèrent de Jérusalem et furent arrivés à Bethphagé, vers le mont des Oliviers, Jésus envoya deux de ses disciples, leur disant :
21, 2: " Allez au village qui est en face de vous; vous trouverez aussitôt une ânesse attachée et un ânon avec elle; détachez-les, et amenez-les-moi.
21, 3: Et si quelqu`un vous dit quelque chose, vous direz : " Le Seigneur en a besoin, mais il les renverra bientôt. "
21, 4: Or ceci arriva afin que s`accomplît la parole du prophète disant :
21, 5: " Dites à la fille de Sion : Voici que ton roi vient à toi, plein de douceur, monté sur une ânesse et sur un ânon, fils de celle qui porte le joug.
21, 6: Les disciples allèrent donc et firent comme Jésus leur avait commandé.
21, 7: Ils amenèrent l`ânesse et l`ânon, mirent sur eux leurs manteaux, et il s`assit dessus.
21, 8: Une foule énorme étendit ses manteaux sur le chemin; d`autres coupaient des branches aux arbres et les étendaient sur le chemin.
21, 9: Et les foules qui allaient devant lui et qui le suivaient, criaient : " Hosanna au fils de David ! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Hosanna au plus haut des cieux ! "
21, 10: Lorsqu`il entra dans Jérusalem, toute la ville fut en émoi; on disait : " Qui est celui-ci? "
21, 11: Et les foules disaient : " C`est le prophète Jésus, de Nazareth en Galilée. "

C’est l’événement que commémore le dimanche des rameaux. Ce s versets découpés en trois étapes représentants: a) les préparatifs, b) le cortège, c) l’entrée à Jérusalem.

a) Les préparatifs : selon le prophète Zacharie, c’est sur ce mont que < dieu poserait le pied à la fin des temps > et c’est là que jésus prépare son entrée.( Za 14,4) Le Christ s’avance vers sa passion en pleine lucidité prophétique et en toute obéissance à Dieu.

L’accomplissement de l’écriture que Zacharie (Za 9.9) nous prophétise se réalise. On notera l’humilité de Jésus qui délaisse le cheval, (monture de guerrier), pour faire son entrée sur un âne, monture traditionnelle des pères d’Israël (Gn-49,11 et Jg 5,10) qui firent leurs périples au fil des temps bibliques sur cette humble monture, symbole de paix et de simplicité, idéal pour le Roi doux et humble de coeur qui s’offre à l’accueil et au refus de la ville de Dieu.

b) Le cortège : il est composé d’une foule mitigée qui aussi bien vient en pèlerinage, que des habitants de la ville même. Au cri de Hosanna voir (Ps 118,25-25) la foule acclame soit le Messie reconnu Comme tel pour certain, que le guérisseur qui fait des prodiges et qui en devenant le roi d’Israël porterait gloire, puissance et domination sur la terre, en somme un roi guerrier, ce que Jésus n’est nullement.

c) l’entrée à Jérusalem : un contraste saisissant qui sépare l’enthousiasme de ceux qui le reconnaisse comme messie et de la réaction mitigée des habitants qui ne voit que celui qui vient d’une lointaine région, la Galilée, un coin reculé du royaume. Ici se dessinent nettement l’affrontement à venir entre la vile sainte par excellence et son messie, messie qui s’offre pour accomplir l’espérance divine dans l’humilité et la paix, et qui n’a pour unique arme que la douceur du père.

Les vendeurs chassés du temple (21,12-17)

21, 12: Jésus entra dans le temple et chassa tous ceux qui vendaient et achetaient dans le temple; il renversa les tables des changeurs et les sièges de ceux qui vendaient les colombes;
21, 13: et il leur dit : " Il est écrit : Ma maison sera appelée maison de prière; mais vous, vous en faites une caverne de voleurs. "
21, 14: Des aveugles et des boiteux vinrent à lui dans le temple, et il les guérit.
21, 15: Mais les grands prêtres et les scribes, voyant les miracles qu`il venait de faire et les enfants qui criaient dans le temple et disaient : " Hosanna au fils de David ! " s`indignèrent,
21, 16: et ils lui dirent : " Entendez-vous ce qu`ils disent? - Oui, leur dit Jésus. N`avez-vous jamais lu : De la bouche des petits enfants et des nourrissons vous avez préparé une louange ? "
21, 17: Et les ayant laissés là, il sortit de la ville pour (gagner) Béthanie, où il passa la nuit.

Déjà le prophète Zacharie interpellait la maison d’Israël au travers du temple (za 7,7 : 14,21) < il n’y aura plus que de marchand dans la maison du seigneur > voilà que jésus expulse les vendeurs du temple de façon audacieuse, qui sème le trouble et le désarroi au milieu de la foule et des scribes, et cite le prophète Isaïe (Is 56,7) < ma maison s’appeler maison de prière pour tous les peuples> ... Jésus rend donc le temple à sa vraie et unique fonction. Mais, dans ce geste, certains y voyait la destruction du temple et toute sa destinée, alors que le temple ayant sa propre monnaie se devait d’avoir des changeurs soit pour payer le didrachme, impôt que tous hébreux payé au temple une fois l’an, que pour off les sacrifices d’animaux...Bien sûr il fallait savoir interprété qu’en tant que Messie de Dieu, l’unique temple du Seigneur, était son Christ et par affiliation a Lui toute personne qui croit en Lui. Aussi Jésus les éclaire-t-il en citant le Psaume (Ps 8,3) < Par la bouche des tout-petits et des nourrissons, tu t’es préparé une louange>… comprend qui voudra !!!

Le figuier stérile et desséché. Foi et Prière (21,18-22)

21, 18: Le (lendemain) matin, comme il retournait à la ville, il eut faim.
21, 19: Voyant un figuier sur le chemin, il s`en approcha, mais il n`y trouva que des feuilles, et il lui dit : " Que jamais plus aucun fruit ne naisse de toi ! " Et sur le champ le figuier se dessécha.
21, 20: A cette vue, les disciples furent étonnés et dirent : " Comment le figuier s`est-il desséché sur le champ? "
21, 21: Jésus leur répondit : " En vérité, je vous le dis, si vous avez la foi et que vous n`hésitiez point, non seulement vous ferez ce (qui a été fait) au figuier; mais quand même vous diriez à cette montagne : " Ote-toi de là et jette-toi dans la mer, " cela se fera.
21, 22: Et tout ce que vous demanderez avec foi dans la prière, vous l`obtiendrez. "

En revenant le lendemain vers Jérusalem, jésus dessèche instantanément un figuier qui ne lui offre pas les fruits qu’il attendait ! Au seuil de l’affrontement avec les responsables Juifs la scène a valeur de parabole: déjà Jérémie (Jr 24) avait condamné les notables et les habillages de Jérusalem en les comparant à des figues immangeable. Le verdict est donc sévère car en n’accueillant pas Jésus le peuple refus à Dieu le fruit que celui-ci en attendait. Attention à ne pas être ou devenir ce figuier stérile.

Questions de Juifs sur l'autorité de JESUS (21,23-27)

21, 23: Quand il fut venu au temple, comme il enseignait, les grands prêtres et les anciens du peuple s`approchèrent de lui et dirent : " Par quel pouvoir faites-vous cela, et qui vous a donné ce pouvoir? "
21, 24: Jésus leur répondit : " Je vous demanderai, moi aussi, une seule chose; si vous me la dites, je vous dirai, moi aussi, par quelle autorité je fais cela :
21, 25: Le baptême de Jean, d`où était-il? du ciel, ou des hommes? " Mais ils faisaient en eux-mêmes cette réflexion : Si nous disons : " Du ciel, " il nous dira : " Pourquoi donc n`avez-vous pas cru en lui? "
21, 26: Et si nous disons : " Des hommes, " nous avons à craindre le peuple, car tout le monde tient Jean pour un prophète. "
21, 27: Ils répondirent à Jésus : " Nous ne savons pas. " Et lui leur dit : " Moi non plus, je ne vous dis pas par quel pouvoir je fais cela. "

Ici on voit toutes les autorités civiles et religieuses qui abordent jésus en lui posant la question clé ? Ils veulent savoir de quels types: de pouvoir, de force et d autorité anime jésus, lorsqu’il en signe et guérit jusque dans le temple !! En somme, l’autorité vient-elle de DIEU ou de Satan ? La réponse de Jésus est cinglante, et livre ses interlocuteurs à une conclusion qui, selon le raisonnement donnera elle-même la réponse.

Les notables flairent le dilemme et comprennent qu’ils sont piégés § que répondre alors, et devant leurs propres embarras, ils préfèrent éluder la réponse ; pourquoi ?

Reconnaître que le Baptiste tenait son autorité du Ciel, donc directement de Dieu, les conduisait à devoir aussi reconnaître le Messie dont jean se faisait le précurseur… ne pas le reconnaître était bafouée la foule qui tenait le Baptiste comme un grand prophète qui parlait au Nom de dieu lui-même !! Lâchement et en se dérobant, ils répondent ne pas savoir, car devant le peuple assemblé, la réponse donner serait un aveu flagrant de leurs propres ignorances.

Jésus alors répond par une formule qui laisse les notables devant le dilemme de leurs propres duretés de coeur, trop arrogant et vaniteux pour revenir à Dieu...Là commence alors la passion du Christ.

Parabole des deux enfants (21,28-32)

21, 28: " Mais que vous en semble? Un homme avait deux fils. Abordant le premier, il lui dit : " Mon fils, va travailler aujourd`hui dans la vigne. "
21, 29: Il répondit : " Je (vais), seigneur, " et il n`alla pas.
21, 30: Abordant le second, il (lui) dit la même chose. Il répondit : " Je ne veux pas "; mais par la suite, s`étant repenti, il y alla.
21, 31: " Lequel des deux a fait la volonté du père? - Le dernier, " disent-ils. Jésus leur dit : " Je vous le dis en vérité, les publicains et les courtisanes vous devancent dans le royaume de Dieu.
21, 32: Car Jean est venu à vous dans la voie de la justice, et vous n`avez pas cru en lui; mais les publicains et les courtisanes ont cru en lui; et vous, qui avez vu, vous ne vous êtes pas repentis même par la suite pour croire en lui.

Volontairement inséré ici, la parabole répond au peuple à qui jésus s’adresse maintenant faisant comprendre la velléité des prêtres et de tous les notables à qui la responsabilité du temple sera enlevée ; il faut voir ici la vigne simplement comparée au royaume de dieu ! S’ils avaient vu en jean le baptiste un prophète de dieu, parlant et agissant en son nom, ils auraient du croire en lui, obéir à son appel à la conversion donc reconnaître en jésus le messie. Jésus mais donc tous les responsables devenant le reflet de ce fils qui dit toujours oui, mais n’agit pas, Alors que viendront ceux qui agiront selon le désir du Père, quand bien même cela est douloureux pour certains dont nous en somme, mais qui marchera dans les voies du Seigneur, malgré les grandes difficultés qu’ils rencontreront… la menace en sous-entendu, mener Jésus à son sacrifice, alors que pour ceux qui écoutent et comprennent le message, une extraordinaire lueur d’espoir sont en train de naître. La foi est d abord d’agir juste et ensuite de penser juste en se laissant docilement guider par la connaissance du Père et de sa volonté.

Paraboles de vignerons homicides (21,33-46)

21, 33: Ecoutez une autre parabole. Il y avait un maître de maison qui planta une vigne, l`entoura d`une clôture, y creusa un pressoir et y bâtit une tour; et l`ayant affermée à des vignerons, il partit en voyage.
21, 34: Quand vint le temps des fruits, il envoya aux vignerons ses serviteurs pour recevoir ses fruits.
21, 35: Les vignerons, s`étant saisis de ses serviteurs, battirent l`un, tuèrent l`autre et lapidèrent un troisième.
21, 36: Il envoya de nouveau d`autres serviteurs en plus grand nombre que les premiers, et ils les traitèrent de même.
21, 37: A la fin, il leur envoya son fils, disant : " Ils auront égard à mon fils. "
21, 38: Mais quand les vignerons virent le fils, ils se dirent entre eux : " Voici l`héritier; venez, tuons-le, et nous aurons son héritage. "
21, 39: Et s`étant saisis de lui, ils le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent.
21, 40: Lors donc que reviendra le maître de la vigne, que fera-t-il à ces vignerons? "
21, 41: Ils lui dirent : " Il fera périr misérablement ces misérables, et il affermera la vigne à d`autres vignerons, qui lui en donneront les fruits en leur saison. "
21, 42: Jésus leur dit : " N`avez-vous jamais lu dans les Ecritures : La pierre qu`ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue tête d`angle; c`est par le Seigneur qu`elle l`est devenue, et c`est merveille à nos yeux ?
21, 43: C`est pourquoi je vous le dis : le royaume de Dieu vous sera ôté pour être donné à un peuple qui en produira les fruits.
21, 44: Et celui qui tombera sur cette pierre sera brisé, et celui sur qui elle tombera, elle l`écrasera. "
21, 45: Les grands prêtres et les Pharisiens, ayant entendu ces paraboles, comprirent qu`il parlait d`eux.
21, 46: Et ils cherchaient à se saisir de lui; mais ils craignirent les foules, car elles le tenaient pour un prophète.

Qui ne saurait voir en ce texte la révélation de jésus au peuple de l’alliance ce qui va lui advenir, et pourquoi ! Maint détail qui truffe ce texte transforme la parabole en allégorie...Dans son superbe poème le prophète Isaïe (Is 5,1-7 compare le peuple d’Israël élu et choisi par Dieu comme sa vigne, auquel Il attache tant de prix, dans sa façon de là soignée tendrement… mais qui au lieu d’un fruit délicieux ne lui fourni qu’une récolte infâme… les actes de bonté qui révélait le coeur de l’homme, symbolisent la conduite à tenir que Dieu attend de nous, la conversion.

Pour honorer ses droits, Dieu dons envoi ses serviteurs, (les prophètes) dont nous connaissons, hélas, l’ignoble fin qui fit, le fils (comparé ici à Jésus), subira le même sort ! Que fera donc le maître (Dieu lui-même) lorsqu’Il viendra demander des comptes !!! La réponse est toute donnée, la résistibilité du royaume incombera donc à une autre collectivité humaine et l’on comprend alors la lourde responsabilité que Jésus mais sur les épaules de Pierre, en lui assignant la responsabilité du poids de son Eglise, car tout comme Israël, l’Eglise sera jugée en fonction des fruits qu’elle donnera à Dieu. N’oublions pas trop vite que nous sommes le prolongement de cette Eglise, et que tous apôtres du Christ, nous avons avec Lui la responsabilité du Royaume auquel nous sommes tous appelés.

Chapitre 22

Retour au Début

Chapitre
suivant

Accueil

Parabole du festin nuptial (22,1-14)

22, 1: Jésus, prenant la parole, leur parla de nouveau en paraboles, et il dit :
22, 2: " Le royaume des cieux est semblable à un roi qui fit les noces de son fils.
22, 3: Il envoya ses serviteurs appeler ceux qui avaient été invités aux noces, et ils ne voulurent pas venir.
22, 4: Il envoya encore d`autres serviteurs, disant : " Dites aux invités : Voilà que j`ai préparé mon festin; on a tué mes bœufs et mes animaux gras; tout est prêt : venez aux noces. "
22, 5: Mais ils n`en tinrent pas compte, et ils s`en allèrent, l`un à son champ, l`autre à son négoce;
22, 6: et les autres se saisirent des serviteurs, les outragèrent et les tuèrent.
22, 7: Le roi entra en colère, envoya ses armées, extermina ces meurtriers et brûla leur ville.
22, 8: Alors il dit à ses serviteurs : " La noce est prête, mais les invités n`en étaient pas dignes.
22, 9: Allez donc aux carrefours des chemins, et tous ceux que vous trouverez, invitez-les aux noces. "
22, 10: Ces serviteurs sortirent sur les chemins, rassemblèrent tous ceux qu`ils trouvèrent, mauvais et bons; et la salle des noces fut remplie de convives.
22, 11: Le roi entra pour voir ceux qui étaient à table et il aperçut là un homme qui n`était point revêtu d`un habit de noce;
22, 12: et il lui dit : " Ami, comment es-tu entré ici sans avoir un habit de noce? " Et lui resta muet.
22, 13: Alors le roi dit aux servants : " Liez-lui pieds et mains, et jetez-le dans les ténèbres extérieurs : là il y aura les pleurs et le grincement de dents.
22, 14: Car il y a beaucoup d`appelés, mais peu d`élus.

La parabole des invités à la noce. Depuis la nuit des temps testamentaires, les retrouvailles de Dieu avec son peuple equisetum pour la compréhension des humains, à une noce. Chacun de nous est passé par ce chemin, et nous en connaissons la teneur en tous ces termes, notamment sur la valeur de cet acte.

Dieu, se veut de mettre en oeuvre cette promesse et agis; jésus en démontre toutes les figures possibles afin de nous alerter sur les responsabilités qui sont les nôtres, le mariage figurant de tout temps que se soit l'union de deux protagonistes, en l'occurrence ici, dieu et nous.

Donc Jésus, présente ici, par son évangile sa messianité comme l'époux de ces noces attendues avec le peuple de Dieu... au départ, l'Israël biblique :

Tout étant près, le temps arrivé, Jésus présent parmi nous, c'est donc le temps des noces et des dons sacrés de la sagesse de dieu qui normalement se manifeste. Les serviteurs, comprendre qu'ici il s'agit des missionnaires envoyés par Jésus (donc les Apôtres), invitent Israël à se rendre au banquet nuptial, que les juifs récusent, nies et refusent leurs invitations, ne les reconnaissants pas comme prophètes et envoyés de Dieu, sachant pourtant pertinemment que le moment tellement attendu est arrivé !

Israël se dérobe donc de sa consolation et Dieu voyant que les invités sont indignes car ils insultent ainsi sa générosité souveraine, ne remet pas ses noces, mais prend une nouvelle épouse, l'Eglise, (sanction première au peuple élu qui se dérobe).Dieu invite donc l'Eglise à prendre la place d'Israël aux noces de son Agneau, ou bien sur se trouve pur et impur, (le bon grain et l'ivraie), le jugement final n'a pas encore lieu, et tout le monde est invité au repentir et à la foi, sans exception, même pour Israël s'il veut bien revenir et se mêler à l'Eglise.

La noce va donc bien avoir lieu, et Dieu a épousé l'Eglise fondé par le Christ. Dieu honore les appelés au royaume, en rencontrant particulièrement chacun de nous, en attendant le jugement final, il travaille déjà à la propreté de son royaume, en excluant les noceurs qui sont simplement venus se remplir le ventre, mais qui ne désire pas se convertir, ni faire pénitence... les profiteurs n'ont aucunes places dans le royaume, il est prévu à ceux qui en sons dignes, par leurs fois et par leurs actes.

Le chrétien doit donc avoir conscience qu'il a été appelé généreusement et gratuitement à partager la sagesse divine, mais qu'il ne se prenne pas trop vite pour l'unique élu, la place reviendra seul à celui à qui Dieu l'en aura trouvé digne...ce qui veut dire que les places des élus ne correspondront pas nécessairement aux nombres des appelés. Ne voyait ici aucune prédestination, mais un sérieux avertissement.

L'impôt dû a César (22,15-22)

22, 15: Alors les Pharisiens s`en allèrent et tinrent conseil sur le moyen de le prendre en défaut dans ses paroles.
22, 16: Et ils lui envoient leurs disciples, avec des Hérodiens, lui dire : " Maître, nous savons que vous êtes sincère et que vous enseignez la voie de Dieu et (toute) vérité, sans souci de personne, car vous ne regardez pas au visage des hommes.
22, 17: Dites-nous donc ce qu`il vous semble : Est-il permis, ou non, de payer le tribut à César? "
22, 18: Mais Jésus, connaissant leur malice, dit : " Hypocrites, pourquoi me tendez-vous un piège?
22, 19: Montrez-moi la monnaie du tribut. " Et ils lui présentèrent un denier.
22, 20: Et il leur dit : " De qui cette image et l`inscription? -
22, 21: De césar, " lui dirent-ils. Alors il leur dit : " Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. "
22, 22: En entendant, ils furent dans l`admiration et, le quittant, ils s`en allèrent.

L'impôt à césar. Je pense que là l'allusion n'est pas difficile à comprendre, sinon que Jésus ne nous interdit pas de travailler et vivre de cet argent dont le monde a fait une nécessité absolu, mais de savoir lui donner la place qu'il convient...La monnaie porte l'effigie de ceux qui la frappe et l'impose, mais l'homme, Lui, est à l'effigie de Dieu.

Travaillez et oeuver avec cet argent et investissez-vous en ce qui relève uniquement des affaires du monde, mais ne donnez pas aussi en plus ce qui en vous n'appartient qu'à Dieu. Sachez faire la part des choses, avec célérité, intelligence et bonne conscience.

La résurrection des morts (22,23-33)

22, 23: Ce jour-là, des Sadducéens, qui nient la résurrection, vinrent à lui et lui posèrent cette question :
22, 24: " Maître, Moïse a dit : Si quelqu`un meurt sans avoir d`enfants, son frère épousera sa femme et suscitera une postérité à son frère.
22, 25: Or, il y avait parmi nous sept frères. Le premier se maria et mourut, et comme il n`avait pas de postérité, il laissa sa femme à son frère.
22, 26: Pareillement, le second, puis le troisième, jusqu`au septième.
22, 27: Après eux tous, la femme mourut.
22, 28: A la résurrection donc, duquel des sept sera-t-elle femme? car tous l`on eue. "
22, 29: Jésus leur répondit : " Vous êtes dans l`erreur, ne comprenant ni les Ecritures, ni la puissance de Dieu.
22, 30: Car, à la résurrection, on n`épouse pas et on n`est pas épousé; mais on est comme des anges de Dieu dans le ciel.
22, 31: Quant à la résurrection des morts, n`avez-vous pas lu ce que Dieu vous a dit, en ces termes :
22, 32: Je suis le Dieu d`Abraham, le Dieu d`Isaac et le Dieu de Jacob? Dieu n`est pas Dieu des morts, mais des vivants. "
22, 33: Et les foules, en entendant cela, étaient remplies d`admiration pour son enseignement.

La résurrection des morts. Ici Matthieu nous présente des Sadducéens, ceux des juifs qui ne croyaient pas en la résurrection. Il présente à Jésus la loi juive du " Lévirat " (Dt25,5-6). Cela représente en notre temps un contexte de polygamie, mais en des temps aussi reculés, laisser une filiation dans une famille était de la plus haute importance, car n'était reconnu que ce qui pouvait se référer d'une filiation à telle ou telle famille, le nom de la famille ne devant jamais s'éteindre, la tribu tout entière en dépendait. Mais pour Jésus le monde à venir n'est ni la continuation de ce monde, ni sa répétition...À la résurrection la vie mariale et sexuelle sera radicalement transformée et passera d'un type de relations autre que celui de charnel et périssable. Dieu ne s'est-il pas présenter à moïse comme étant le Dieu d Abraham, d'Isaac et de Jacob, trois des patriarches dont les figurent emblématiques perdurent encore aujourd'hui dans le monde juif et Dieu ne s'est-il pas déclaré comme "JE suit", donc vivant, de tout temps, au présent ; et parlant des trois patriarches il ne les nomme pas au passé mais au présent, non comme un souvenir du passé, mais comme un LIEN bien vivant dans une continuité qui ne s'achève jamais!

Nier la résurrection c'est donc nier là toute puissance de Dieu, minimiser sa possibilité d'oeuvrer l'univers, oublier que Dieu se refuse à régner sur des morts, mais qu'Il veut nous faire indiciblement partager son immortalité.

Notre foi, n'est-elle pas celle d'un Dieu vivant!!!

Le plus grand commandement (22,34-40)

22, 34: Les Pharisiens, ayant appris que Jésus avait réduit au silence les Sadducéens, se rassemblèrent.
22, 35: Et l`un d`eux, docteur de la loi, lui demanda pour l`embarrasser :
22, 36: " Maître, quel est le plus grand commandement de la Loi? "
22, 37: Il lui dit : " Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit.
22, 38: C`est là le plus grand et le premier commandement.
22, 39: Un second lui est égal : Tu aimeras ton proche comme toi-même.
22, 40: En ces deux commandements tient toute la Loi, et les Prophètes. "

Le plus grand commandement. Ici Matthieu nous présente des Pharisiens, l'expression en est arrivée jusqu'à nous et se passe de toutes explications. Le premier commandement, est le SHEMA ISRAËL, prière que depuis toujours les juifs récitent soir et matin. C'est le commandement de l'Amour de Dieu qui engage le tréfonds de la personne (donc le coeur), ses énergies (donc son âme), ses pensées (donc son esprit). voir Dt 6,4-5 Jésus rajoute le précepte de l'Amour de Dieu qui est sans limite, donc inséparable du premier, car comparable, tiré du livre du lévitique, voir (Lv 19,18) l'amour n'a rien à voir avec un sentiment livré aux variations saisonnières de l'affectivité car il s'agit de la décision de s'attacher à quelqu'un à qui l'on donne des droits sur soi, et des actes concrets qui nourrissent cette décision normalement mûrement réfléchie, inaliénable et inaltérable.

C'est ainsi que Jésus nous montre la profondeur du mystère de l'Amour Divin. (Qui reste tout de même pour nous humble mortel, toujours incompréhensible) dans sa portée profonde.

Le Christ, fils et Seigneur de DAVID (22,41-45)

22, 41: Les Pharisiens étant rassemblés, Jésus leur fit cette question :
22, 42: " Que pensez-vous du Christ? De qui est-il fils? " Ils lui disent : " De David. -
22, 43: Comment donc, leur dit-il, David (inspiré) par l`Esprit l`appelle-t-il Seigneur, quand il dit :
22, 44: Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite, jusqu`à ce que j`aie mis tes ennemis sous tes pieds?
22, 45: Si donc David l`appelle Seigneur, comment est-il son fils? "
22, 46: Et nul ne pouvait lui répondre mot, et, depuis ce jour, personne n`osa plus l`interroger.

Le christ fils ou seigneur de David? lire 2 sa 23,2 et he 1,13, pour comprendre ce verset très ambigüe... le messie était attendu dans la maison de David, donc de sa descendance directe (lien avec st joseph, époux de marie) ; il en serait donc le fils, et donc de nature humaine. Hors lui-même, David, appel seigneur, son seigneur (comprendre son rejeton), pour qu'il siège à sa droite. Donc s'il le reconnaît comme pouvant s'asseoir à sa droite, c'est donc l'héritier direct, à qui sera remis le royaume. Comment se fait-il alors qu'il le traite bien plus haut que lui en l'appelant mon Seigneur. Dans le versets psalmiques (Ps110,1) à lire attentivement, Jésus interpelle à une compréhension et à une conclusion qui ne va de soit.

D'où l'importance de la participation Mariale à l'oeuvre du dessein du mystère divin, qui par ce biais nous donne le messie, issue de l'Esprit Saint tout en étant par Joseph de la lignée de David.

Les chapitres XXIII que nous abordons maintenant, porte sur un rigoureux et sévère jugement sur les scribes et les pharisiens, car ils étaient les plus près et les plus directement intéresser par la connaissance de la loi, et de son interprétation, donc de sa mise en pratique par eux d abord, comme exemple et ensuite par le peuple, auquel ils devaient veiller.

Chapitre 23

Retour au Début

Chapitre
suivant

Accueil

Hypocrisie et vanité des scribes et des Pharisiens (23,1-12)

23, 1: Alors Jésus parla aux foules et à ses disciples, disant :
23, 2: Les scribes et les Pharisiens se sont assis sur la chaire de Moïse.
23, 3: Faites donc et observez tout ce qu`ils vous disent; mais n`imitez pas leurs actions, car ils disent et ne font pas.
23, 4: Ils lient des fardeaux pesants et difficiles à porter, et les mettent sur les épaules des hommes; mais eux, ils ne veulent pas les remuer du doigt.
23, 5: Ils font toutes leurs actions pour être vus des hommes, car ils élargissent leurs phylactères et allongent leurs houppes;
23, 6: ils recherchent les premières places dans les repas, les premiers sièges dans les synagogues,
23, 7: les saluts sur les places publiques, et l`appellation de Rabbi.
23, 8: Pour vous, ne vous faites point appeler Rabbi, car il n`est pour vous qu`un seul maître, et vous êtes tous frères.
23, 9: Et ne donnez à personne sur la terre le nom de Père, car il n`est pour vous qu`un seul Père, celui des cieux.
23, 10: Et qu`on ne vous appelle pas non plus Maître, car vous n`avez qu`un Maître, le Christ.
23, 11: Le plus grand d`entre vous sera votre serviteur.
23, 12: Quiconque s`élèvera sera abaissé, et quiconque s`abaissera sera élevé.

Sur le pouvoir religieux: il s'agit du jugement prononcé par le messie lui-même fils de David et seigneur. Son réquisitoire se divise à présent en deux parties:

a) la première adressée aux foules et aux disciples qui abordent le pouvoir religieux.

b) les invectives dirigées contres ceux qui transigent sur le pouvoir religieux.

La chaire de Moïse était symboliquement le siège d'où l'on interprétait la Loi. Elle désigne donc l'autorité de la loi mosaïque auxquels les scribes et les pharisiens enseignaient.

Jésus ne conteste pas cette autorité, mais Il dénonce certaines déviations et non des moindres. L'accusation porte ici sur l'incohérence entre le dire (l'enseignement) et le faire (l'agir).

Ils proposent aux gens des règles pesantes, mais eux-mêmes ne s'y plient pas, ils s'offrent volontiers en façade, pour en tirer honneur et profits dans la vie sociale plus que dans la vie religieuse. Les phylactères portés pour la prière, l'un au front et l'autre au bras gauche, sont des boîtes en cuir contenant des versets bibliques, de taille modeste comme un révélateur désignant les soucis de la prière permanente de celui qui enseigne avec sagesse, alors qu'ils étaient ostentatoires afin que tout le monde, les voient bien et reconnaissent le "maître enseignant", lui accordant ainsi les honneurs mondains. Le nom de Maitre ici, n'est d'autorité que pour le Christ, maître absolu de la révélation et de la parole divine, et le nom de père ne peut se donner qu'à Dieu Lui-même, pour ne pas dévaluer le sens par lequel Jésus a appris aux siens à désigner le Père des Cieux.

Sept malédictions aux scribes et aux Pharisiens (23,13-32)

23, 13: Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, parce que vous fermez au nez des hommes le royaume des cieux ! Vous-mêmes en effet n`entrez pas, et vous ne laissez pas (entrer) ceux qui sont pour entrer.
23, 14: . [Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, parce que vous dévorez les maisons des veuves, cela sous le semblant de longues prières. C`est pourquoi vous subirez une plus forte condamnation.]
23, 15: Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, parce que vous courez la mer et la terre pour faire un prosélyte, et, quand il l`est devenu, vous faites de lui un fils de la géhenne, deux fois plus que vous !
23, 16: Malheur à vous, conducteurs aveugles, qui dites : " Qui jure par le sanctuaire, ce n`est rien; mais qui jure par l`or du sanctuaire, est tenu. "
23, 17: Insensés et aveugles ! Lequel en effet est le plus grand; l`or, ou le sanctuaire qui a rendu l`or sacré?
23, 18: Et : " Qui jure par l`autel, ce n`est rien; mais qui jure par l`offrande qui est dessus, est tenu. "
23, 19: Aveugles ! Lequel en effet est le plus grand, l`offrande, ou l`autel qui rend l`offrande sacrée?
23, 20: Qui donc jure par l`autel, jure par l`autel et par tout ce qui est dessus;
23, 21: et qui jure par le sanctuaire jure par lui et par celui qui y habite;
23, 22: et qui jure par le ciel, jure par le trône de Dieu et par celui qui est assis dessus.
23, 23: Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, parce que vous payez la dîme de la menthe, du fenouil et du cumin, et que vous négligez les points les plus graves de la Loi : la justice, la miséricorde et la foi ! Il fallait pratique ceci sans omettre cela.
23, 24: Conducteurs aveugles, qui filtrez le moustique, et avalez le chameau !
23, 25: Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, parce que vous purifiez le dehors de la coupe et du plat, quand le dedans est rempli du produit de la rapine et de l`intempérance.
23, 26: Pharisien aveugle, purifie d`abord le dedans de la coupe, afin que le dehors aussi en devienne pur.
23, 27: Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, parce que vous ressemblez à des tombeaux blanchis, qui au dehors paraissent beaux, mais au dedans sont remplis d`ossements de morts et de toute immondice.
23, 28: Ainsi vous, au dehors, vous paraissez justes aux hommes, mais au dedans vous êtes pleins d`hypocrisie et d`iniquité.
23, 29: Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, parce que vous bâtissez les tombeaux des prophètes et ornez les monuments des justes,
23, 30: et que vous dites : " Si nous avions vécu aux jours de nos pères, nous n`aurions pas été leurs associés dans le sang des prophètes. "
23, 31: Par là vous témoignez vous-mêmes que vous êtes les fils de ceux qui ont tué les prophètes.
23, 32: Comblez donc la mesure de vos pères !

Crimes et châtiments prochains (23,33-36)

23, 33: Serpents, engeance de vipères, comment éviterez-vous d`être condamnés à la géhenne?
23, 34: C`est pourquoi voici que je vous envoie prophètes, docteurs et scribes. Vous en tuerez et crucifierez, vous en flagellerez dans vos synagogues, vous en persécuterez de ville en ville,
23, 35: afin que retombe sur vous tout le sang innocent répandu sur la terre, depuis le sang du juste Abel jusqu`au sang de Zacharie, fils de Barachie, que vous avez tué entre le sanctuaire et l`autel.
23, 36: En vérité, je vous le dis, tout cela viendra sur cette génération.

Les sept invectives. Sept fois revient le mot malheureux, chiffre symbolique du sacré, et six fois le mot hypocrite, signe de la bête et du mal.

La première apostrophe condamne ceux qui agissent en portiers autoritaires, multipliant les interdictions d'entrer alors qu'ils sont eux-mêmes dehors.

La deuxième apostrophe condamne le prosélytisme juif et pharisaïque des scribes ardents à ouvrir au non juif la foi d'Israël, mais qui modèlent les nouveaux convertis sur leurs manies ritualiste et hypocrite occultant ainsi le coeur de la foi.

La troisième apostrophe condamne les guides aveugles (aveuglés par leurs superbes) guidant d'autres aveugles (n'ayant aucune connaissance) les fourvoyant ainsi volontairement dans le labyrinthe d'une religion devenue myope.

La quatrième apostrophe condamne la dîme versée sur les récoltes aux temples, mais qui par se "scrupule" occulte l'essentiel du souci de vérité, de justice et de miséricorde et de fidélité, qui ne s'excluaient pas pour autant.

La cinquième apostrophe condamne les rites de purifications pratiquées plutôt sur la vaisselle que sur le coeur, morale intérieure qui extirpe la cupidité d'une morale extérieure.

La sixième apostrophe condamne le bel aspect extérieur de l'homme impur qui se dit juste, et qui cache délibérément la puanteur de l'hypocrisie et de l'infidélité flagrante de la loi.

La septième apostrophe condamne les rejetons qui se désignent eux-mêmes comme successeurs impénitents et criminels de ceux qui tuaient les prophètes, et qui vont en faire eux-mêmes autant en crucifiant Jésus.

Mais ne soyons pas aveugle nous aussi de ces diverses invectives qui nous apostrophent aussi, car le grief est de toujours, et la sentence sur les actes de nos responsabilités.

Apostrophe à Jérusalem (23,37-39)

23, 37: Jérusalem, Jérusalem, qui tues les prophètes et lapides ceux qui te sont envoyés ! Que de fois j`ai voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous n`avez pas voulu !
23, 38: Voici que votre maison va vous être laissée (déserte).
23, 39: Car, je vous le dis, vous ne me verrez plus désormais que vous n`ayez dit : Béni celui qui vient au nom du Seigneur ! "

Epilogue. En trois points, ce verdict explicite concrétise la mort / résurrection du Christ.

a) Le grief par lequel Jésus rappelle qu'il a étendu les ailes des protections célestes sur Israël pour la rassembler et qui se solde par un refus criminel de leur part.

b) la sentence par laquelle Jésus annonce que Dieu privera Jérusalem de sa présence.

c) la concrétisation de la désertion de Dieu vit à vis de ceux qui le refusent totalement. Dorénavant le pouvoir de Dieu et son projet de salut, (le royaume) ne passent plus par les institutions socioreligieuses de Jérusalem et de tous ceux qui ont rejeté Jésus, et le donneront à une nouvelle collectivité composée de juifs et de païens (l'Eglise) qui voient en Jésus le seul vrai interprète de la loi et des prophètes, et qui se préparent à être, eux-mêmes juge sur leurs actes et sur leur fidélité au Christ de Dieu.

Chapitre 24

Retour au Début

Chapitre
suivant

Accueil

La destruction du temple (24,1-3)

24, 1: Comme Jésus, sorti du temple s`en allait, ses disciples s`approchèrent pour lui faire remarquer les constructions du temple.
24, 2: Prenant la parole, il leur dit : " Vous voyez tout cela, n`est-ce pas? Je vous le dis en vérité, il n`y sera pas laissé pierre sur pierre qui ne soit renversée.
24, 3: Lorsqu`il se fut assis sur la montagne des Oliviers, ses disciples s`approchèrent de lui, à part, et dirent : " Dites-nous quand ces choses arriveront, et quel sera le signe de votre avènement et de la fin du monde? "

En quittant le temple, jésus pose là un geste lourd de sens… que les disciples ne perçoivent pas encor, extasiés devant la beauté du monument...Jésus en expose alors clairement la totale destruction, concernant de ce fait les deux temples en présence, son propre corps, lieu où réside l’esprit de Dieu, et le temple de pierre, monument érigé par la main de l’homme, ou Dieu s’est détaché, l’alliance ancienne disparaissant à jamais.

À la question que vont poser les disciples, de savoir quand se produira la fin des temps, et quelles en seront les signes, Jésus répond de manière indirect de sorte que le chrétien doit toujours se tenir en alerte quant à son propre avenir, qu’il soit ou non dans l’immédiateté de la volonté suprême du Seigneur. La question du quand ? Laisse place à une question plus pertinente ! Suis- je en cet instant précis de ma vie, en état de me présenter devant le créateur, car l’échéance attendue, peut intervenir à tout moment .

Le commencement des douleurs (24,4-14)

24, 4: Jésus leur répondit : " Prenez garde que nul ne vous induise en erreur.
24, 5: Car beaucoup viendront sous mon nom, disant : " C`est moi qui suis le Christ, et ils en induiront un grand nombre en erreur.
24, 6: Vous aurez à entendre parler de guerres et de bruits de guerre : voyez ! n`en soyez pas troublés, car il faut que tout arrive; mais ce n`est pas encore la fin.
24, 7: En effet on se dressera nation contre nation, royaume contre royaume, et il y aura des pestes, des famines et des tremblements de terre par endroits :
24, 8: tout cela est le commencement des douleurs.
24, 9: Alors on vous livrera à la torture et on vous fera mourir, et vous serez en haine à toutes les nations, à cause de mon nom.
24, 10: Alors aussi beaucoup failliront; ils se trahiront les uns les autres et se haïront les uns les autres.
24, 11: Et il s`élèvera plusieurs faux prophètes qui en induiront un grand nombre en erreur.
24, 12: Et à cause des progrès croissants de l`iniquité, la charité d`un grand nombre se refroidira.
24, 13: Mais qui persévérera jusqu`à la fin sera sauvé.
24, 14: Et cet évangile du royaume sera proclamé dans le monde entier, en témoignage pour toutes les nations; et alors viendra la fin.

C’est quelques versets lourds de sens, et difficilement expliqués par les exégètes, posent l’éternelle question du pourquoi ? mis qui est à la place de dieu pour répondre à cette question, et l’on voit bien ici que jésus lui-même, s’en remet aux décisions de son père, sans nous en donner d autres explications… déroutant, certes, mais si on réfléchi tant soit peu, on se rend compte que cela est mieux ainsi, car il est important que tout véritables disciples du christ soient dans la spontanéité du travail à accomplir que dans l’expectative d’une probable fin de monde plus ou moins catastrophique… car les préliminaires de cette eschatologie font courir le danger au croyant de l’égarement possible à l écoute des différentes voix qui se feront entendre, de la part du malin, pour nous attirer dans le piège mortel de l’erreur, dernière tentative de corruption de sa part, tout autres moyens ayant échoué.

Depuis le départ du Seigneur et de son retour attendu, il ne c pas est pas passé de dédies, dans l’histoire de notre planète où il n’y a eu de guerre ou de destruction diverse...

De faux témoins, de faux prophètes, de faux Christs, Etc. Et l’on remarquera que l’outrecuidance n’a pas toujours eu l’effet recherché, dans les diverses hérésies dont lesquels l’église, c’est malheureusement empêtré ! Mais ne nous y trompons pas, affrontés à de telles difficultés, certains chrétiens apostasient leur foi, tombe dans les pratiques délatrices, dans la tiédeur religieuse sans que soit advenu ce moment… donc ! Le plan de Dieu est que cette phase de douleur est celle où les chrétiens doivent persévérer et tenir jusqu'au bout dans l’annonce de l’évangile jusqu’aux confins du monde afin que tout être sur cette terre soit entendu parler du Royaume, est se dispose à en recevoir le jugement.

La grande tribulation de Jérusalem (24,15-25)

24, 15: Quand donc vous verrez l`abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, dressée en un lieu saint, - que celui qui lit comprenne ! -
24, 16: alors, que ceux (qui seront) dans la Judée s`enfuient dans les montagnes;
24, 17: que celui (qui sera) sur la terrasse ne descende pas prendre ce qu`il y a dans sa maison;
24, 18: et que celui (qui sera) dans les champs ne revienne pas en arrière pour prendre son manteau.
24, 19: Malheur aux femmes qui seront enceintes et à celles qui allaiteront en ces jours-là !
24, 20: Priez pour que votre fuite n`arrive pas en hiver, ni un jour de sabbat;
24, 21: car il y aura alors une grande tribulation, telle qu`il n`y en a point eu depuis le commencement du monde jusqu`à maintenant, et qu`il n`y en aura plus.
24, 22: Et si ces jours n`avaient été abrégés, nul vivant n`échapperait; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés.
24, 23: Alors, si quelqu`un vous dit : " Voici le Christ ici ! " ou " là ! " ne le croyez point.
24, 24: Car il s`élèvera de faux Christs et de faux prophètes, et ils feront de grands miracles et des prodiges jusqu`à induire en erreur, s`il se pouvait, les élus mêmes.
24, 25: Voilà que je vous l`ai prédit.

Jésus nous mais en garde par sa parole:" voici je vous l’ai prédit" : mis en garde nous n’avons aucunes excuses pour fuir l’épreuve tragique décisive et inéluctable.

Lui-même n’as-t-il pas été jusqu'au bout du sacrifice… que serait notre excuse, nous qui nous disons ses fidèles disciples...Prier, garder la foi, respecter le " sabbat" , honorer Dieu comme Jésus nous la paris, et rester vigile afin de ne se laisser égarer sur de fausse voies, véritable Péril de notre âme si le désespoir ou la tromperie nous détourne du véritable chemin, pour se contenter de solutions immédiates et faciles, comme le communisme ou l’islam, car mêmes les faux prophètes ou les faux dieux envoyés par le Satan sont capables pour nous entraîner à la chute, en faisant de vrais miracles… ont les démasques lorsqu’ils entraînent les croyant à se détourner de la vraie foi… soyons vigilant, et restons soudés au ressuscité, car là il n’y aura pas d’erreur possible, et DIEU dans sa mansuétude, abrégera cette phase d’angoisse parce que voulant sauver les justes, Il se refuse à ce que ceux si soient éprouvés au-delà du supportable et Sa main tendue, nous tirera des griffes du sacrilège dévastateur.

L'avènement du Fils de l'homme sera manifeste (24,26-28)

24, 26: Si donc on vous dit : " Voici qu`il est dans le désert ! " ne partez point; " Voici qu`il est dans le cellier ! ", ne le croyez point.
24, 27: Car, comme l`éclair part de l`orient et apparaît jusqu`à l`occident, ainsi sera l`avènement du Fils de l`homme.
24, 28: Où que soit le cadavre, là se rassembleront les aigles.

Ampleur cosmique de cet avènement (24,29-31)

24, 29: Aussitôt après la tribulation de ces jours, le soleil s`obscurcira, la lune ne donnera pas sa clarté, les astres tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlés.
24, 30: Alors apparaîtra dans le ciel le signe du Fils de l`homme, et alors toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l`homme venant sur les nuées du ciel avec grande puissance et gloire.
24, 31: Et il enverra ses anges avec la trompette retentissante, et ils rassembleront ses élus des quatre vents, depuis une extrémité des cieux jusqu`à l`autre.

La venue du fils de l homme venant sur les nuées du ciel, fait écho à Daniel, dn7,13-14, vision prophétique reprise par jésus, où il recevra de son père, tout pouvoir sur les nations… ce sont les anges qui rassembleront les élus de dieu, sans que ceux-ci ne se déplacent, en vue du jugement car le christ attend de nous une attitude toujours responsable et vigilante. Sous sa conduite, l’erreur est impossible, car les paroles de Jésus ne passeront pas sans avoir accomplis leurs missions, qui se vérifieront dans l’histoire à venir, reçu des anciens et transmises à notre tour, car mis en garde, nous devons affronter l’adversité sans jamais se désiste par quelques prétextes que se soit.

Parabole du figuier (24,32-36)

24, 32: Du figuier apprenez cette comparaison : Dès que sa ramure devient tendre et que ses feuilles poussent, vous savez que l`été est proche.
24, 33: Ainsi, lorsque vous verrez toutes ces choses, sachez que (l`événement) est proche, aux portes.
24, 34: Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point que toutes ces choses ne soient arrivées.
24, 35: Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point.
24, 36: . Quand à ce jour et à l`heure, nul ne les connaît, pas même les anges des cieux, mais le Père seul.

La fin doit s’attendre comme on attend la fin d’une saison, inéluctablement pour faire place à une autre saison, et si à l’expérience la fin du monde n’est pas pour demain, encor que…, les croyants que nous sommes, savons qu’avec chaque génération, un monde se termine et que dieu jugera chaque génération sur les occasions de progresser qui lui ont été donner, et qui auront été irréversiblement gagnées ou perdues. Mais nul ne connaît le moment de la fin, pas même Jésus qui ne cherche pas à savoir, s"

en remettant totalement au Père, lui laissant le soin de décider du moment, tout comme nous devons le faire ayant envers Dieu, notre créateur une attitude responsable et une attente vigilante d’une histoire qui ne cesse de se construire et qui dure, à travers une foi qui doit être sans défaillance, une route au bout de laquelle il y a un jugement attendu, mais qui ne doit pas nous rebuter, bien au contraire.

Veiller pour ne pas être surpris (24,37-44)

24, 37: . Tels furent les jours de Noé, tel sera l`avènement du Fils de l`homme.
24, 38: Car de même que dans les jours qui précédèrent le déluge, on mangeait et on buvait, on épousait et on était épousé, jusqu`au jour où Noé entra dans l`arche,
24, 39: et qu`ils ne surent rien, jusqu`à la venue du déluge qui les emporta tous, ainsi sera aussi l`avènement du Fils de l`homme.
24, 40: Alors, de deux (hommes) qui seront dans un champ, l`un sera pris, l`autre laissé;
24, 41: de deux femmes qui seront à moudre à la meule, l`une sera prise, l`autre laissée.
24, 42: Veillez donc, puisque vous ne savez pas quel jour votre Seigneur doit venir.
24, 43: Sachez-le bien, si le maître de maison savait à quelle veille le voleur doit venir, il veillerait et ne laisserait pas percer sa maison.
24, 44: Tenez-vous donc prêts, vous aussi, car c`est à l`heure que vous ne pensez pas que le Fils de l`homme viendra.

Le souvenir du déluge repris ici par jésus évoque un avertissement auxquels les générations de ce temps n’avaient pas tenu compte, leurs inconduites les ayants menés à l’engloutissement du fait de leurs imprévoyances, et de leurs fautes… la vie allait bon train, et l'on refusait de savoir que dieu pouvait intervenir en juge dans la routine du quotidien… comme il en est de ce temps… la venue du fils de l homme aura la même brutalité, et ne se fera pas annoncée autrement… a nous d’être vigilant et attentif au moindre signe.

Il est important de veiller en raison du caractère surprenant de l’événement. Nul ne pourra dire ne pas avoir été longuement averti...Il faudrait pour l’éviter ne jamais dormir, tant au sens propre qu’au figuré, afin de se trouver prêt en tout temps, la venue du Christ Messie étant tout autant imprévisible… il faut donc se faire trouver près en tout moment...Jésus est-il bien à sa place dans mon coeur, mon âme et mon esprit… est-il bien en face de moi, dans l’autre que je sers… est-ce que je le reconnais dans celui qui me regarde...

Parabole du majordome (24,45-51)

24, 45: Quelqu`un donc est-il le serviteur fidèle et prudent que le maître a établi sur les gens de sa maison pour leur donner la nourriture au temps (voulu),
24, 46: heureux ce serviteur que son maître, à son arrivée, trouvera agissant ainsi !
24, 47: En vérité, je vous le dis, il l`établira sur tous ses biens.
24, 48: Mais si c`est un méchant serviteur qui se dise en lui-même : " Mon maître tarde, "
24, 49: et qu`il se mette à battre ses compagnons de service, qu`il mange et boive avec les ivrognes,
24, 50: le maître de ce serviteur viendra au jour où il ne s`y attend pas, et à l`heure qu`il ne sait pas,
24, 51: et il le fendra en deux, et lui assignera pour lot celui des hypocrites : là il y aura les pleurs et le grincement des dents.

Les traits allégoriques de cette parabole en facilitent l’explication, car voilà effectivement ce qui menace le chrétien ! Ou le serviteur fidèle a ce qu’il doit faire, se fait surprendre par son maître à l’imprévue en pleine activité, soit il se laisse surprendre en tort, car se faisant des illusions sur le retard, voir même le retour de son maître, il s’installe en patron et règne en despote sur ses congénères… la faute la plus grave sera celle d’oublier sa condition de serviteur de ses frères, et s’installer dans l’existence comme s’il n’avait plus de compte ah rendre ! Or le Seigneur viendra de toute façon, et coupera toute relation avec un tel homme, le jugera comme indigne et le traitera du sort des hypocrites, condamnation qui sera sans appel car elle ne laissera plus de place qu’au remords rageur et stérile.

Chapitre 25

Retour au Début

Chapitre
suivant

Accueil

Parabole des dix vierges (25,1-13)

25, 1: Alors le royaume des cieux sera semblable à dix vierges qui, ayant pris leurs lampes, sortirent à la rencontre de l`époux.
25, 2: Cinq d`entre elles étaient folles, et cinq étaient sages.
25, 3: Les folles, en prenant leurs lampes, n`avaient pas pris d`huile avec elles;
25, 4: mais les sages avaient pris de l`huile dans leurs vases avec leurs lampes.
25, 5: Comme l`époux tardait, elles s`assoupirent toutes et s`endormirent.
25, 6: Au milieu de la nuit, un cri se fit (entendre) : " Voici l`époux ! Allez à sa rencontre ! "
25, 7: Alors toutes ces vierges se levèrent et préparèrent leurs lampes.
25, 8: Et les folles dirent aux sages : " Donnez-nous de votre huile, car nos lampes s`éteignent. "
25, 9: Les sages répondirent : " De crainte qu`il n`y en ait pas assez pour nous et pour vous, allez plutôt chez ceux qui en vendent, et achetez-en pour vous. "
25, 10: Mais, pendant qu`elles s`en allaient en acheter, l`époux arriva, et celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui au festin des noces, et la porte fut fermée.
25, 11: Plus tard, les autres vierges vinrent aussi, disant : " Seigneur, Seigneur, ouvrez-nous ! "
25, 12: Mais il répondit : " En vérité, je vous le dis, je ne vous connais pas. "
25, 13: Donc veillez, car vous ne savez ni le jour, ni l`heure.

Veillez donc, dit le maître, car vous ne connaissez ni le jour ni l’heure " au verts 13, et voilà encore dans une parabole pleine de bon sens, jésus qui nous explique sa venue !!Le rideau se lève sur les jeunes filles endormies, et leurs assoupissements ne sont pas fautifs, car de bonne nature humaine; il indique seulement que l’époux a tardé au-delà du prévisible, pour des raisons diverses, sans importance ici ! Mais sa brusque arrivée réveille tout le monde normalement en attente, et arrive l’heure fatidique où nul ne peut rien pour l’autre. Il est désespérément trop tard! Veiller en toute circonstance, c'est se tenir en toute occasion toujours prés à suivre le Maître, car pour cette fête extraordinaire ou nous sommes conviés, être invité ne suffit pas, il faut s'être bien préparé.

Ainsi donc, le chrétien ne doit pas être un être stressé par l'imminence de la fin, fin qui peut nous surprendre à tout moment; il doit prendre des dispositions pour gérer sa foi dans la durée!!! C’est sur ce point précis et capitale que portera je pense le jugement divin...pour la plus grande confusion de ceux qui ne vivent que dans l'instant présent; L'ivresse de l'instant, plénitude fallacieuse sans avant ni après, l'emporte hélas parfois et même souvent sur le sens d'un authentique présent, présent qui tire ses leçons du passé et prépare le lendemain. Ainsi donc, si l'Eglise vit sous l'horizon d'une fin, le jugement se joue aujourd'hui dans tous les choix quotidiens que nous avons à faire.

Parabole des talents (25,14-30)

25, 14: Car il en est comme d`un homme qui, partant pour un voyage, appela ses serviteurs et leur remit ses biens.
25, 15: A l`un il donna cinq talents, à un autre deux, à un autre un, à chacun selon sa capacité, et il partit en voyage. Aussitôt,
25, 16: celui qui avait reçu les cinq talents s`en alla les faire valoir, et il en gagna cinq autres.
25, 17: De la même manière, celui qui (avait reçu) les deux, en gagna lui aussi deux autres.
25, 18: Mais celui qui en avait reçu un s`en alla faire un trou en terre, et il y cacha l`argent de son maître.
25, 19: Longtemps après, le maître de ces serviteurs revient et leur fait rendre compte.
25, 20: S`avançant, celui qui avait reçu les cinq talents en présenta cinq autres, en disant : " Maître, vous m`aviez remis cinq talents; voici cinq autres talents que j`ai gagnés. "
25, 21: Son maître lui dit : " Bien, serviteur bon et fidèle; en peu tu as été fidèle, je te préposerai à beaucoup; entre dans la joie de ton maître. "
25, 22: S`avançant aussi, celui qui (avait reçu) les deux talents dit : " Maître, vous m`aviez remis deux talents; voici deux autres talents que j`ai gagnés. "
25, 23: Son maître lui dit : " Bien, serviteur bon et fidèle, en peu tu as été fidèle, je te préposerai à beaucoup; entre dans la joie de ton maître. "
25, 24: S`avançant aussi, celui qui avait reçu un talent dit : " Maître, j`ai connu que vous êtes un homme dur, qui moissonnez où vous n`avez pas semé, et recueillez où vous n`avez pas répandu.
25, 25: J`ai eu peur, et je suis allé cacher votre talent dans la terre; le voici, vous avec ce qui est à vous. "
25, 26: Son maître lui répondit : " Serviteur mauvais et paresseux, tu savais que je moissonne où je n`ai pas semé, et que je recueille où je n`ai pas répandu;
25, 27: il te fallait donc porter mon argent aux banquiers, et, à mon retour, j`aurais repris ce qui est mien avec un intérêt.
25, 28: Otez-lui donc le talent, et donnez-le à celui qui a les dix talents.
25, 29: Car on donnera à celui qui a, quel qu`il soit, et il y aura (pour lui) surabondance; mais à celui qui n`a pas, on lui ôtera même ce qu`il a.
25, 30: Et ce serviteur inutile, jetez-le dans les ténèbres extérieures : là il y aura les pleurs et le grincement de dents.

Nous voilà devant une longue parabole très explicite sur son fait, car pur nous faire saisir l’importance de l’enjeu, jésus n’hésite pas à prendre l’argent comme exemple, sachant pertinemment que le sens profond de cette réalité ne nous échapperait pas… donc essayons de bien comprendre l’enjeu mis ici en notre présence ; il est question de valeur, qui dépasse de loin notre entendement, tellement les sommes mises nées jeu sa faramineuse, notamment pour l’époque évoquée !! Le dépositaire d’un unique talent a en main la somme équivalente de quinze années de salaire d’un ouvrier !!! Excuser du peu ? N’est ce pas là un acte de confiance sans limites de la part du maître ? Alors que dire de celui qui en a cinq, et de celui qui en dispose de dix !! Le Maître laisse toute liberté à chacun pour la gestion de ces sommes, mais il les différencie en fonction des dispositions de chacun, a l’expérience, de l’absence du maître, (c’est le cas des apôtres au départ de Jésus) ; que vont donc faire les dépositaires d’un tel trésor !!

La parabole nous démontre que pour bien faire fructifié la valeur sûre qui est mie entre nos mains, nous devons la faire nôtre, pour pouvoir agir en libre partenaire, comme associés. Ne soyons pas surpris du peu d’égard que fera le maître alors revenu, des mérites attendus par nous, mais réjouissons-nous par contraste de la promotion extraordinaire à laquelle nous accéderons, alors que nous ni pensions même pas! Entrée dans la joie du Maître, comprendre ici avoir droit à une pleine participation au royaume de dieu. Inespéré, mais réalisé par la résistibilité !! Chacun aura droit au même bonheur, même si les possibilités furent divers, faires la différence avec les talents confiés à l’un et à l’autre. La valeur là n’a aucune importance, seul le résultat compte. Aux peureux, aux timorés, aux bons ne à riens, il n’y aura pas de récompense. Nous voilà averti ! Le Seigneur nous confie toutes les richesses de son royaume, mais nous ne Devons pas oublier qu’à cette confiance correspond l’exigence d’une attitude responsable digne des dons reçus ? Mes chers enfants, ne sont-ce pas là les trésors que le Seigneur m’a confiés et que je vous rétrocède en part, pour qu’à votre tour, vous les fassiez fructifier !

Le jugement dernier (25,31-46)

25, 31: Or quand le Fils de l`homme viendra dans sa gloire, et tous les anges avec lui, il s`assiéra alors sur son trône de gloire,
25, 32: et toutes les nations seront rassemblées devant lui, et il séparera les uns d`avec les autres, comme le pasteur sépare les brebis d`avec les boucs,
25, 33: et il mettra les brebis à sa droite et les boucs à sa gauche.
25, 34: Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : " Venez, les bénis de mon Père : prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la création du monde.
25, 35: Car j`ai eu faim, et vous m`avez donné à manger; j`ai eu soif, et vous m`avez donné à boire; j`étais étranger, et vous m`avez recueilli;
25, 36: nu, et vous m`avez vêtu; j`ai été malade, et vous m`avez visité; j`étais en prison, et vous êtes venus à moi. "
25, 37: Alors les justes lui répondront : " Seigneur, quand vous avons-nous vu avoir faim, et vous avons-nous donné à manger; avoir soif, et vous avons-nous donné à boire?
25, 38: Quand vous avons-nous vu étranger, et vous avons-nous recueilli; nu, et vous avons-nous vêtu?
25, 39: Quand vous avons-nous vu malade ou en prison, et sommes-nous venus à vous? "
25, 40: Et le Roi leur répondra : " En vérité, je vous le dis, chaque fois que vous l`avez fait à l`un de ces plus petits de mes frères, c`est à moi que vous l`avez fait. "
25, 41: Alors il dira aussi à ceux qui seront à sa gauche : " Allez-vous-en loin de moi, les maudits, au feu éternel, qui a été préparé pour le diable et pour ses anges.
25, 42: Car j`ai eu faim, et vous ne m`avez pas donné à manger; j`ai eu soif, et vous ne m`avez pas donné à boire;
25, 43: j`étais étranger, et vous ne m`avez pas recueilli; nu, et vous ne m`avez pas vêtu; malade et en prison, et vous ne m`avez pas visité."
25, 44: Alors eux aussi lui répondront : " Seigneur, quand vous avons-nous vu avoir faim, ou avoir soif, ou étranger, ou nu, ou malade, ou en prison, et ne vous avons-nous pas assisté? "
25, 45: Alors il leur répondra : " En vérité, je vous le dis, chaque fois que vous ne l`avez pas fait à l`un de ces plus petits, c`est à moi que vous ne l`avez pas fait. "
25, 46: Et ceux-ci s`en iront au supplice éternel, et les justes à la vie éternelle. "

Le jugement présenter ici, récapitule bien au fond tout l’évangile, est mets en garde les disciples qui oublieraient que la foi (Chrétienne) est un agir se résumant dans l’amour du prochain.
a) Être prêt ! Comment se préparer)
b) L ’exigence ! (Être vigilant)
c) Le jugement (qui nous trouve au travail).

Tous sans exception nous serons appelés au tribunal de Dieu, païen, juif, musulman, catholique Etc....Celui qui à souscrit au précepte de l’amour n’a aucun souci à se faire ! Le jugement lui en dévoilera la portée dans sa solidarité au Christ.

Jésus ne s'est-il pas toujours identifié sans discrimination et sans limites à tous les humiliés menacés dans leurs humanité. Que serait une foi qui ne se concrétiserait pas dans l’obéissance au commandement de l’amour. En résultat se mettre à la suite un Christ c’est lui donner le droit de me juger à tout instant ; ce leitmotiv rappelle que le choix du chrétien est lourd de conséquences ; au bout de toute liberté il y a une sentence !

(Citation d’A.CAMUS) le chrétien s’avance donc confiant et non point terrifié par ce jugement à venir, ayant pour juge celui qui a voulu partager son destin.

 

Chapitre 26

Retour au Début

Chapitre
suivant

Accueil

III La passion et la résurrection de JESUS

Complot contre JESUS (26,1-5)

26, 1: Or, quand Jésus eut achevé tous ces discours, il dit à ses disciples : " Vous savez que la Pâque a lieu dans deux jours,
26, 2: et le Fils de l`homme va être livré pour être crucifié. "
26, 3: Alors les grands prêtres et les anciens du peuple se réunirent dans le palais du grand prêtre appelé Caïphe,
26, 4: et ils délibérèrent sur les moyens de s`emparer de Jésus par ruse et de le faire mourir.
26, 5: " Mais, disaient-ils, pas pendant la fête, de peur qu`il n`y ait du tumulte dans le peuple. "

Dans le verset 2, Jésus transforme volontairement cette information en une prophétie solennelle qui va revêtir toute son importance. On notera aussi que les chefs religieux et politiques, ourdissent leur complot contre Jésus, dont ils reconnaissent malgré eux la grandeur, puisqu’ils craignent que son arrestation et sa condamnation ne fassent surgir une émeute.

L'onction à Béthanie (26,6-13)

26, 6: Comme Jésus se trouvait à Béthanie, dans la maison de Simon le lépreux,
26, 7: une femme s`approcha de lui, avec un vase d`albâtre (plein) d`un parfum fort précieux; et, pendant qu`il était à table, elle le répandit sur sa tête.
26, 8: Ce que voyant, les disciples dirent avec indignation : " A quoi bon cette perte?
26, 9: On pouvait, en effet, vendre ce (parfum) très cher et en donner (le prix) aux pauvres. "
26, 10: Mais Jésus, s`en étant aperçu, leur dit : " Pourquoi faites-vous de la peine à cette femme? C`est une bonne action qu`elle a faite à mon égard.
26, 11: Car toujours vous avez les pauvres avec vous; mais moi, vous ne m`avez pas toujours.
26, 12: En mettant ce parfum sur mon corps, elle l`a fait en prévision de ma sépulture.
26, 13: Je vous le dis, en vérité, partout où sera prêché cet évangile, dans le monde entier, ce qu`elle a fait sera raconté aussi, en mémoire d`elle. "

L’onction de Béthanie, relaté ici, laisse entrevoir mais seulement expliquer par Jésus, qui saisi l’occasion de rappeler ici le sens profond de sa mission. La valeur du parfum n’a de symbolique que la personne de Jésus, que la femme reconnaît comme le Messie.

La trahison de JUDAS (26,14-16)

26, 14: Alors l`un des Douze, appelé Judas Iscariote, alla trouver les grands prêtres,
26, 15: et dit : " Que voulez-vous me donner, et je vous le livrerai? " Et ils lui fixèrent trente pièces d`argent.
26, 16: Depuis ce moment, il cherchait une occasion favorable pour livrer Jésus.

La trahison de Judas, entre ici dans son paroxysme, car à ce jour encor nul ne peut dire ni affirmer de façon sur et précise, pourquoi Judas agit ainsi….sinon la seul et unique explication connu à ce jour, et annonçai par jésus lui-même, qu’un juif, son disciple, donc très proche de Lui, le trahirai, mettant ainsi ses Apôtres en garde de tout se qui pourrait leur arrivé à eux aussi par la suite …les trente pièces d‘argent, révèle chez le prophète Zacharie, le prix d’un simple esclave, somme infamante par lesquels Israël congédie le pasteur mystérieux que Dieu envoie à son peuple..(Zac 11,12 et suivant) ici, l’histoire se répète..

Préparatifs du grand repas Pascal (26,17-19)

26, 17: Le premier jour des Azymes, les disciples vinrent trouver Jésus, et lui dirent : " Où voulez-vous que nous vous fassions les préparatifs pour manger la pâque? "
26, 18: Il leur dit : " Allez à la ville, chez un tel, et dites-lui : Le maître (te) fait dire : Mon temps est proche, je ferai chez toi la pâque avec mes disciples. "
26, 19: Les disciples firent ce que Jésus leur avait commandé, et ils firent les préparatifs de la pâque.

Annonce de la trahison de JUDAS (26,20-25)

26, 20: Le soir venu, il se met à table avec les douze [disciples].
26, 21: Pendant qu`ils mangeaient, il dit : " Je vous le dis en vérité, un de vous me trahira "
26, 22: Et, profondément attristés, ils se mirent à lui dire, chacun de son côté : " Serait-ce moi, Seigneur? "
26, 23: Il répondit : " Celui qui a mis avec moi la main au plat celui-là me trahira !
26, 24: Le Fils de l`homme s`en va, selon ce qui est écrit de lui; mais malheur à l`homme par qui le Fils de l`homme est trahi ! Mieux vaudrait pour cet homme-là qu`il ne fût pas né. "
26, 25: Judas, qui le trahissait, prit la parole et dit : " Serait-ce moi, Rabbi? - Tu l`as dit, " répondit-il

Jésus envoie ses disciples faire les préparatifs de la Pâques, chez un tel…ne serraisse pas chez nous par hasard !! de surcroît ils s’y mettent tous ensemble, et nous !!! dés que le repas est commencé Jésus prophétise à nouveau, et on imagine sans peine le brouhaha que cela à du inciter au milieu de ce repas…. Et chacun de se poser la question tout en la posant au Maître « serait-ce moi ? » eh oui, la question reste hélas toujours d’actualité !!la tristesse qui envahit alors les disciples, doit aussi nous envahir, car la prédiction annonce trop bien la fragilité de notre attachement au Seigneur. Trahir le Christ reste une menace pour tous disciples ; mais tant que ce dernier en appelle avec foi à son Seigneur pour se faire pardonner, il n’est pas un traître et ne doit pas se troubler de la défection de ses propres frères ; voilà bien le message qui nous est donner et que nous ne devons jamais oublier ; Jésus, par son baptême, comme il le nomme lui-même, se fait fort de porter jusqu’au bout, notre défaillance humaine.

Institution de l'Eucharistie (26,26-29)

26, 26: Pendant le repas, Jésus prit du pain et après avoir dit la bénédiction, il le rompit et le donna à ses disciples, en disant : " Prenez et mangez, ceci est mon corps. "
26, 27: Il prit ensuite une coupe et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant : " Buvez-en tous,
26, 28: car ceci est mon sang, (le sang) de l`alliance, répandu pour beaucoup en rémission des péchés.
26, 29: Je vous le dis, je ne boirai plus désormais de ce produit de la vigne jusqu`à ce jour où je le boirai nouveau avec vous dans le royaume de mon Père. "

Il est important de savoir que pour les sémites, l’homme est le corps et le sang, c'est-à-dire la vie par excellence. La fraction du pain était un rite du repas juif ; C’est le père de famille qui prenait le pain, prononçait la bénédiction, le rompait en petites bouchées et le donner à chacun des convives autour de la table. Ce geste signifiait que le pain, don de Dieu, nourri et fait vivre l’unité familiale, en transmettant la vie. Dans le geste donc normal de l’eucharistie, Jésus représentant en tant que Maître le principal interlocuteur ayant préséance d’ancien, l’étonnant n’est pas que le pain devienne corps du Christ, mais que le Christ se fasse pain, et que c’est par le biais de cette nourriture, que le corps, donc l’Eglise vie en se nourrissant de sa mort ! Paradoxe d’autant plus significatif étant donner l’explication initiale ! La coupe sera donc, par le fait d’en être le synonyme du pain, la signification de sa mort violente, tels que furent celles des prophètes et des justes avant Lui. Déjà le prophète Ezéchiel, (Ez 45,22) voyait dans les sacrifices de la Pâque une libération du péché…Moïse n’a-t-il pas sceller l’alliance au Sinaï par le sang ! Jésus se plonge encore une fois dans l’ancien testament faisant ainsi le lien direct entre ce qui avait été annonçait et fait, bien des années auparavant. Par cette forme de communion, il octroi le pardon qui revivifie tout individu, et la multitude par le don de sa vie, verra dans et par l’Eglise, l’expiation de ses péchés.

Prédiction du reniement de PIERRE (26,30-35)

26, 30: Après le chant de l`hymne, ils s`en allèrent au mont des Oliviers.
26, 31: Alors Jésus leur dit : " Je vous serai à tous, cette nuit-ci, une occasion de chute, car il est écrit : Je frapperai le pasteur, et les brebis du troupeau seront dispersées.
26, 32: Mais, après que je serai ressuscité, je vous précéderai en Galilée. "
26, 33: Pierre, prenant la parole, lui dit : " Quand vous seriez pour tous une occasion de chute, vous ne le serez jamais pour moi. "
26, 34: Jésus lui dit : " Je te le dis, en vérité, cette nuit-ci, avant que le coq ait chanté trois fois tu me renieras. "
26, 35: Pierre lui dit : " Quand même il me faudrait mourir avec vous, je ne vous renierai pas. " Et tous les disciples dirent de même.

A Gethsémani (26,36-46)

26, 36: Alors Jésus arrive avec eux en un domaine appelé Gethsémani, et il dit à ses disciples : " Demeurez ici, tandis que je m`en vais là pour prier. "
26, 37: Ayant pris avec lui Pierre et les deux fils de Zébédée, il commença à éprouver de la tristesse et de l`angoisse.
26, 38: Alors il leur dit : " Mon âme est triste jusqu`à la mort; restez ici et veillez avec moi. "
26, 39: Et s`étant un peu avancé, il tomba sur sa face, priant et disant : " Mon Père, s`il est possible, que ce calice s`éloigne de moi ! Cependant non pas comme je veux, mais comme vous (voulez) ! "
26, 40: Et il vient vers les disciples et il les trouve endormis; et il dit à Pierre : " Ainsi, vous n`avez pas eu la force de veiller une heure avec moi !
26, 41: Veillez et priez, afin que vous n`entriez point en tentation. L`esprit est ardent, mais la chair est faible. "
26, 42: Il s`en alla une seconde fois et pria ainsi : " Mon Père, si ce (calice) ne peut passer sans que je le boive, que votre volonté soit faite ! "
26, 43: Etant revenu, il les trouva endormis, car leurs yeux étaient appesantis.
26, 44: Il les laissa et, s`en allant de nouveau, il pria pour la troisième fois, redisant la même parole.
26, 45: Alors il vient vers les disciples et leur dit : " Désormais dormez et reposez-vous; voici que l`heure est proche où le Fils de l`homme va être livré aux mains des pécheurs.
26, 46: Levez-vous, allons ! Voici que celui qui me trahit est proche. "

Il serait bon qu’il n’y ait aucun commentaire sur ce passage de l’écriture, et que tout un chacun se fasse sa propre idée du mystère pascale…j’oserais cependant dire que chacun de nous peu s’identifier à Pierre, tant dans son incrédulité présente devant les événements qui vont se succéder, que pour son propre reniement…dans la joie toutefois de se dire qu’au chant du coq, se définira et marquera de façon plénière, le lever d’un nouveau jour et la naissance de l’Eglise, corps du Christ. Gethsémani qui se traduit par « pressoir à huile » cela veut tous dire, comprenant ce que Jésus va devoir passer dans son agonie ! ce passage souligne l’entrée de Jésus dans la solitude profonde et son ardent désir de voir ses proches (nous à l’occurrence) veiller avec Lui ! Témoin de la transfiguration, les trois disciples devraient aussi prendre part à la souffrance de Jésus ! Mais le combat du Juste et d’autant plus ardu qu’il lutte pour lui-même que pour la force à donner à ses disciples…Face contre terre, Jésus dans une posture liturgique, de soumission, prie et exhorte son Père. Toutefois, c’est seul, qu’il assumera le don total de soi.
Jésus qui à connu se moment d’angoisse à Gethsémani, n’aborde pas la mort en héros, ni en sage désabusé ; Il sait plus et mieux que quiconque qu’elle sera la suite dans le temps des millénaires à suivre, et l’exemple qu’il nous offre dans ces moments si difficiles, est le soutien obtenu au travers de la prière, qui seul est capable de nous faire lutter entre l’ardeur de la chair et la faiblesse de l’esprit ; seul la prière est capable de nous rallier au pouvoir et à la confiance de Dieu.

L'arrestation de JESUS (26,47-56)

26, 47: Comme il parlait encore, voilà que Judas, l`un des Douze, arriva, et avec lui une foule nombreuse armée de glaives et de bâtons, envoyée par les grands prêtres et les anciens du peuple.
26, 48: Celui qui le trahissait leur avait donné un signe : " Celui à qui je donnerai un baiser, c`est lui : arrêtez-le. "
26, 49: Et aussitôt, s`avançant vers Jésus, il dit : " Salut, Rabbi ! ", et il lui donna un baiser.
26, 50: Jésus lui dit : " Ami, tu es là pour cela ! " Alors ils s`avancèrent, mirent la main sur Jésus et le saisirent.
26, 51: Et voilà qu`un de ceux qui étaient avec Jésus, mettant la main à son glaive, le tira et, frappant le serviteur du grand prêtre, lui emporta l`oreille.
26, 52: Alors Jésus lui dit : " Remets ton glaive à sa place; car toux ceux qui prennent le glaive périront par le glaive.
26, 53: Ou penses-tu que je ne puisse pas recourir à mon Père, qui me fournirait sur l`heure plus de douze légions d`anges?
26, 54: Comment donc s`accompliraient les Ecritures, d`après lesquelles il doit en être ainsi? "
26, 55: En ce même moment Jésus dit aux foules : " Comme contre un brigand, vous êtes sortis avec des glaives et des bâtons pour me prendre ! Chaque jour j`étais assis dans le temple, où j`enseignais, et vous ne m`avez pas arrêté.
26, 56: Mais tout cela est arrivé afin que fussent accomplies les Ecritures prophétiques. " Alors tous les disciples l`abandonnèrent et prirent la fuite.

Les trois tableaux qui composent cet épisode soulignent la maîtrise de Jésus sur les événements : c’est lui qui convie Judas à passer à l’action,(par un baiser et par son diminutif, « Rabbi ») par la non violence, (Dieu condamne tout homicide) par l’interprétation et l’explication de ce qui Lui arrive….(l’accomplissement des écritures) , mais laisse volontairement sous silence, la défection des disciples qui l’abandonnèrent tous et s’enfuir. ( notre propre reflet devant la glace…)

JESUS devant le Sanhédrin (26,57-68)

26, 57: Ceux qui avaient arrêté Jésus l`emmenèrent chez Caïphe, le grand prêtre, où se réunirent les scribes et les anciens.
26, 58: Or Pierre le suivait de loin jusqu`au palais du grand prêtre; y étant entré, il était assis avec les satellites pour voir la fin.
26, 59: Les grands prêtres et tout le Sanhédrin cherchaient un faux témoignage contre Jésus afin de le faire mourir;
26, 60: et ils n`en trouvèrent point, quoique beaucoup de faux témoins se fussent présentés. Finalement il s`en présenta deux qui
26, 61: dirent : " Ces homme a dit : Je puis détruire le sanctuaire de Dieu et le rebâtir en trois jours. "
26, 62: Le grand prêtre se leva et dit à Jésus : " Tu ne réponds rien ! Qu`est-ce que ces hommes déposent contre toi? "
26, 63: Mais Jésus gardait le silence. Et le grand prêtre lui dit : " Je t`adjure par le Dieu vivant de nous dire, si tu es le Christ, le Fils de Dieu? "
26, 64: Jésus lui dit : " Tu l`as dit. Du reste, je vous le dis, à partir de maintenant vous verrez le Fils de l`homme assis à la droite de la Puissante et venant sur les nuées du ciel. "
26, 65: Alors le grand prêtre déchira ses vêtements, en disant : " Il a blasphémé ! Qu`avons-nous encore besoin de témoins? Voici que vous venez d`entendre [son] blasphème :
26, 66: que vous ensemble? " Ils répondirent : " Il mérite la mort. "
26, 67: Alors ils lui crachèrent au visage et le frappèrent avec le poing; d`autres le souffletèrent, en disant :
26, 68: " Prophétise-nous, Christ ! Quel est celui qui t`a frappé? "

C’est dans ce procès que Jésus, au prix de sa vie, proclame la vérité de son identité. Nous savons que le verdict et déjà prédéfini. Jésus peu laisser libre cour au lien qui l’unisse spécifiquement à Dieu, tout en se situant dans la ligne des prophètes : Jérémie, Isaïe, Daniel, psalmiste…. la raillerie qui en suivra le fera entrée dans le silence de l’agneau, tout le reste n’est qu’hypocrisie de la part des autorités qui vont le condamner, et cela, Jésus le sait fort bien.

Reniement de PIERRE (26,69-75)

26, 69: Or Pierre était assis, dehors, dans la cour. Une servante s`approcha de lui et dit : " Toi aussi, tu étais avec Jésus le Galiléen ! "
26, 70: Mais il nia devant tous en disant : " Je ne sais ce que tu veux dire. "
26, 71: Comme il se dirigerait vers la porte, une autre le vit et dit à ceux (qui se trouvaient) là : " Celui-là était avec Jésus de Nazareth ! "
26, 72: Et de nouveau il nia avec serment : " Je ne connais pas cet homme. "
26, 73: Un peu après, ceux qui étaient présents s`approchèrent et dirent à Pierre : " Pour sûr, toi aussi tu en es; aussi bien, ton langage te fait reconnaître. "
26, 74: Alors il se mit à faire des imprécations et à jurer : " Je ne connais pas cet homme ! " Et aussitôt un coq chanta.
26, 75: Et Pierre se souvint de la parole de Jésus, qui lui avait dit : " Avant que le coq ait chanté, tu me renieras trois fois. " Et étant sorti, il pleura amèrement.

Certes, cette scène a tendance à nous déconcerter…mais les larmes de Pierre, son amour pour Jésus ( tu sais bien que je t’aime) n’est elle pas une admirable leçon pour ceux qui n’ont même pas l’excuse de la persécution pour renier la foi par simple tiédeur...ce que l’ange, dans l’apocalypse de Jean condamnera vivement.

Chapitre 27

Retour au Début

Chapitre
suivant

Accueil

JESUS conduit devant PILATE (27,1-2)

Les membres du Sanhédrin veule tenir une réunion faussement décisive, puisque l’essentiel de la décision a été prise durant la réunion extraordinaire de la nuit. En fait Mathieu souligne ici, la lourde responsabilité du peuple Juif dans la décision finale, qui sera notamment prise par Pilate, un Romain.
Sous le thème de la royauté du Christ, les autorités juives veulent faire valoir au gouvernement romain le danger socio-politique que représente Jésus pour Rome ; ainsi déjouant en leur faveur la popularité grandissante de Jésus face à l’autorité de Rome, s’implique le monde païen dans la décision de condamné Jésus à la croix. Matthieu mais ainsi devant leur responsabilité respective, juifs et païens.

27, 1: Le matin venu, tous les grands prêtres et les anciens du peuple prirent une délibération contre Jésus pour le faire mourir.
27, 2: Et, après l`avoir lié, ils l`emmenèrent et le remirent à Ponce Pilate, le gouverneur.

Mort de JUDAS (27,3-10)

27, 3: Alors Judas, qui l`avait trahi, voyant qu`il était condamné, fut pris de remords et rapporta les trente pièces d`argent aux grands prêtres et aux anciens,
27, 4: disant : " J`ai péché en livrant un sang innocent. " Ils dirent : " Qu`est-ce que cela nous fait? A toi de voir ! "
27, 5: Alors, ayant jeté les pièces d`argent dans le sanctuaire, il se retira et alla se pendre.
27, 6: Mais les grands prêtres prirent les pièces d`argent et dirent : " Il n`est pas permis de les mettre dans le trésor, puisque c`est le prix du sang. "
27, 7: Et, après avoir pris une délibération, ils achetèrent avec (cet argent) le champ du potier pour la sépulture des étrangers.
27, 8: C`est pourquoi ce champ fut appelé Champ du sang, (et l`est) encore aujourd`hui.
27, 9: Alors fut accomplie la parole du prophète Jérémie : Ils ont pris les trente pièces d`argent, prix de celui qui a été mis à prix, qu`ont mis à prix des enfants d`Israël,
27, 10: et ils les ont données pour le champ du potier, comme le Seigneur me l`a ordonné.

Cet épisode oppose au repentir postérieur de Pierre, au remords hélas, sans espérance de Juda ; Matthieu souligne ici que Pierre à cru au pardon donné par Jésus, Juda non ! (ceci étant la phase principale de la discorde encor existante entre juifs et non juifs, de reconnaître en Jésus la possibilité et la notoriété donner par le Père de remettre les péchés, ce qui met Jésus au même rend de la divinité que le Père). Le geste de Juda de rendre l’argent fait reconnaître à ceux qui le lui ont remis, le prix payé pour le sang versé ; L’achat du cimetière pour des non juifs, fait symboliquement de la mort de Jésus, le prix payé aussi pour le salut de ceux qui sont morts avant sa venue.

JESUS devant PILATE (27,11-26)

27, 11: Jésus comparut devant le gouverneur, et le gouverneur l`interrogea, en disant : " Es-tu le roi des Juifs? " Jésus dit : " Tu le dis. "
27, 12: Mais il ne répondait rien aux accusations des grands prêtres et des anciens.
27, 13: Alors Pilate lui dit : " N`entends-tu pas combien de témoignages ils portent contre toi? "
27, 14: Mais il ne lui répondit sur aucun point, de sorte que le gouverneur était dans un grand étonnement.
27, 15: Or, à chaque fête, le gouverneur avait coutume de relâcher à la foule un prisonnier, celui qu`ils voulaient.
27, 16: Ils avaient alors un prisonnier fameux, nommé Barabbas.
27, 17: Donc, quand ils furent rassemblés, Pilate leur dit : " Lequel voulez-vous que je vous relâche, Barabbas ou Jésus dit Christ?
27, 18: Il savait, en effet, que c`était par jalousie qu`ils l`avaient livré.

La phase romaine du procès de Jésus a une structure analogue à celle de la séance du sanhédrin ; elle s’ouvre par un dialogue entre Jésus et son juge et s’achève par une scène d’outrages.
L’amnistie proposée par Pilate reste peu respectueuse de la volonté du sanhédrin, Pilate ayant saisi que la popularité de Jésus échauffé leur jalousie morbide, ainsi lors de son interrogatoire il ne le cite pas comme le roi des juifs, mais le situe comme le roi de juifs.

27, 19: Pendant qu`il siégeait au tribunal, sa femme lui envoya dire : " N`aie point affaire avec ce juste; car j`ai été aujourd`hui fort tourmentée en songe à cause de lui."
27, 20: Mais les grands prêtres et les anciens persuadèrent aux foules de demander Barabbas, et de réclamer la mort de Jésus.

Lépouse du gouverneur, Matthieu souligne ici, qu’elle est païenne, fait un rêve prémonitoire ; son époux ne devant pas endosser la responsabilité de la mort de ce Juste : juste, soit au sens courant, c'est-à-dire un innocent, soit au sens biblique, un persécuté, ami de Dieu. Pilate va donc vainement tenter de dégager sa responsabilité. Qui décide alors de la mort de Jésus ? par la foule, c’est Israël qui prend cette lourde décision ; en attestant que le sang de Jésus retombe sur eux, ils explicitent ainsi qu’ils répondront devant Dieu et sur leurs vies, de la responsabilité du verdict final. Bien entendu, dans le contexte du temps, les juifs de la diaspora n’ont pas de culpabilité dans cette affaire.
Pilate est donc dépassé par les événements de ce débat humain, et livre Jésus à la croix. Il est important de noter qu’en tout dernier lieu, ce sont les Romains qui supprimeront Jésus. Matthieu souligne encore une fois, ici, que la responsabilité de la mort de Jésus, n’incombe pas seulement les juifs, mais la totalité du monde représenté alors par l’empire.


27, 21: Le gouverneur, prenant la parole, leur dit : " Lequel des deux voulez-vous que je vous relâche? " Ils dirent : " Barabbas. "
27, 22: Pilate leur dit : " Que ferai-je donc de Jésus dit Christ? " Tous dirent : " Qu`il soit crucifié ! "
27, 23: Il dit " Qu`a-t-il donc fait de mal? " Et ils crièrent encore plus fort : " Qu`il soit crucifié ! "
27, 24: Pilate, voyant qu`il ne gagnait rien, mais que le tumulte allait croissant, prit de l`eau et se lava les mains devant la foule, en disant : " Je suis innocent du sang de ce juste; à vous de voir ! "
27, 25: Et tout le peuple répondit : " Que son sang soit sur nous et sur nos enfants ! "
27, 26: Alors il leur relâcha Barabbas; et, après avoir fait flageller Jésus, il le remit (aux soldats) pour être crucifié.

Le couronnement d'épines (27,27-31)

27, 27: Alors les soldats du gouverneur prirent Jésus avec eux dans le prétoire, et ils assemblèrent autour de lui toute la cohorte.
27, 28: L`ayant dévêtu, ils jetèrent sur lui un manteau écarlate.
27, 29: Ils tressèrent une couronne avec des épines, qu`ils posèrent sur sa tête, avec un roseau dans sa main droite; et, fléchissant le genou devant lui, ils lui disaient par dérision : " Salut, roi des Juifs ! "
27, 30: Ils lui crachaient aussi dessus et, prenant le roseau, ils en frappaient sa tête.
27, 31: Après s`être moqués de lui, ils lui retirèrent le manteau, lui remirent ses vêtements et l`emmenèrent pour le crucifier.

Le crucifiement (27,32-44)
27, 32: En sortant, ils rencontrèrent un homme de Cyrène, nommé Simon, qu`ils réquisitionnèrent pour porter sa croix.

Ce verset mentionne qu’un certain Simon de Cyrène, donc un étranger, réquisitionné pour aider Jésus à porter la croix, symbolisera aux yeux de l’église, les générations de disciples qui accepteront de porter eux aussi la croix du Christ.

27, 33: Puis, étant arrivés à un lieu dit Golgotha, c`est-à-dire lieu du Crâne,
27, 34: ils lui donnèrent à boire du vin mêlé de fiel; mais, l`ayant goûté, il ne voulut pas boire.
27, 35: Quand ils l`eurent crucifié, ils se partagèrent ses vêtements en les tirant au sort.
27, 36: Et, s`étant assis, ils le gardaient.
27, 37: Au-dessus de sa tête ils mirent un écriteau indiquant la cause de sa condamnation : " Celui-ci est Jésus, le roi des Juifs. "
27, 38: Alors on crucifia avec lui deux brigands, l`un à droite et l`autre à gauche.
27, 39: Et les passants l`injuriaient en hochant la tête
27, 40: et disant : " Toi, qui détruis le sanctuaire et le rebâtis en trois jours, sauve-toi toi-même, si tu es Fils de Dieu et descends de la croix ! "
27, 41: De même, les grands prêtres aussi se moquaient de lui, avec les scribes et les anciens, disant :
27, 42: " Il en a sauvé d`autres, il ne peut se sauver lui-même ! Il est roi d`Israël, qu`il descende maintenant de la croix, et nous croirons en lui !
27, 43: Il a mis sa confiance en Dieu; s`il l`aime, qu`il le délivre maintenant, car il a dit : Je suis Fils de Dieu ! "
27, 44: Les brigands aussi, crucifiés avec lui, l`insultaient de la même manière.

Il est à noter, au risque de nous choquer, que comme les suppliciés d’alors, Jésus mourra entièrement dépouillé du dernier signe de dignité sociale ; son inscription répond à la demande des rois mages qui en arrivant en Galilée chercher le roi des Juifs, qui maintenant présent sur la croix, implique le lieu de sa royauté.

La mort de JESUS (27,45-56)

27, 45: Depuis la sixième heure jusqu`à la neuvième, il se fit des ténèbres sur toute la terre.
27, 46: Vers la neuvième heure, Jésus s`écria d`une voix forte : Eli, Eli, lema sabachtani? " c`est-à-dire " Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m`avez-vous abandonné? "
27, 47: Quelques-uns de ceux qui étaient là, l`ayant entendu, disaient : " Il appelle Elie. "
27, 48: Et aussitôt l`un d`eux courut prendre une éponge qu`il imbiba de vinaigre, et, l`ayant mise au bout d`un roseau, il lui présenta à boire.
27, 49: Mais les autres disaient : " Laisse ! que nous voyions si Elie va venir le sauver. "
27, 50: Jésus poussa de nouveau un grand cri et rendit l`esprit.
27, 51: Et voilà que le voile du sanctuaire se fendit en deux, du haut en bas, la terre trembla, les rochers se fendirent,
27, 52: les sépulcres s`ouvrirent et les corps de beaucoup de saints défunts ressuscitèrent.
27, 53: . Et, sortis des sépulcres, après sa résurrection, ils entrèrent dans la ville sainte et apparurent à beaucoup.
27, 54: Le centurion et ceux qui, avec lui, gardaient Jésus, voyant le tremblement de terre et ce qui se passait, furent saisis d`une grande frayeur et dirent : " Vraiment, c`était le Fils de Dieu. "
27, 55: Il y avait là plusieurs femmes qui regardaient à distance; elles avaient suivi Jésus depuis la Galilée, pour le servir;
27, 56: parmi elles étaient Marie la Magdaléenne, Maire mère de Jacques et de Joseph, et la mère des fils de Zébédée.

Sept tableaux défilent sous nos yeux :

  • a) Les ténèbres, moment de l’intervention décisive de Dieu.
  • b) La prière de Jésus, en criant sa détresse, Jésus assume le seuil limite de la foi à celle de l’action de grâce.
  • c) La scène d’Elie, le prophète, rappelant la plainte du juste persécuté.
  • d) La mort de Jésus, par un grand cri.
  • e) Les phénomènes cosmiques, qui commence par la déchirure du rideau du temple, symbole vénéré qui masquait l’entrée du Saint des Saints où ne pénétrait que le grand prêtre ; ce signe lié à la mort du Christ marque la fin d’une certaine forme du culte et prophétise l’accès de tous les hommes auprès de Dieu.
  • f) la foi des païens, confessait par l’officier romain.
  • g) Les femmes, qui elles n’ont pas fui, et assurent ainsi une continuité entre les événements de la passion et ceux de la résurrection.

L'ensevelissement (27,57-61)

27, 57: Le soir venu, vint un homme riche d`Arimathie, nommé Joseph, qui lui aussi était devenu disciple de Jésus.
27, 58: Il alla trouver Pilate pour demander le corps de Jésus; Pilate alors ordonna qu`on le lui remit.
27, 59: Joseph prit le corps, l`enveloppa d`un linceul blanc,
27, 60: et le déposa dans son sépulcre neuf, qu`il avait fait tailler dans le roc; puis, ayant roulé une grosse pierre à l`entrée du sépulcre, il s`en alla.
27, 61: Or Marie la Magdaléenne et l`autre Marie étaient là, assises en face du tombeau.

La garde du tombeau (27,62-66)

27, 62: Le lendemain, qui était (le jour) après la Préparation, les grands prêtres et les Pharisiens allèrent ensemble trouver Pilate
27, 63: et dirent : " Seigneur, nous nous sommes rappelés que cet imposteur, lorsqu`il vivait encore, a dit : " Dans trois jours je ressusciterai. "
27, 64: Commandez donc que le tombeau soit bien gardé jusqu`au troisième jour, de peur que ses disciples ne viennent le dérober et disent au peuple : " Il est ressuscité des morts. " Cette dernière imposture serait pire que la première. "
27, 65: Pilate leur dit : " Vous avez une garde : allez, gardez-le comme vous l`entendez. "
27, 66: Ils s`en allèrent donc et ils s`assurèrent du tombeau en scellant la pierre, avec une garde.

On notera ici qu’un Joseph a veillé sur l’enfance de Jésus, et qu’un autre Joseph prend soin de son corps ; le scellement de la pierre et les garde à l’entrée du tombeau, veulent démontrer l’impossibilité de la thèse du rapt par les disciples, que certains juifs prétendaient être possible, faisant croire ainsi à une sois disant résurrection. Disposition nous le savons qui resterons vaines.

Chapitre 28

Retour au Début

Accueil

Le tombeau vide - Message de l'Ange (28,1-8)

28, 1: Après le sabbat, à l`aube du premier jour de la semaine, Marie la Magdaléenne et l`autre Marie allèrent voir le tombeau.
28, 2: Et voilà qu`il se fit un grand tremblement de terre, car un ange du Seigneur, étant descendu du ciel, s`approcha, roula la pierre, et s`assit dessus.
28, 3: Son aspect était (brillant) comme l`éclair, et son vêtement blanc comme la neige.
28, 4: Dans l`effroi qu`ils en eurent, les gardes tremblèrent et devinrent comme morts.
28, 5: Et prenant la parole, l`ange dit aux femmes : " Vous, ne craignez pas; car je sais que vous cherchez Jésus le crucifié.
28, 6: Il n`est point ici, car il est ressuscité comme il l`avait dit. Venez et voyez la place où il était;
28, 7: et hâtez-vous d`aller dire à ses disciples :Il est ressuscité des morts, et voici qu`il vous précède en Galilée; c`est là que vous le verrez. Je vous ai dit. "
28, 8: Elles sortirent vite du sépulcre avec crainte et grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples.

Dans ce chapitre les premiers versets sont très importants car ils fondent dés le principe de leurs énonciations, la base de notre foi. En effet aussi bien en Israël, que dans les autres nations, sous le soleil, personne ne croyait à la résurrection, quand bien même l’idée été encrée dans la pensée des gens qui ainsi se protéger des affres du désespoir dû au néant que représente la mort.
Ce sont les femmes qui ont toujours pris une place importante dans la vie de Jésus, (c’est par Marie sa mère que commence son périple humain, et c’est par les femmes que recommence son périple divin) qui renoue avec l’histoire de Jésus ; Elles étaient là à la fermeture du tombeau, elles sont là, à l’ouverture du tombeau ! elles assistent après le tremblement de terre au descellement de la pierre qui ferme le tombeau par l’ange lui-même, dons puissance de Dieu agissante, ainsi que sa parole….Nous retrouvons donc ici, une apparition, une annonciation, la réaction de crainte, la mission assortie ici aussi avec une confirmation. On notera qu’ici c’est le crucifié, donc ce qui était une honte aux yeux des juifs, qui n’est plus dans le tombeau, est qui de ce fait devient par sa résurrection la gloire de Dieu. Crucifié, Ressuscité.

L'apparition aux saintes femmes (28,9-10)

28, 9: Et voilà que Jésus se présenta devant elles et leur dit : " Salut ! " Elles s`approchèrent, saisirent ses pieds et se prosternèrent devant lui.
28, 10: Alors Jésus leur dit : " Ne craignez point; allez annoncer à mes frères qu`ils ont à partir pour la Galilée : c`est là qu`ils me verront. "

Supercherie des chefs Juifs (28,11-15)

28, 11: Pendant qu`elles étaient en chemin, voilà que quelques-uns des gardes virent dans la ville et annoncèrent aux grands prêtres tout ce qui était arrivé.
28, 12: Après s`être assemblés avec les anciens et avoir pris une délibération, ils donnèrent une grosse somme d`argent aux soldats,
28, 13: en leur disant : Dites : Ses disciples sont venus de nuit et l`ont dérobé pendant que nous dormions. -
28, 14: Que si cela arrive aux oreilles du gouverneur, nous l`apaiserons et nous ferons que vous n`ayez pas d`ennuis. "
28, 15: Eux prirent l`argent et firent selon la leçon reçue. Et ce bruit s`est répandu parmi les Juifs jusqu`aujourd`hui.

Nous retrouvons ici le même tableau que dans les versets précédents ; à savoir : apparition, salutation, réaction craintive, mission, confirmation…à travers l’ange, comme à travers Jésus, c’est toujours la gloire de Dieu qui est présente. Le manque de foi des juifs persistent toujours dans le refus de croire en la résurrection de Jésus, car alors ils auraient du reconnaître avoir crucifié le Messie ! la non adhésion à la résurrection énonce le fait que le procès de la foi n’a pas de fin, et qu’il ne relève pas de la vue de l’extraordinaire phénomène attesté, mais de la libre décision des cœurs.

Apparition en Galilée et mission universelle (28,16-20)

28, 16: Les onze disciples s`en allèrent en Galilée, sur la montagne que Jésus leur avait désignée.
28, 17: En le voyant, ils se prosternèrent; mais il y en eut qui doutèrent.
28, 18: Et Jésus s`approchant leur parla ainsi : " Toutes puissance m`a été donnée dans le ciel et sur la terre.
28, 19: Allez donc, enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père, du Fil et du Saint-Esprit,
28, 20: leur apprenant à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous toujours jusqu`à la fin du monde."

Galilée, symbole du monde païen, prend ici tout son sens ; la rencontre des disciples avec le monde extérieur à Israël…Mais Matthieu souligne ici un fait d’importance, car le rencontre avec ses disciples, Jésus l’aura sur la montagne….lieu de son tourment par le démon, lieu de l’énoncé des Béatitudes, lieu de la transfiguration, lieu ou Moïse rencontre Dieu….c’est la majesté du lieu qui implique à une sorte de respect car tout nous vient d’en haut !!! Dans sa phrase du verset 18, ou Jésus se dit investi de tout pouvoir, Matthieu nous rappel le prophète Daniel « A lui fut donner tout pouvoir….Toutes les nations le serviront et se prosterneront devant lui…Son pouvoir est un pouvoir éternel qui ne prendre jamais de fin… » faisant une dernière fois le lin entre l’ancien testament et le nouveau, entre les prophètes anciens et les nouveaux que sont les Apôtres du Seigneur…Par le rite du baptême, s’enracinent les liens mutuels de la commune appartenance au Dieu unique et trinitaire à la fois, Père, Fils et Saint-Esprit.
Ainsi Matthieu, réaffirme ici pour conclure, bien que Juif, sa conviction profonde que le salut de Dieu passe par l’Eglise cosmopolite de ceux qui se reconnaissent sauvés par le sang du Christ, plutôt que par une loi écrite, car l’Eglise selon Saint-Matthieu qui confesse le Nom de Jésus comme Christ de Dieu, et Messie d’Israël, doit pour être toujours grande et vivante, sans cesse relire la scène du calvaire et la résurrection pour retremper son courage missionnaire dans sa confiance en ce Dieu qui à choisi la faiblesse comme sceptre pour son royaume.

Retour a l'accueil

Pour nous contacter écrivez nous par E mail
conception : www.hervedubois.com

 

 

 

 

 

 

 

sites partenaires ou affiliés:

depannage informatique grasse, assistance informatique grasse, internet a domicile grasse

depannage informatique fayence, assistance informatique fayence, internet a domicile fayence

depannage informatique cannes, assistance informatique cannes, internet a domicile cannes

depannage informatique peymeinade, assistance informatique peymeinade, internet a domicile peymeinade

depannage informatique mougins, assistance informatique mougins, internet a domicile mougins

depannage informatique valbonne, assistance informatique valbonne, internet a domicile valbonne

depannage informatique mouans sartoux, assistance informatique mouans sartoux, internet a domicile mouans sartoux

depannage informatique antibes, assistance informatique antibes, internet a domicile antibes

depannage informatique fayence, assistance informatique fayence, internet a domicile fayence

depannage informatique cabris, assistance informatique cabris, internet a domicile cabris

depannage informatique callian, assistance informatique callian, internet a domicile callian

avocat06.free.fr droit des affaires

poulainavocat.free.fr droit immobilier

avocat06.fr droit de la construction